3 ques­tions à...

Jean-fran­çois bay, di­rec­teur gé­né­ral de Mor­ning­star france

Mes Finances - - À LA UNE -

Quelle AT­TI­TUDE DOIVENT ADOP­TER les PAR­TI­CU­LIERS FACE à la vo­la­ti­li­té De la bourse ?

En pre­mier lieu, les in­ves­tis­seurs par­ti­cu­liers doivent bien dé­ter­mi­ner leur ob­jec­tif et leur ho­ri­zon de pla­ce­ment. Puis il faut qu’ils ana­lysent leur bud­get de risque, le mon­tant qu’ils sont prêts à perdre. Ils pour­ront alors ca­li­brer leur to­lé­rance au risque sur la du­rée de leur pla­ce­ment. Par exemple, si l’épar­gnant ac­cepte une vo­la­ti­li­té de 20%, ce­la si­gni­fie que po­ten­tiel­le­ment, chaque an­née, son ca­pi­tal peut fluc­tuer pour at­teindre entre 120 et 80% [des sommes ini­tia­le­ment pla­cées, ndlr]. Donc si au cours de l’an­née, son ca­pi­tal tombe à 80, il ne doit pas pa­ni­quer et ne pas sor­tir ses ac­tifs, car il se­ra dans les bornes de risque qu’il s’est fixées.

pour Quel Type De GES­TION De SES FONDS vaut-il Mieux op­ter ?

Les phases de dis­lo­ca­tion et d’ajus­te­ment des mar­chés sont plus pro­pices aux gé­rants très ac­tifs, comme les stock pi­ckers pour les ac­tions et les bond pi­ckers pour les obli­ga­tions, plu­tôt qu’à une ges­tion in­di­cielle, avec des ETF, qui va être sou­mise à beau­coup de vo­la­ti­li­té et se­ra moins pro­fi­table à l’in­ves­tis­seur. Ces gé­rants ha­bi­tués à ana­ly­ser les va­leurs peuvent mieux ex­ploi­ter les mou­ve­ments de court terme des mar­chés et se po­si­tion­ner sur des prix in­té­res­sants.

SUR Quels MAR­CHÉS FAUT-IL IN­VES­TIR ?

Au­jourd'hui, si vous ne vou­lez pas prendre de risque, vous n'au­rez pas de rendement. Avec des taux obli­ga­taires au­tour de 0%, votre pla­ce­ment net d'in­fla­tion, de frais et d'im­pôt, en­traîne une des­truc­tion de ca­pi­tal. L'épar­gnant doit ab­so­lu­ment ré­orien­ter son épargne et trou­ver des al­ter­na­tives au mo­teur obli­ga­taire à l'ar­rêt. Le mar­ché des ac­tions n'est au­jourd'hui pas op­ti­mal. Il faut donc al­ler sur d'autres sup­ports de di­ver­si­fi­ca­tion, tels que les obli­ga­tions conver­tibles. L'épar­gnant doit éga­le­ment conser­ver une al­lo­ca­tion in­ter­na­tio­nale de ses ac­tifs, afin de ne pas mettre tous ses oeufs dans un pa­nier fran­co-fran­çais. On peut aus­si op­ter pour des pla­ce­ments plus aty­piques, comme l'or, ou in­ves­tir dans les ma­tières pre­mières, qui ont beau­coup bais­sé ces der­nières an­nées, et dans l'im­mo­bi­lier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.