S’équi­per pour la ren­trée

Micro Pratique - - SOMMAIRE - Dos­sier réa­li­sé par Da­mien La­bou­rot

La pé­riode de la ren­trée est sou­vent sy­no­nyme de chan­ge­ment de ma­té­riel in­for­ma­tique. L’oc­ca­sion de re­nou­ve­ler tout ou par­tie de sa confi­gu­ra­tion, mais aus­si d’ajou­ter des pé­ri­phé­riques ou des lo­gi­ciels.

La ren­trée est sou­vent sy­no­nyme de chan­ge­ment de ma­té­riel in­for­ma­tique. L’oc­ca­sion de re­nou­ve­ler tout ou par­tie de sa confi­gu­ra­tion, mais aus­si d’ac­qué­rir des pé­ri­phé­riques ou des lo­gi­ciels. Com­ment faire les bons choix et ne pas se trom­per ? Voici nos élé­ments de ré­ponses.

La ren­trée des classes est un mo­ment pro­pice pour ache­ter du nou­veau ma­té­riel in­for­ma­tique. C’est bien sou­vent à cette pé­riode, en ef­fet, que les construc­teurs com­mencent à mettre leurs nou­veau­tés en place. C’est aus­si l’oc­ca­sion pour eux de bra­der les produits de la gé­né­ra­tion pré­cé­dente afin de faire de la place sur les étals des mar­chands avant la pé­riode faste des fêtes de fin d’an­née. Afin de sé­duire no­tam­ment les étu­diants, de nom­breuses offres pa­cka­gées avec lo­gi­ciels et/ou pé­ri­phé­riques (im­pri­mante) sont mises en place dans les dif­fé­rents cir­cuits de dis­tri­bu­tion avec des ra­bais à la clé. Si, pen­dant des an­nées, cette pé­riode de ren­trée a été la plus faste pour les construc­teurs, aujourd’hui elle a glis­sé plus tard dans l’an­née, à par­tir du mois de no­vembre. Sous l’impulsion de nos amis amé­ri­cains, c’est à comp­ter du Black Fri­day (23 no­vembre cette an­née) et jus­qu’à fin dé­cembre que le gros du vo­lume est écou­lé.

Choi­sir les bons com­po­sants

Cette pé­riode de ren­trée est donc sy­no­nyme de bonnes af­faires, mais pas for­cé­ment pour les der­nières nou­veau­tés puis­qu’elles viennent d’ar­ri­ver. Les prix sont alors au plus haut à quelques ex­cep­tions près ou ma­chines conçues spé­ci­fi­que­ment pour at­ti­rer le plus grand nombre quitte à sa­cri­fier les marges. C’est pour­quoi il est pré­fé­rable de se tourner vers des ma­chines ayant quelques mois de pré­sence, quitte à sa­cri­fier quelque peu les per­for­mances. C’est avant tout une his­toire de com­pro­mis à faire. En outre, il faut sa­voir qu’au rayon des com­po­sants, peu de chan­ge­ments ont été opé­rés par les construc­teurs. Sur les cartes gra­phiques, c’est par exemple le calme plat de­puis de nom­breux mois et une par­tie du re­nou­vel­le­ment de­vrait s’opé­rer sur cette fin d’an­née seule­ment, dans le meilleur des cas. La seule réelle nou­veau­té vient du par­te­na­riat entre AMD et In­tel sur les Core avec une puce vi­déo Ve­ga M in­té­grée comme nous avons pu le tes­ter le mois der­nier dans le Spectre 15 x360 de HP ou ce mois-ci avec le XPS 15 2-en-1 de Dell (voir page 22). Pour le reste, on re­trouve donc les GeForce de nVi­dia qui sont intégrées dans de nom­breux or­di­na­teurs (por­tables ou non) et par­fois quelques Ra­deon d’AMD.

Du cô­té des pro­ces­seurs, la donne est un peu dif­fé­rente. Avec le re­tour de la concur­rence entre AMD et In­tel, il y a en­fin du chan­ge­ment et de la vraie nou­veau­té, du moins sur les or­di­na­teurs fixes, In­tel conser­vant la main sur les por­tables. Quoi qu’il en soit, on as­siste à un vrai match entre les deux et l’on gagne des coeurs pour une même en­ve­loppe ta­ri­faire. Sur PC fixes, on ob­tient ain­si au mi­ni­mum 4 coeurs en en­trée de gamme, 8 en mi­lieu et 12 ou 16 sur les plus per­for­mants. Du cô­té des por­tables, c’est un peu la même chose. Là où nous avions deux coeurs l’an­née der­nière, on en a le double aujourd’hui et sur les confi­gu­ra­tions les plus haut de gamme, on bé­né­fi­cie de 12 coeurs lo­giques là où il y en avait huit pré­cé­dem­ment. Avec la baisse conti­nue des prix du sto­ckage à base de mé­moire flash, on trouve des SSD plus fa­ci­le­ment même sur des or­di­na­teurs à prix ac­ces­sibles. Cer tes la ca­pa­ci­té de

