Asus GeForce GTX Ti ROG STRIX

Des per for­mances ra­di­cales et du si­lence

Micro Pratique - - SOMMAIRE -

Si vous êtes à la re­cherche d’une car te gra­phique très haut de gamme et que vous n’avez pas de contrainte bud­gé­taire, vous avez dé­jà cer­tai­ne­ment fait le choix d’une GeForce GTX 1080 Ti. Mais entre le mo­dèle de base dé­li­vré par nVi­dia et les ver­sions cus­to­mi­sées par les par te­naires du ca­mé­léon, il y a de quoi se perdre. La ver­sion ROG Strix OC d’Asus fait par tie de ces mo­dèles où, dès le dé­bal­lage, on a l’im­pres­sion d’en avoir pour son ar­gent. Pas grâce au bundle (un câble et un tour de poi­gnet en vel­cro), mais dé­jà par le poids et la taille de la car te. At­ten­tion, ses 30 cm de long l’em­pêchent d’in­té­grer n’im­por te quel boî­tier, et elle peut aus­si po­ser pro­blème à cause de son épais­seur (2,5 slots). Elle est vrai­ment mas­sive. Elle ar­bore trois gros ven­ti­la­teurs qui en im­posent et qui re­couvrent un ra­dia­teur en alu­mi­nium. Ces ven­ti­la­teurs sont cer ti­fiés IPX5, c’est-à-dire qu’ils ré­sistent mieux à la pous­sière. Sans bran­cher cette car te, on de­vine qu’elle va s’illu­mi­ner de toutes par ts, le construc­teur ayant lais­sé de nom­breux in­dices. Ef­fec­ti­ve­ment, une fois le mon­tage réa­li­sé au sein de notre PC, dès le pre­mier al­lu­mage elle jette de la lu­mière par tout dans le châs­sis, que ce soit par le lo­go au dos ou de­puis les nom­breuses LED par­se­mées au­tour des ven­ti­la­teurs. L’ou­til GPU Tweak II four­ni sur le CD per­met de choi­sir les cou­leurs que l’on veut sur une très large pa­lette. No­tez que par dé­faut, un code cou­leur re­la­ti­ve­ment simple in­dique la tem­pé­ra­ture de la car te : ver t c’est frais, rouge c’est que la puce gra­phique a be­soin d’air. Les ven­ti­la­teurs nous of frent notre pre­mière frayeur puis­qu’ils res­tent éteints lors du dé­mar­rage, même ar­ri­vé sous Win­dows. C’est vo­lon­taire : ils ne se mettent en fonc­tion qu’en cas de be­soin. Et force est de consta­ter que ce n’est pas sou­vent… même quand on joue long­temps ! En prime, quand ils se mettent au tra­vail, ils ne font qua­si­ment pas de bruit.

Le prix fort

En mode OC (sur­ca­den­cé), cette Strix d’Asus donne un peu plus qu’une GTX 1080 Ti de base, c’est-à-dire dé­jà beau­coup. Mais at­ten­tion d’ac­ti­ver aus­si le re­froi­dis­se­ment du mode ga­ming, si­non la car te risque de grim­per en tem­pé­ra­ture et de dé­gra­der ses per for­mances. No­tez que cette car te au­ra une uti­li­té dès lors que l’on joue sur un écran à très haute dé­fi­ni­tion, voire même en 4K, car en Full HD, elle pla­fonne, pire elle s’en­nuie, même lorsque l’on ac­tive tous les dé­tails gra­phiques au sein des jeux. Nous l’avons alors tes­tée sur un écran per­met­tant dé­jà d’af fi­cher du 2560 x 1400 et, là en­core, c’est im­pres­sion­nant : 105 images par se­conde pour Rise of the Tomb Rai­der (en Di­rectX 12), Deus Ex : Man­kind Di­vi­ded ( Di­rectX 12) grimpe à 69 ips, Fal­lout 4 à 88 ips et GTA V à 79 ips pour ne ci­ter que ces exemples-là. Cette Strix d’Asus est au fi­nal un ex­cellent pro­duit pour les ama­teurs de très hautes per­for­mances qui ne veulent pas for­cé­ment que

leur PC se trans­forme en tur­bine en mode jeu. De ce cô­té- là, Asus fait un ex­cellent boulot car la car te s’avère vrai­ment si­len­cieuse dans tous les cas de fi­gure. Mais le prix de­man­dé par le construc­teur est trop éle­vé ! 880 €, c’est en­vi­ron 100 € de plus que les concur­rents. Alors cer tes elle ne manque pas d’atouts, mais l’in­ves­tis­se­ment en vaut-il la peine ? Car le re­froi­dis­se­ment de base dé­ve­lop­pé par nVi­dia n’est dé­jà pas très bruyant…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.