«J’ai dé­cou­vert que j’ai six frères et soeurs, un vrai bon­heur !»

En par­tant à la re­cherche de ses ori­gines, Ca­ro­line* a ap­pris qu’elle était le fruit d’une grande histoire d’amour et que, dé­sor­mais, elle n’était plus seule au monde.

Maxi - - News - Ca­ro­line

Nous avons iden­ti­fié et lo­ca­li­sé votre mère. Est-ce que ce­la vous in­té­resse tou­jours de la ren­con­trer ? » Je me sou­vien­drai tou­jours de cet ap­pel, un mer­cre­di après-mi­di en oc­tobre 2004. Deux ans plus tôt, j’avais contac­té le Con­seil na­tio­nal d’ac­cès aux ori­gines per­son­nelles. Je suis née sous X, le se­cret de ma vie s’y trou­vait peu­têtre. Jusque-là, je n’avais ja­mais su qui étaient mon père et ma mère d’ori­gine, ma quête tous azi­muts de­puis mes 18 ans. Et j’en avais 35 !

Le 28 oc­tobre 2004, j’étais donc bou­le­ver­sée de ren­con­trer ma mère,

Si­mone, une femme d’une grande gen­tillesse, bri­sée par les épreuves, qui avait fi­ni par som­brer dans l’al­cool. Elle m’a dit avoir ai­mé les pères de ses trois en­fants : le pre­mier, un no­table, l’avait aban­don­née quand elle avait 19 ans et elle avait ac­cou­ché sous X. J’avais donc un grand frère ! Le der­nier, épou­sé, lui avait don­né Na­ta­cha, mais il était dé­cé­dé : j’avais aus­si une pe­tite soeur ! Et mon père, Mar­cel, c’était « l’homme de sa vie » avec qui elle avait vé­cu une folle histoire d’amour pen­dant deux ans. Ma mère m’avait cher­chée, en vain. Nos re­trou­vailles étaient « le rayon de so­leil de sa vie ». De la mienne aus­si ! Mar­cel avait 41 ans, ma mère, 21, quand ils s’étaient ren­con­trés. Veuf de­puis trois mois, père de quatre en­fants, il s’était vu li­vrer une guerre sans mer­ci par ses deux aî­nés qui avaient l’âge de ma mère : elle était la rem­pla­çante, la ri­vale de leur mère dé­cé­dée. Il avait es­sayé de rompre en par­tant vivre en Is­raël, mais mes fu­turs pa­rents n’avaient pu s’em­pê­cher de s’y re­trou­ver. Re­ve­nue en France en­ceinte, ré­si­gnée, Si­mone avait ac­cou­ché de moi sous X, faute de moyens pour m’éle­ver. Ma mère m’a dit : « Il doit se re­tour­ner dans sa tombe de nous voir toutes les deux. Quand il m’a ap­pe­lée juste après ta nais­sance, il avait un can­cer, il doit être mort main­te­nant… » Ma mère est dé­cé­dée deux ans après notre ren­contre. D’elle, il me reste un frère aî­né, né sous X, que j’ai re­trou­vé, Do­mi­nique, et Na­ta­cha, ma pe­tite soeur.

C’est Jé­rôme, mon ma­ri, qui a re­trou­vé mon père en cher­chant son nom sur In­ter­net.

À New York ! J’ai dou­té que ce soit bien lui. Quand j’ai osé ap­pe­ler, mon père était dé­jà un vieux mon­sieur de presque 80 ans qui avait beau­coup souf­fert dans la vie. Juif, il avait vu toute sa fa­mille ex­ter­mi­née par les na­zis, puis sa femme, mère de ses en­fants, était dé­cé­dée en pleine force de l’âge. Après sa sé­pa­ra­tion

Nos re­trou­vailles ont été un vrai rayon de so­leil par­ta­gé !

d’avec ma mère, il avait re­fait sa vie aux USA avec Ra­chel, ren­con­trée en Is­raël peu après, et avec qui il avait eu deux en­fants, Eyal et Ta­lie. De ses quatre en­fants du pre­mier ma­riage, les deux fils aî­nés étaient dé­cé­dés, et les deux filles, Claire et Ro­nit vi­vaient en­core en Is­raël. Il ac­cep­tait que je l’ap­pelle deux fois par an, mais re­fu­sait toute ren­contre. Sa femme ne sa­vait rien et il ne vou­lait pas se re­tour­ner sur le pas­sé. Il avait be­soin de vivre en paix, ce que j’ai très bien com­pris.