sto­ckage se­ra plus li­mi­tée ( 64 à 256 Go) que celle d’un disque dur, mais les per­for­mances n’au­ront aus­si rien à voir. C’est sur tout les temps d’at­tente pour le char­ge­ment des lo­gi­ciels, in­cluant le système ex te ex te d’ ex­ploi­ta­tion, cou­rant cou­rant avec let­trine qui de­vien­dront qua­si­ment in­exis­tants. Les disques durs ne sont pas à bou­der pour au­tant, mais en tant que sto­ckage se­con­daire ou ex­terne au sein d’un boî­tier. texte cou­rant Du cô­té des écrans, la grande ma­jo­ri­té des ma­chines offrent de base une dalle IPS. Si ce n’est pas le cas, mé­fiance ! L’in­té­rêt de cette tech­no­lo­gie est d’of­frir un large champ de vi si on au­tant ver t i cal qu’ ho­ri­zon­tal. Ce­la veut dire en pra­tique que vous n’êtes pas obli­gé d’être pile en face pour voir ce qu’il se passe ! Du cô­té des or­di­na­teurs por­tables, si vous faites le choix d’un hy­bride, il faut sa­voir que vous n’au­rez pas d’autres choix que d’avoir un écran brillant. Ils sont li­vrés avec un verre de pro­tec­tion qui offre une meilleure ré­sis­tance dans le temps mais mal­heu­reu­se­ment, cette vitre vient avec des re­flets. Cer tains construc­teurs mettent en place des trai­te­ments afin de li­mi­ter cet ef­fet de bord non dé­si­ré, mais pas tous, loin de là.

Bien dé­fi­nir ses be­soins

Avant toute chose, il va vous fal­loir faire un exer­cice re­la­ti­ve­ment long et com­plexe : dé­fi­nir vos be­soins r éels. Ce­la per­met­tra de des­si­ner les contours de votre fu­ture ma­chine. Par exemple, ne partez pas bille en tête sur l’achat d’un ordinateur por­table s’il ne bouge ja­mais ! Vous au­rez un écran plus pe­tit, une confi­gu­ra­tion glo­ba­le­ment moins per­for­mante par rap­port à ce qu’of­fri­rait un PC fixe de même va­leur. Com­men­cez donc par lis­ter vos be­soins en met­tant des ni­veaux de prio­ri­té. Ce­la per­met au fil du temps d’af­fi­ner et de trou­ver votre ma­chine idéale. Si vous op­tez pour un ordinateur por­table, il faut en­core dé­fi­nir si vous avez le be­soin d’un écran tac­tile, si la ma­chine doit être hy­bride (écran dé­mon­table ou pi­vo­tant ?), si elle doit être fa­ci­le­ment trans­por table (Ul­tra­book ou de 14 pouces maxi­mum) ou confor table ( 17 pouces et plus). Si vous avez be­soin de jouer aus­si, car il fau­dra comp­ter sur la pré­sence d’une carte gra­phique et non d’une puce vi­déo em­bar­quée, à part quelques ex­cep­tions. Après une pre­mière passe, vous pou­vez alors dé­fi­nir le bud­get que vous sou­hai­tez al­louer à l’ac­qui­si­tion de votre ma­chine. Ne partez ja­mais bille en tête avec juste un bud­get, car ce­la risque d’être ra­pi­de­ment la dé­cep­tion.

Choi­sir un ordinateur uni­que­ment fonc­tion de son prix est ra­re­ment une bonne chose, car on ac­cepte alors de nom­breux com­pro­mis que l’on va re­gret­ter par la suite. Gar­dez aus­si dans un coin de tête qu’une ma­chine que l’on ne paye pas cher, on la change aus­si plus vite. C’est nor­mal, elle montre bien plus vite ses li­mites et s’es­soufle plus ra­pi­de­ment. A for­tio­ri dans des for­mats com­pacts où il est plus dif­fi­cile d’ap­por ter des mo­di­fi­ca­tions du­rant la vie de l’ap­pa­reil.

Ce PC est là pour durer long­temps

Dans votre liste de be­soins, pen­sez dès à pré­sent que votre ordinateur va de­ve­nir un fi­dèle com­pa­gnon dans le temps. Nos ma­chines durent de plus en plus long­temps car nos be­soins changent moins dans la du­rée et il n’y a plus de tâches par­ti­cu­liè­re­ment lourdes, hor­mis la pra­tique de jeux vi­déo. Il n’est plus rare de conser­ver un ordinateur plus de cinq ans et as­sez fa­ci­le­ment. N’hé­si­tez sur t out pas, au mo­ment de l’achat,à sous­crire une ex­ten­sion de ga­ran­tie. Celle-ci vous of­fri­ra un confort non né­gli­geable sur­tout dans le cas d’un ordinateur por­table. Un élé­ment peut tom­ber en panne as­sez fa­ci­le­ment et le dé­mon­tage n’est pas for­cé­ment une chose ai­sée, sur tout sur les hy­brides ou les Ul­tra­book où les com­po­sants ont la fâ­cheuse ten­dance à être sou­dés. Ce­la veut aus­si dire qu’un rem­pla­ce­ment hors ga­ran­tie risque de vous coû­ter cher, très cher.

