48 HEURES À ARLES AVEC MARCELO JOULIA

Marie Claire Maison - - #Visas - Par BÉ­REN­GÈRE PER­RO­CHEAU Pho­tos RO­MAIN RICARD

“La lu­mière”. C’est le mot qui vient à Marcelo à pro­pos d’Arles. L’in­fa­ti­gable ar­chi­tecte fran­co-ar­gen­tin sé­journe dans la ré­gion de­puis 25 ans, et c’est en de­hors de la ville qu’il a re­struc­tu­ré une mai­son taillée pour le par­tage. Vê­tu d’un éter­nel tee-shirt noir, le vo­lu­bile Marcelo Joulia, sou­vent pieds nus, semble avoir re­trou­vé ici un peu de son Ar­gen­tine, quit­tée en 1976 à la veille du coup d’état. Connu pour son agence d’ar­chi­tec­ture glo­bale (de­si­gn, scé­no­gra­phie, gra­phisme) Na­ço, créée en 1991, il im­pose son tro­pisme pour les pro­jets uto­piques : “Les flèches du Temps” pro­po­saient ain­si de coif­fer Notre-Dame de Pa­ris de flèches en bois pour le pas­sage à l’an 2000. Au­jourd’hui, sa li­ber­té le conduit à créer des hô­tels – il tra­vaille sur la ré­no­va­tion de l’Im­pe­ra­tor, ins­ti­tu­tion des an­nées 20 à Nîmes – et à s’illus­trer dans le re­gistre cu­li­naire : il pos­sède le res­tau­rant ar­gen­tin Uni­co et les tables bis­tro­no­miques Vir­tus et Ton­do à Pa­ris. Ses chan­tiers et ses pro­jets sont aus­si di­vers que des mai­sons par­ti­cu­lières, des stades, comme ce­lui de l’Olym­pique Lyon­nais, des ci­né­mas Pa­thé en France et même des vé­los pour sa propre marque. Avec deux agences qui comptent une ving­taine de per­sonnes à Pa­ris, une tren­taine à Shan­ghai, des chan­tiers au­tour du Globe, c’est pour­tant à Arles qu’il a choi­si d’at­ter­rir. Dans cette ville “de plai­sir”, il dit dé­cou­vrir la dou­ceur de la so­li­tude. Un men­songe qu’on lui par­donne tant il pos­sède cette ca­pa­ci­té à fé­dé­rer les créa­tifs au­tour de lui pour gé­né­rer des pro­jets. Un cu­rieux qui par­ti­cipe à la vi­va­ci­té d’Arles. “C’est une ville que je peux prendre dans ma main au­tant qu’elle se laisse prendre par la main” : une ci­té an­tique à taille hu­maine où se mêlent charme désuet et créa­ti­vi­té tous azi­muts, lo­caux et nou­veaux ar­ri­vants. Tous sont at­ti­rés par les Ren­contres d’Arles, fes­ti­val an­nuel de pho­to­gra­phie qui s’achève cette an­née le 24 sep­tembre, et le pro­jet pha­rao­nique du Lu­ma, centre d’art, de re­cherche et de pro­duc­tion d’oeuvres. “C’est une ville en mou­ve­ment” où tout reste à faire et à dé­cou­vrir. Al­lez voir, Marcelo Joulia par­tage vo­lon­tiers ses “pé­pites”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.