QUELS CRI­TÈRES AVANT D’IN­VES­TIR ?

Mes Finances - - NEWS -

La quête d'un pla­ce­ment qui rap­porte ne doit pas s'ef­fec­tuer au dé­tri­ment de sa si­tua­tion fi­nan­cière, fa­mi­liale, pa­tri­mo­niale ou fis­cale. Avant de pla­cer son ar­gent, s'in­for­mer est in­dis­pen­sable. Il faut aus­si faire preuve de cu­rio­si­té, se po­ser des ques­tions et ne pas hé­si­ter à en po­ser à son conseiller fi­nan­cier. Quelques pa­ra­mètres es­sen­tiels à prendre de compte avant de vous lan­cer...

1. LE RISQUE

Il n'y a pas de ren­de­ment sans risque ! Le taux de ré­mu­né­ra­tion est en théo­rie pro­por­tion­nel au risque en­cou­ru : plus un pla­ce­ment fi­nan­cier est ris­qué, plus son po­ten­tiel de créa­tion de va­leur est im­por­tant, et plus la pro­ba­bi­li­té de perte est éle­vée. Avec un peu de ju­geote, on évite de tom­ber dans le piège d'une pu­bli­ci­té ac­cro­cheuse sur un pla­ce­ment ren­table et sans risque. Ça n'existe pas !

2. LES FRAIS

Les frais d'adhé­sion et de ges­tion d'un pla­ce­ment peuvent ro­gner sa ren­ta­bi­li­té. Par exemple, les SCPI pré­sentent l'in­con­vé­nient d'af­fi­cher des frais de sous­crip­tion éle­vés, qui obligent le por­teur de parts à les conser­ver au moins 5 à 8 ans, pour es­pé­rer re­trou­ver sa mise de dé­part.

3. LA FIS­CA­LI­TÉ

La fis­ca­li­té d'un pla­ce­ment est un pa­ra­mètre fon­da­men­tal à consi­dé­rer avant d'in­ves­tir. Mais ce ne doit pas être l'al­pha et l'omé­ga de votre dé­marche. Sous­crire un pro­duit ou uti­li­ser un mon­tage dans le seul but de payer moins d'im­pôt est source de sou­cis po­ten­tiels avec le fisc. Autre risque as­so­cié : sur­payer son in­ves­tis­se­ment, donc mi­ni­mi­ser la plus-va­lue po­ten­tielle.

4. LA LI­QUI­DI­TÉ

Au mo­ment de sous­crire un pla­ce­ment fi­nan­cier ou d'ache­ter dans l'im­mo­bi­lier, il est in­dis­pen­sable de pen­ser à sa re­vente. Est-ce que je peux ra­pi­de­ment ré­cu­pé­rer mon ar­gent ? Est-ce que la vente au­ra un im­pact né­ga­tif sur le prix ? Dans des re­gistres dif­fé­rents, le Li­vret A et l'achat d'ac­tions de so­cié­tés du CAC 40 sont des pla­ce­ments li­quides puisque l'on peut en sor­tir fa­ci­le­ment dans un laps de temps très court. In­ver­se­ment, cer­tains pla­ce­ments sont illi­quides par construc­tion, toute sor­tie étant im­pos­sible avant plu­sieurs an­nées, ou faute d'ache­teurs po­ten­tiels suf­fi­sants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.