Ache­ter neuf ou d’oc­ca­sion ?

Il est bien sûr pos­sible d’ache­ter une ma­chine d’oc­ca­sion. De nom­breux sites entre par­ti­cu­liers fa­vo­risent les tran­sac­tions (Le­bon­coin, Pri­ce­mi­nis­ter, etc.). At­ten­tion, ce choix né­ces­site de prendre cer­taines pré­cau­tions. Si vous ache­tez un ordinateur por­table, soyez vi­gi­lant à plu­sieurs choses. Tout d’abord n’hé­si­tez pas à de­man­der quelques dé­tails concer­nant l’état de la bat­te­rie. Des uti­li­taires comme Hard­ware Mo­ni­tor ren­seignent cette in­for­ma­tion as­sez fa­ci­le­ment. De plus, si le pré­cé­dent pro­prié­taire était fu­meur, le système de re­froi­dis­se­ment risque d’être par­ti­cu­liè­re­ment en­cras­sé, donc n’hé­si­tez pas à po­ser la ques­tion. En­fin, de­man­dez l’état de la par­tie sto­ckage. Si c’est une ma­chine ayant déjà bien vé­cu, le disque dur risque d’être émous­sé et

pas qu’un peu. Mais il est aus­si pos­sible d’ex­ploi­ter les rayons « achats re­con­di­tion­nés », « coin des af­faires » ou « re­furb » des uns ou des autres. Der­rière ces es­paces, se cachent très sou­vent des clients qui se dé­sistent du­rant les 14 jours où le droit à la consom­ma­tion le per­met. Ce­la per­met en théo­rie d’ob­te­nir l e même pro­duit qu’en neuf mais avec un ra­bais. At­ten­tion tout de même, par­fois il peut man­quer des ac­ces­soires à l’in­té­rieur de la boîte (câbles) ou le pro­duit peut avoir un dé­faut cos­mé­tique (une rayure ou un choc). Par­fois, c’est juste le car­ton d’em­bal­lage qui a su­bi un choc et le pro­duit de­vient im­propre à la vente en pro­duit neuf… Ce­la peut donc va­loir le coup d’oeil au mo­ment de l’achat. Les ven­deurs pro­fes­sion­nels ont obli­ga­tion de pré­ci­ser quels sont les dom­mages réels. Vous bé­né­fi­ciez des mêmes droits de ré­trac­ta­tion, ce qui peut être pra­tique en cas de dé­faut rédhi­bi­toire.

Le se­cret ? Prendre son temps

L’achat d’un ordinateur se doit d’être mû­re­ment ré­flé­chi et ne doit en au­cun cas être un achat im­pul­sif si­non des re­grets vont ap­pa­raître très ra­pi­de­ment. Il faut prendre le temps de bien ana­ly­ser ce que l’on sou­haite vrai­ment en éta­blis­sant un ca­hier des charges et en pre­nant soin de mettre en avant ses propres be­soins. Il existe de nom­breux ca­naux de dis­tri­bu­tion (neuf, oc­ca­sion, sur me­sure, etc.), de nom­breux fac­teurs de formes, en clair un très vaste choix pour avoir le PC qui nous res­semble le mieux. Pre­nez donc votre temps et sur­tout faites très at­ten­tion aux conseils ra­va­geurs des ven­deurs qui peuvent à tout mo­ment ten­ter de vous vendre le mo­dèle qu’ils ont sur les bras plu­tôt que ce­lui que vous sou­hai­tiez vrai­ment ! De quoi ajou­ter aus­si des com­pro­mis sup­plé­men­taires par rap­port à ce que vous aviez idéa­le­ment pré­vu !

Tout le monde n’a pas be­soin d’un por­table fin et lé­ger, c’est votre usage qui le dic­te­ra.

La pré­sence d’un SSD est vi­tale dans votre PC : ce­la offre un meilleur confort d’uti­li­sa­tion. À lui seul, il per­met d’éra­di­quer les la­tences in­duites par le char­ge­ment des don­nées.

Mal­gré l’of­fen­sive d’AMD, In­tel est pré­sent dans qua­si­ment tous les or­di­na­teurs por­tables du marché.

L’achat en oc­ca­sion peut être une bonne idée pour un pro­duit ré­cent, mais soyez vi­gi­lant !

Si vous sou­hai­tez une confi­gu­ra­tion aux petits oi­gnons, il fau­dra pas­ser par des spé­cia­listes comme LDLC, Ma­te­riel.net, Top Achat ou l’as­sem­bleur de votre quar­tier.

Dès qu’un ordinateur est un peu « ga­mer », il y a de fortes chances d’y trou­ver une carte gra­phique nVi­dia. Un constat va­lable au­tant sur les PC fixes que por­tables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.