50 nuances de gris

Cé­cile avait fla­shé sur cet ate­lier dans notre ma­ga­zine. Douze ans plus tard, elle s’y ins­talle avec sa tri­bu après l’avoir trans­for­mé en un loft de 300 m2. Un es­pace XXL ha­billé d’un ca­maïeu lu­mi­neux.

Marie Claire Maison - - SOMMAIRE - Texte Carine Key­van Pho­tos Pas­ca­line Marre

Dans un an­cien ate­lier de Mon­treuil, Cé­cile a amé­na­gé un loft de 300 m2 ha­billé d’un ca­maieu lu­mi­neux

C’est en feuille­tant “Ma­rie Claire Mai­son” que Cé­cile Hal­ley des Fon­taines a eu un coup de coeur pour cette mai­son-ate­lier, pro­prié­té de l’ar­tiste Claire Bas­ler. À l’époque, elle n’a pas ima­gi­né un ins­tant que, douze ans plus tard, c’est elle qui em­mé­na­ge­rait dans cette an­cienne usine de chau­dron­ne­rie de Mon­treuil, en ban­lieue pa­ri­sienne. Ar­chi­tecte de for­ma­tion, elle cher­chait un es­pace qui puisse à la fois ac­cueillir les col­la­bo­ra­teurs de son agence de créa­tion gra­phique et sa fa­mille de six per­sonnes. “Quand nous avons vu l’an­nonce, je n’y croyais pas. La mai­son de mes rêves me tom­bait des­sus par ha­sard !” Il a alors fal­lu trans­for­mer l’ate­lier de sept mètres de hau­teur sous faî­tage en vé­ri­table mai­son de fa­mille. Pas simple mais Cé­cile était convain­cue de ses choix. “Nous avons gar­dé des élé­ments comme la cour­sive, que nous avons di­vi­sée en deux et dé­pla­cée pour créer une cir­cu­la­tion à l’étage qui n’exis­tait pas.” Au rez-de-chaus­sée, le vaste es­pace de vie de 180 m2 jouxte le bureau de Cé­cile. “C’est un en­droit mixte. Pen­dant la jour­née, je re­çois mes clients et or­ga­nise des réunions sur la grande table, et le soir, nous nous re­trou­vons ici avec mon ma­ri et nos en­fants.” Cé­cile a pri­vi­lé­gié cet es­pace com­mun, les cinq chambres à l’étage sont de tailles plus mo­destes. Cô­té co­lo­ris, elle a op­té pour un ca­maïeu de gris qui changent de teinte au fil de la jour­née : “Parce qu’une cou­leur dé­li­mite l’es­pace, je cher­chais une teinte douce, en­ve­lop­pante, qui joue­rait avec toutes les lu­mières du jour,” ex­plique-elle. Le mo­bi­lier et le tex­tile viennent cas­ser la mo­no­chro­mie du lieu. “Ce n’est pas fa­cile de meu­bler une telle pièce, sou­rit-elle. Même un ta­pis de 4 mètres sur 3 pa­raît per­du ! Mais j’aime ce cô­té dé­pouillé, c’est re­po­sant.”

Les ta­pis per­sans chi­nés sur Ebay ap­portent une touche de cou­leur dans cet es­pace mo­no­chrome.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.