Quet­zal­coatl

Sur les traces du ser­pent à plumes

Marie Claire Enfants - - VOYAGE - Par Vio­laine Belle- Croix Photos Be­noît Mu­se­reau

HOLBOX

Hô­tel : Holbox Dream, hô­tel fa­mi­lial et un peu hip­pie comme on aime. hol­box­dream.com

Déjeuner : Les pieds dans le sable, on dé­jeune de pois­sons grillés et de gua­ca­mole en re­gar­dant les pé­li­cans se po­ser.

Se dé­pla­cer : Pieds nus dans les ruelles pour al­ler dî­ner de ta­cos en ache­tant des bracelets tis­sés.

CANCÚN

Hô­tel : Club Med, l’en­droit où la charge men­tale des pa­rents est à zé­ro. club­med.fr Déjeuner : Pfff… mais que choi­sir ?

TU­LUM / PLAYA DEL CAR­MEN

Hô­tel : An­daz Maya­ko­ba Re­sort Ri­vie­ra Maya, le luxe à la mexi­caine au coeur d’une faune ex­tra­or­di­naire. maya­ko­ba.an­daz.hyatt.com

Déjeuner : Au bord de la pis­cine, de dé­li­cieux ta­cos. Le soir, le res­tau­rant de ce­viche vous at­tend.

Se dé­pla­cer : En taxi ! À l’An­daz Maya­ko­ba, vous êtes un peu ex­cen­trés ; il faut vous mo­to­ri­ser pour les ex­cur­sions à Tu­lum ou Playa del Car­men.

CHI­CHÉN ITZÁ

Hô­tel : Chi­chén Itzá est une an­cienne ville maya. Il n’y a pas d’hô­tels sur le lieu. Choi­sis­sez Val­la­do­lid comme camp de base pour rayon­ner entre site ar­chéo­lo­gique et ce­notes.

Déjeuner : Au Mesón del Mar­quès, un hô­tel tra­di­tion­nel of­frant une cour om­bra­gée, le gua­ca­mole est PAR­FAIT ! Vous pour­rez aus­si y dor­mir. me­son­del­marques.com

LES ATE­LIERS DU VOYAGE

Pour la par­tie de votre voyage au pays des Mayas, nous ne sau­rions que trop vous re­com­man­der de faire ap­pel aux Ate­liers du Voyage. Cette agence spé­cia­li­sée dans les voyages sur me­sure ne tra­vaille qu’avec des ré­cep­tifs lo­caux et or­ga­nise de fa­çon at­ten­tive vos trans­ferts avec siège-au­to, vos vi­sites avec guide fran­co­phone pour que les en­fants en pro­fitent au­tant que vous, vos ar­rêts dans des pe­tits res­tau­rants tra­di­tion­nels, un kit de connexion 4G… Vous pou­vez éga­le­ment leur de­man­der d’or­ga­ni­ser la to­ta­li­té de votre voyage à votre conve­nance. Exemple de prix pour un cir­cuit in­di­vi­duel « Tré­sors et plages mayas » de 9 jours / 7 nuits au dé­part de Pa­ris : à par­tir de 2 240 € TTC par adulte et 1 290 € TTC par en­fant de moins de 12 ans. ate­liers­du­voyage.com

01 40 62 16 60

La lé­gende veut que le mot « Yu­catán » vienne d’une mau­vaise in­ter­pré­ta­tion des Es­pa­gnols à leur ar­ri­vée dans cette ré­gion peu­plée de Mayas. Les Amé­rin­diens leur di­saient : Ma c’ubah than (« Nous ne com­pre­nons pas vos pa­roles »), et les Es­pa­gnols ont pen­sé po­ser leurs bottes dans le coin. Quoi qu’il en soit, le Yu­catán est une des­ti­na­tion de rêve pour par­tir en fa­mille. Culture et far­niente s’en­tre­mêlent, à deux pas l’un de l’autre et au so­leil.

La ci­vi­li­sa­tion maya, douée d’une ex­trême in­tel­li­gence, cal­cu­lait tout ce qu’elle construi­sait. Pour com­prendre, rien de tel qu’un guide et des pe­tits sché­mas !

Chi­chén Itzá est l’un des plus beaux sites mayas du Yu­catán. Le­vez-vous tôt, vous évi­te­rez la foule et les trop grosses cha­leurs. Si vous en­ten­dez un gué­pard, pas d’in­quié­tude : ce sont des ap­peaux pro­po­sés par les ven­deurs am­bu­lants. Le site est im­mense et ma­jes­tueux, le cas­tillo et le vaste ter­rain de jeu de balle sont les construc­tions les plus im­pres­sion­nantes qui té­moignent de cette culture si… ma­theuse ! Pen­dant votre vi­site, vous de­vrez jouer à « ce­lui qui re­père l’iguane en pre­mier a ga­gné » : ces pe­tites bêtes n’ont pas leur pa­reil pour se fondre dans le dé­cor. En re­vanche, je­tez une fleur d’hi­bis­cus et ils ne se fe­ront pas prier. La danse des oi­seaux – vo­la­dores – est un rite pra­ti­qué par les Huas­tèques et les To­to­naques. Des hommes grimpent au som­met d’un mât puis, at­ta­chés par la taille, se jettent dans le vide et des­cendent en tour­noyant, les bras écar­tés pour imi­ter les oi­seaux. À l’en­trée du site de Tu­lum, on as­siste à ce rite ver­ti­gi­neux (cf. ci-des­sous).