Neuf ans ont pas­sé, le dé­sir de ren­con­trer mes frères et soeurs a été le plus fort et je leur ai écrit.

Quand Ro­nit, ma soeur is­raé­lienne, a lu le cour­rier, elle était folle de joie de me re­trou­ver. Elle avait 13 ans quand notre père avait connu Si­mone, ma mère, elle s’en sou­ve­nait très bien. Elle rê­vait, elle, d’un foyer re­com­po­sé et avait vu son père bri­sé par la dou­leur de cette rup­ture im­po­sée par les deux aî­nés. Quand il avait té­lé­pho­né pour rompre avec ma mère en s’in­ven­tant un can­cer, il avait dit à ses en­fants réu­nis : « Voi­là, j’ai fait ce que vous m’avez de­man­dé ! » Les en­fants de mon père étaient bou­le­ver­sés par cette histoire d’amour. Tout de suite, ils ont vou­lu me ren­con­trer, comme Ro­nit qui est ve­nue très vite en France. Tous… sauf mon père ! Ro­nit et moi sommes tout de suite de­ve­nues très proches, plus que de mon autre soeur, Claire. Je suis al­lée plu­sieurs fois en Is­raël et

Ro­nit m’a don­né l’idée de mon nou­veau mé­tier, pro­fes­seur de pi­lates, ce qu’elle est elle-même. On com­mu­nique sou­vent par or­di­na­teurs, grâce à l’ap­pli­ca­tion WhatsApp. Je parle même quelques mots d’hé­breu. C’est elle qui s’est re­bel­lée parce que Mar­cel re­fu­sait tou­jours de me voir ; un tê­tu comme il y en a peu ! En mars der­nier, Ro­nit m’a dit : « Pa­pa doit ve­nir en Is­raël pour un ma­riage. Tu vas ve­nir aus­si. Il n’au­ra pas d’autre choix que de te ren­con­trer sur notre ca­na­pé ! » Elle était em­bal­lée, moi, très an­xieuse… mais j’y suis al­lée quand même !

Mon père a tem­pê­té, mais il a fi­ni par plier sous la pres­sion fa­mi­liale,

dans l’autre sens cette fois : faire face à la vé­ri­té de la vie et des sen­ti­ments. C’était un homme fa­ti­gué, usé par l’exis­tence, qui n’avait rien contre moi, bien au contraire. Si­mone, il l’avait ai­mée. Mais il n’avait plus la force à 89 ans de re­gar­der en ar­rière. Peu im­por­tait que je ne le re­voie plus ja­mais : mon père m’a ser­rée dans ses bras une fois dans sa vie et j’étais l’en­fant de l’amour ! Je vou­lais juste sa­voir ça.

Moi qui n’avais pas de frère et soeur,

j’en ai donc re­trou­vé deux du cô­té de ma mère, quatre du cô­té de mon père, ce qui fait une grande fa­mille. Et le plus fort, c’est que le père de mes quatre en­fants, l’homme que j’ai épou­sé est… diacre de pro­fes­sion, l’équi­valent de cu­ré dans le ci­vil ! Mon ma­ri, ca­tho­lique, se re­trouve donc avec une de­mi-juive ! Mon rêve, au­jourd’hui, c’est d’em­me­ner mon ma­ri à Jé­ru­sa­lem, au mur des La­men­ta­tions où j’avais dé­po­sé mes voeux quelques an­nées plus tôt : sa­voir qui j’étais !

Propos recueillis par Ca­the­rine Si­gu­ret Té­MOI­GNAGE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.