COMMENT BIEN PRÉ­PA­RER SES VA­CANCES AU SKI ?

Les va­cances au ski se pré­parent et s’an­ti­cipent. Comment faire en sorte que ce sé­jour ne tourne pas au cau­che­mar, faute de neige ou d’as­su­rance traî­neau en cas de chute ?

Mes Finances - - LA UNE -

Si par­tir au ski est un pri­vi­lège - seuls 8% des Fran­çais partent au moins une an­née sur deux* -, il n’en reste pas moins sou­vent un vé­ri­table casse-tête : quelle sta­tion choi­sir, quel type d’hé­ber­ge­ment, ache­ter un for­fait à la se­maine ou à la de­mi-jour­née ? L’as­su­rance four­nie par la carte bleue suf­fit-elle ou faut-il sous­crire à celle for­te­ment conseillée par les agents com­mer­ciaux de la sta­tion ? Voi­ci quelques conseils pour que ce sé­jour à la neige se dé­roule le plus fa­ci­le­ment pos­sible.

CHOI­SIR SA PÉ­RIODE ET SA STA­TION

Les se­maines les plus de­man­dées sont gé­né­ra­le­ment celles du Nou­vel An ou des va­cances de fé­vrier. Par­tir hors va­cances sco­laires est évi­dem­ment sy­no­nyme d’éco­no­mies. Le mois de mars est le plus fa­vo­rable, conju­guant un en­nei­ge­ment en­core fort, des jour­nées plus longues et des tem­pé­ra­tures plus douces. Les va­cances de Pâques, en avril, sont plus ris­quées, cer­taines pistes étant gé­né­ra­le­ment fer­mées faute de neige. Mais dans des sta­tions de haute al­ti­tude, elles peuvent être par­ti­cu­liè­re­ment agréables : peu de files d’at­tente, un en­so­leille­ment fré­quent et des ta­rifs de fin de sai­son re­vus à la baisse. Quant à la sta­tion, en fonc­tion du ni­veau de ski et des at­tentes de cha­cun (surf, ra­quettes, ski de fond ?), cer­taines se­ront plus in­di­quées que d’autres. Pas­ser un peu de temps sur les sites des sta­tions per­met gé­né­ra­le­ment de faire un choix adap­té.

S'Y PRENDRE À L'AVANCE

Plus on at­tend, plus il est com­pli­qué d’avoir le choix d’un hé­ber­ge­ment qui cor­res­pon­dra en tous points à ses at­tentes. Ne pas hé­si­ter à pros­pec­ter 3 ou 4 mois avant le dé­part, pour mettre toutes les chances de son cô­té. Pas de pa­nique tou­te­fois en cas de dé­part à la der­nière mi­nute. Il est tou­jours pos­sible de trou­ver un toit, beau­coup de pres­ta­taires ne li­bè­rant leurs lo­ca­tions que quelques se­maines avant les dé­parts.

SE SIM­PLI­FIER LA VIE EN LIGNE

Tout le monde a fait l’ex­pé­rience pé­nible des heures de queue le pre­mier jour pour ache­ter les for­faits de toute la fa­mille et ré­ser­ver les cours des en­fants. Dé­sor­mais, ces cor­vées peuvent être évi­tées en com­man­dant for­faits et cours en ligne sur le site in­ter­net de la sta­tion. Un gain de temps et d’éner­gie consi­dé­rable. Idem pour le ma­té­riel qui peut être éga­le­ment loué à l’avance.

CHOI­SIR SA FOR­MULE

Cer­tains as­pirent à ren­ta­bi­li­ser leur sé­jour au maxi­mum. Dans ce cas, les for­mules « tout com­pris » peuvent être in­té­res­santes, avec des for­faits à la se­maine, les re­pas pré­pa­rés par l’hô­tel et les en­fants pris en charge dès l’ar­ri­vée. D’autres voient ce sé­jour plu­tôt comme une oc­ca­sion de prendre l’air et de re­char­ger les bat­te­ries, sans pour au­tant être sur les pistes du ma­tin au soir. Dans ce cas, mieux vaut peut-être choi­sir une lo­ca­tion in­di­vi­duelle et prendre son for­fait à la jour­née, en fonc­tion de la mé­téo et de son état de forme. Quant au type d’hé­ber­ge­ment - stu­dio dans le­quel on s’en­tasse à six ou vaste cha­let ? -, il dé­pend là en­core des re­ve­nus de cha­cun. Mais par­fois, il suf­fit de s’éloi­gner un tout pe­tit peu des pistes pour que le prix dé­grin­gole.

PRÉ­VE­NIR DES RISQUES

C’est gé­né­ra­le­ment le di­lemme au­quel tout va­can­cier est confron­té face au ven­deur de for­faits : fau­til, oui ou non, sous­crire à l’as­su­rance pro­po­sée en sus du for­fait ? La pers­pec­tive de se re­trou­ver la jambe cas­sée en haut d’une piste, avec à l’ar­ri­vée une fac­ture sa­lée, suf­fit à ac­cep­ter cette ma­jo­ra­tion du for­fait. Pour­tant, cette as­su­rance n’est pas tou­jours in­dis­pen­sable. En cas de be­soin d'as­sis­tance sur les pistes, voire de ra­pa­trie­ment, la plu­part des as­su­rances ha­bi­ta­tion com­prennent, en ef­fet, une ga­ran­tie d'as­sis­tance ski. Évi­dem­ment, les ac­ci­dents sur­ve­nus hors-piste ne sont gé­né­ra­le­ment pas pris en charge, mais les cou­ver­tures of­fertes per­mettent de se pas­ser d’une as­su­rance ski com­plé­men­taire. Cer­taines cartes bleues (les Gold ou Pre­mier) offrent éga­le­ment une cou­ver­ture ski. Quant aux frais mé­di­caux, ils sont cou­verts par la Sé­cu­ri­té so­ciale ain­si que les mu­tuelles. Avant de par­tir, il peut donc être bien­ve­nu de faire le point avec ses dif­fé­rents as­su­reurs sur le su­jet.

PRÉ­VE­NIR DES RISQUES

Chaque an­née, des cen­taines de va­can­ciers voient leur sé­jour gâ­ché par une rup­ture des li­ga­ments croi­sés dès la pre­mière re­mon­tée ou par une obli­ga­tion de re­des­cendre à la sta­tion avant la fin de la jour­née, faute de souffle. Si tous les ac­ci­dents ne sont hé­las pas évi­tables, une bonne condi­tion phy­sique en pré­vient néan­moins cer­tains. Le ski, con­trai­re­ment à cer­taines idées re­çues, est un sport exi­geant. Dé­mar­rer la se­maine par une piste noire, quand le seul exer­cice pra­ti­qué du­rant l’an­née s’est bor­né à réus­sir son cré­neau le ma­tin, est une très mau­vaise idée. Deux mois avant le sé­jour, il est donc conseillé de faire quelques séances d’ab­dos-fes­siers et de mar­cher ou cou­rir deux à trois fois par se­maine.

Pen­sez à ré­ser­ver votre for­fait sur in­ter­net pour res­ter plus de temps sur les pistes

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.