Le mu­sée en­ra­ci­né

L’ar­chi­tecte pay­sa­giste suisse En­zo Ena col­lec­tionne les arbres comme d’autres les oeuvres d’art. Une pas­sion qu’il ex­pose en bor­dure du lac de Zu­rich, dans une mise en scène poé­tique et mi­ni­ma­liste qui in­cite à la contem­pla­tion.

Marie Claire Maison - - SOMMAIRE - Par Da­niel Ro­zensz­troch Texte Isa­belle Rei­sin­ger Pho­tos Jé­rôme Gal­land

L’ar­chi­tecte pay­sa­giste suisse En­zo Eno col­lec­tionne les arbres comme d’autres les oeuvres d’art.

Les es­sences se dressent au coeur d’une scé­no­gra­phie mi­né­rale.

Des chan­tiers et des clients pres­ti­gieux, En­zo Ena les compte aux quatre coins du monde. Mais c’est dans la pe­tite ville de Rap­pers­wil-Jo­na, à une tren­taine de ki­lo­mètres au sud de Zu­rich, qu’il faut cher­cher sa vraie na­ture. Celle d’un an­ti­quaire très par­ti­cu­lier qui rem­place les ob­jets an­ciens par des arbres cen­te­naires et les ex­pose comme des sculp­tures. Son mu­sée est un jar­din sans fleurs, plan­té au coeur d’un do­maine de plus de sept hec­tares prê­té par les re­li­gieuses de l’ab­baye cis­ter­cienne voi­sine, sé­duites par la beau­té du pro­jet. “Il n’existe pas deux arbres sem­blables, ex­plique En­zo Ena. On tombe amou­reux d’une chose unique au monde, comme pour une oeuvre d’art.” De­puis près de vingt ans, se­lon une tech­nique exi­geante ins­pi­rée de la culture des bon­saïs, il dé­plante les es­sences mer­veilleuses qu’il dé­couvre lors de voyages proches ou loin­tains, puis les en­ra­cine dans son parc tran­quille. L’érable rouge du ja­pon, le par­ro­tie de Perse, le ma­gno­lia de Sou­langes et l’orme cham­pêtre de­viennent alors des êtres à part en­tière. Cha­cun trône dans sa “chambre en plein air” dé­li­mi­tée par un mu­ret de pierre aux al­lures de ruine an­tique qui crée la pers­pec­tive et, comme un cadre au­tour d’une huile, re­hausse la cou­leur d’un feuillage, la grâce d’une branche, la den­telle d’une feuille, le noueux d’un tronc. L’arbre pe­tit à pe­tit ef­fleure la pa­roi, s’y adosse, l’en­va­hit et trans­forme un pay­sage qu’on par­court avec un sen­ti­ment d’in­fi­nie quié­tude. Car au fil des pièces de cette ga­le­rie à ciel ou­vert, un homme sen­sible et sa­vant a fait sur­gir une fo­rêt rê­vée née des amours de l’art et de la na­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.