La lutte contre le pi­ra­tage

Micro Pratique - - COURRIER - A. Le­longt

J’ai prê­té mon ap­par­te­ment à des amis cet été et, quelle n’est pas ma sur­prise à mon re­tour de va­cances ! Je re­çois un mail éma­nant de Ha­do­pi m’in­for­mant que ma connexion a été uti­li­sée pour des té­lé­char­ge­ments illé­gaux, via la pla­te­forme BitTorrent. Vrai­sem­bla­ble­ment, ce mail consti­tue un pre­mier aver­tis­se­ment. Ces pra­tiques ne sont pas dans mes ha­bi­tudes, aus­si je ne risque pas de re­com­men­cer, mais si d’autres in­vi­tés le font, pour­riez-vous me dire ce que je risque exac­te­ment ? Autre ques­tion : com­ment par­ta­ger ma connexion In­ter­net tout en la pro­té­geant de tels agis­se­ments ?

RÉ­PONSE

C’est tout le pro­blème du pro­prié­taire-res­pon­sable. Le dé­ten­teur du contrat « In­ter­net » est le seul res­pon­sable au re­gard de la loi, et vous pour­rez bien dire au FAI ou à la Haute Au­to­ri­té pour la Dif fu­sion des OEuvres et la Pro­tec­tion des droits sur In­ter­net (Ha­do­pi) que vous n’étiez pas chez vous, que ce n’est pas vous, vous res­tez pé­na­le­ment res­pon­sable de l’usage qui en est fait. Ce­la veut dire que les pa­rents sont res­pon­sables de ce que vont faire leurs en­fants sur In­ter­net, que le pro­prié­taire d’un lieu prê­té ou loué avec une connexion In­ter­net se­ra res­pon­sable, et que dans une col­lo­ca­tion, ce­lui qui si­gne­ra le contrat avec le FAI se­ra res­pon­sable pour tout le monde. La dé­marche Ha­do­pi est simple : un pre­mier mail de mise en garde, une se­conde aler te cette fois par cour­rier avec Ac­cu­sé de ré­cep­tion, avant une troi­sième phase qui est la trans­mis­sion du dos­sier à l’au­to­ri­té ju­di­ciaire. Vous êtes donc au pre­mier stade de la ré­ponse gra­duée à un usage « non conforme » de votre abon­ne­ment In­ter­net. Sa­chez que vos in­vi­tés ont uti­li­sé des ser vices de type peer-to-peer pour char­ger des films et, s’ils avaient re­gar­dé des films en strea­ming, vous n’au­riez pas été rap­pe­lée à l’ordre, car il est dif fi­cile de faire la dif fé­rence entre une lec­ture lé­gale et illé­gale, alors que le té­lé­char­ge­ment est fa­ci­le­ment iden­ti­fiable. Un dos­sier que de­vrait peau­fi­ner Ha­do­pi pour de vrais ré­sul­tats. Pour ce qui concerne votre « connexion » dans le cas où vous se­riez ame­née à prê­ter à nou­veau votre ap­par te­ment avec Wi-Fi, mal­heu­reu­se­ment il n’existe pas de vé­ri­table so­lu­tion. Vous pour­riez bien évi­dem­ment cou­per le Wi-Fi et rendre la box in­ac­ces­sible phy­si­que­ment pour em­pê­cher que vos vi­si­teurs n’y ins­tallent un câble vers leur or­di­na­teur por table. Mais au­jourd’hui, il est dif fi­cile de ne pas pro­po­ser In­ter­net dans sa mai­son... Pour ce qui est de rendre im­pos­sibles les Tor­rents et autres té­lé­char­ge­ments en peer-to-peer, il fau­drait fer­mer les por ts cor­res­pon­dants sur votre box et désac­ti­ver l’UPNP pour fi­na­li­ser le tout. Ce­la de­mande des com­pé­tences que vous n’avez peu­têtre pas. Autre so­lu­tion, cou­per votre Wi-Fi do­mes­tique et pro­té­ger phy­si­que­ment votre box, puis pro­po­ser un rou­teur 3G-4G avec un abon­ne­ment de X Go/mois à vos « in­vi­tés ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.