Tu­lum est le site maya le plus connu car son cas­tillo sur­plombe la mer. Il y a moins de ves­tiges qu’à Chi­chén Itzá mais le lieu est tout aus­si gran­diose (cf. ci-contre à droite). Si­tué à quelques ki­lo­mètres de Tu­lum :

Pa­paya Playa Pro­ject, un spot éco­lo-bo­bo pour déjeuner ou sé­jour­ner (cf. ci-des­sous).

Holbox est une île fai­sant face à Miami sur le golfe du Mexique. Son nom se su­surre d’une oreille à l’autre… En rai­son de la fra­gi­li­té de son sol de sable, elle est à l’abri des dé­lires im­mo­bi­liers de spé­cu­la­teurs en tout genre. Après une demi-heure de fer­ry, on a le sen­ti­ment d’ar­ri­ver au bout du monde sur cette île peu ou pas gou­dron­née. La ré­cep­tion de l’Holbox Dream est toute ou­verte et aus­si ac­cueillante que son per­son­nel qui vous mène, à tra­vers les es­ca­liers de bois et les cour­sives, jus­qu’à votre chambre. Si be­soin, un lit pa­ra­pluie vous at­tend. Murs co­lo­rés, bois, ro­bi­net-co­quillage : tout est jo­li et sans pré­ten­tion. Les chambres de l’hô­tel s’or­ga­nisent au­tour de deux pis­cines. L’in­croyable chance de l’Holbox Dream, c’est de pro­lon­ger son « jar­din » par la plage puis la mer. Le ma­tin, les pre­miers le­vés choi­sissent leurs tran­sats pen­dant que les pé­li­cans se dis­putent les po­teaux. Le soir, un res­tau­rant ita­lien vous ac­cueille si vous n’êtes pas sor­tis dé­am­bu­ler tran­quille­ment dans les ruelles de sable ceintes de murs peints. Et puis par­fois, en fin d’après-mi­di, à quelques mètres de vous, un banc de dau­phins passe joyeu­se­ment. Holbox fut un haut lieu de la pêche au re­quin-ba­leine. Mais les chan­ge­ments en­vi­ron­ne­men­taux étant ce qu’ils sont, on les ob­serve au­jourd’hui avec ad­mi­ra­tion sans les tra­quer.

La ré­cep­tion donne le ton (cf. ci-contre à gauche) : vous êtes à l’An­daz Maya­ko­ba et ça va en­voyer du bois. Cet hô­tel est sor­ti de terre l’an­née der­nière et met en scène dans ses chambres et ses es­paces com­muns le plus beau de l’ar­ti­sa­nat mexi­cain. De­puis la ré­cep­tion, vous pou­vez re­joindre votre chambre en ba­teau élec­trique et ten­ter d’aper­ce­voir al­li­ga­tors, tor­tues, buses ou cor­mo­rans. Le Kim­bo Kid’s Club ac­cueille vos en­fants pour des ac­ti­vi­tés d’arts plas­tiques, nu­mé­riques ou spor­tives. Le pe­tit-déjeuner est ama­zing, les pis­cines ra­fraî­chis­santes et la mer in­croyable, sau­vage et dé­serte. At­ten­tion aux rou­leaux !

Cancún pré­sente sû­re­ment un vi­sage in­té­res­sant et ca­ché à ex­plo­rer. Mal­heu­reu­se­ment, avec toute la sma­la, c’est loin d’être le spot de rêve… Tout bé­ton­né et très éten­du, Cancún n’est qu’un point de chute. Pour le rendre agréable, choi­sis­sez d’y sé­jour­ner en fin de road trip et au Club Med. Après avoir cra­pa­hu­té dans les temples mayas, dé­am­bu­lé dans Playa del Car­men et plon­gé à Holbox… l’ar­ri­vée au Club Med est un sas de re­pos avant le re­tour. Il dis­pose d’une plage in­croyable et, pour les fa­milles, des vil­las un peu en re­trait du centre du club où se dé­roulent les ac­ti­vi­tés bruyantes ont été pen­sées. Dans les chambres tout en lon­gueur dé­bou­chant sur la mer, tout est pré­vu pour votre tri­bu. Lit pa­ra­pluie, pous­sette, pe­tits pots, bouilloire, chauffe-bi­be­ron, couches et té­tines en vente à la bou­tique, ac­ti­vi­tés ca­non (kayak, pour ne ci­ter que ça) avec des ani­ma­teurs ve­nus de tous les conti­nents vous at­tendent. Vos en­fants sont oc­cu­pés, heu­reux, au­to­nomes et le reste est si bien pris en charge que vous vous pre­nez même à lire sur la plage, OMG !!! En­fin, les buf­fets sont dé­li­cieux !

De loin le souvenir le plus cra­quant à rap­por­ter !

Sur la place cen­trale, une aire de jeux ex­ploite fiè­re­ment les moyens du bord.

Dé­cor peint à même la brique dans toute la ville.

La ré­cep­tion de l’hô­tel : in­croyable !

L’une des pis­cines de l’hô­tel An­daz Maya­ko­ba, entre res­tau­rants et océan.

L’architecture du Club Med ho­nore l’ar­ti­sa­nat et les cou­leurs du Mexique.

Ça dabbe sé­vère au Club Medd !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.