home-sit­ting

com­ment pro­té­ger votre lo­ge­ment pen­dant vos va­cances

Mes Finances - - SOMAIRE -

vous par­tez en va­cances mais n’êtes pas ras­su­ré à l’idée de lais­ser vos ani­maux et votre lo­ge­ment. pour­quoi ne pas es­sayer le home-sit­ting ? vous confiez les clés de votre ha­bi­ta­tion à des par­ti­cu­liers qui s’en oc­cu­pe­ront pen­dant votre ab­sence. Une so­lu­tion pratique qui doit tou­te­fois être en­ca­drée.

Vous par­tez en va­cances mais n’êtes pas ras­su­ré à l’idée de lais­ser votre lo­ge­ment in­oc­cu­pé. Pour­quoi ne pas es­sayer le home-sit­ting ? Vous confiez les clés de votre ha­bi­ta­tion à des par­ti­cu­liers qui s’en oc­cu­pe­ront en votre ab­sence. Une so­lu­tion pratique qui doit tou­te­fois être en­ca­drée.

par­tir en va­cances, c’est trou­ver une des­ti­na­tion, ré­ser­ver une lo­ca­tion, choi­sir son mode de trans­port… mais pas seule­ment. avant de faire vos ba­gages, vous avez d’autres ques­tions à ré­gler : qui s’oc­cu­pe­ra de vos ani­maux ? com­ment évi­ter les cam­brio­lages ? de­puis plu­sieurs an­nées, des pla­te­formes in­ter­net pro­posent de vous mettre en re­la­tion avec des home-sit­ters. comme la ba­by-sit­ter qui garde vos en­fants, le home-sit­ter s’oc­cupe de votre mai­son et de vos ani­maux gra­tui­te­ment. seule la mise en re­la­tion pro­po­sée par les sites in­ter­net est payante, en moyenne une cen­taine d’eu­ros. il ne s’agit pas de sa­la­riat, mais d’un échange de bons pro­cé­dés. si vous êtes in­té­res­sé par le concept, pen­sez à prendre quelques pré­cau­tions avant de vous lan­cer.

dé­tailler Votre de­mande

pour être sûr que le ser­vice pro­po­sé par les home-sit­ters cor­res­ponde bien à votre de­mande, il est im­por­tant dès le dé­part de dé­fi­nir vos be­soins. « Nous de­man­dons à chaque per­sonne de nous four­nir des dé­tails sur la su­per­fi­cie du lo­ge­ment, le nombre de pièces, la taille du jar­din. Nous avons aus­si be­soin d’in­for­ma­tions sur l’ani­mal à gar­der, com­bien de fois il faut le sor­tir par jour, quelles sont ses ha­bi­tudes », liste Jo­sé dillen­sch­nei­der, créa­teur du site dream­sit­ting.free.fr qui vous aide à trou­ver des re­trai­tés pour s’oc­cu­per de votre lo­ge­ment. ces pré­ci­sions sont in­dis­pen­sables pour trou­ver les per­sonnes adé­quates. « Es­sayez de faire votre de­mande au moins un mois à l’avance », ajoute-t-il.

eta­blir une re­la­tion contrac­tuelle

mieux vaut ins­tau­rer une re­la­tion contrac­tuelle. « Faites fi­gu­rer un maxi­mum d’in­for­ma­tions comme la du­rée de la pres­ta­tion, les services de­man­dés et aus­si les ho­raires pen­dant les­quels vous vou­lez que votre mai­son soit oc­cu­pée. At­ten­tion, vous ne pou­vez pas de­man­der une

pré­sence 24 heures sur 24, ce n’est pas du gar­dien­nage », pré­cise Jo­sé dillen­sch­nei­der. pour évi­ter tout pro­blème, il est conseillé de faire un état des lieux d’en­trée dé­taillé.

Vé­ri­fier Votre as­su­rance

en ma­tière d’as­su­rance, le home-sit­ting res­semble à la lo­ca­tion clas­sique d’une ré­si­dence se­con­daire. « Nous de­man­dons aux pro­prié­taires qu’ils soient cou­verts via l’as­su­rance mul­ti­risques ha­bi­ta­tion, sou­ligne ma­rian­nig fer­ra­ri, fon­da­trice des sites ili­dor.com et no­ma­dor.com qui mettent en re­la­tion pro­prié­taires et home-sit­ters. Elle les pro­tège en cas de si­nistres ex­té­rieurs aux agis­se­ments des in­vi­tés. De leur cô­té, les per­sonnes qui gardent la mai­son doivent pré­sen­ter une as­su­rance vil­lé­gia­ture pour les dates aux­quelles elles l’oc­cu­pe­ront. Elle les couvre pour les dé­gâts cau­sés au lo­ge­ment. » pré­ve­nez votre as­su­reur qu’en votre ab­sence votre lo­ge­ment se­ra oc­cu­pé par des in­vi­tés. si vous ac­cueillez un home-sit­ter étran­ger, re­gar­dez bien son contrat d’as­su­rance. il va­rie d’un pays à l’autre. vé­ri­fiez en­suite avec votre as­su­reur dans quelle me­sure vous êtes protégé. « Si vous es­ti­mez que ce n’est pas suf­fi­sant, de­man­dez par pré­cau­tion une ga­ran­tie spé­ci­fique tem­po­raire pré­voyant l’ac­cueil d’un in­vi­té étran­ger dans votre lo­ge­ment », conseille ma­rian­nig fer­ra­ri. ces ga­ran­ties vous couvrent en cas de gros si­nistres comme un in­cen­die ou un dé­gât des eaux. pour les plus pe­tits dé­gâts comme la casse d’ob­jet ou des tâches sur les murs, vous ne se­rez pas rem­bour­sé. « Dans ces si­tua­tions, le home-sit­ter peut rem­pla­cer lui-même les ob­jets. Si ce n’est pas pos­sible, on peut ima­gi­ner une com­pen­sa­tion à l’amiable », re­com­mande-t-elle. si vous faites gar­der vos ani­maux, le code ru­ral consi­dère que c’est la per­sonne qui s’en oc­cupe qui en est res­pon­sable. « Si pour une rai­son de né­gli­gence, un chien s’échappe et crée un ac­ci­dent ou s’il mord un pas­sant, la res­pon­sa­bi­li­té ci­vile du home-sit­ter est en­ga­gée, pré­cise la res­pon­sable d’ili­dor.com. Tou­te­fois, il est pos­sible de mettre dans le contrat une clause in­di­quant que le pro­prié­taire du chien est res­pon­sable des dom­mages cau­sés lors­qu’il est sous la res­pon­sa­bi­li­té du home-sit­ter. » Un point qui se né­go­cie dès le dé­part pour évi­ter toute source de li­tige.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.