DIS­CI­PLINE D’EN­FER

PEU PÉNALISÉS DE­PUIS LE DÉ­BUT DE LA SAI­SON, LES LOT-ET-GARONNAIS ONT FAIT DE LA DIS­CI­PLINE L’UNE DE LEURS PRIO­RI­TÉS POUR TEN­TER DE SUR­VIVRE EN TOP 14.

Midi Olympique - - Top 14 4e journée - Les Age­nais, ici face au Ra­cing qui se fait pé­na­li­ser, font preuve d’une grande dis­ci­pline. Par Émi­lie DUDON emi­lie.dudon@mi­di-olym­pique.fr

3. En trois jour­nées,Agen a été pé­na­li­sé seule­ment 23 fois : huit à Mont­pel­lier, six contre le Ra­cing 92 et neuf à Oyon­nax. Un chiffre très ho­no­rable, pour un pro­mu de sur­croît. Si ce­la ne l’avait pas em­pê­ché d’en­cais­ser près de cin­quante points à l’Al­trad Sta­dium, cette dis­ci­pline avait lar­ge­ment contri­bué au suc­cès face au Ra­cing à Ar­man­die. C’est aus­si ce qui a fait pen­cher la ba­lance en fa­veur d’Oyon­nax le week-end der­nier, les joueurs de l’Ain l’em­por­tant de deux points (12-10) après s’être mon­tré en­core plus dis­ci­pli­nés que leurs ad­ver­saires (six pé­na­li­tés concé­dées) et avoir bien pro­fi­té du car­ton jaune re­çu par Mi­ckaël de Mar­co juste avant la pause. Contre La Ro­chelle ce sa­me­di, ce sec­teur se ré­vé­le­ra une nou­velle fois déterminant pour ten­ter d’exis­ter - de l’em­por­ter - face à l’ogre ma­ri­time.

PHY­SIQUE, TECH­NIQUE ET IN­TEL­LI­GENCE

La dis­ci­pline consti­tue l’un des prin­ci­paux axes de tra­vail de Mau­ri­cio Reg­giar­do et Sté­phane Pros­per en cette an­née de re­tour en Top 14 : « À Agen, le contrat pour les joueurs, c’est le CDD : conquête-dé­fense-dis­ci­pline, ex­plique l’en­traî­neur prin­ci­pal en charge des avants. C’est l’un de nos trois sup­ports prio­ri­taires. » Cette vo­lon­té de maî­trise maxi­male est no­tam­ment née du deuxième match ami­cal du club cet été, face au CO dé­but août. Vain­cus 46 à 29, les Lot-et-Garonnais avaient no­tam­ment payé leur in­dis­ci­pline. Mau­ri­cio Reg­giar­do re­prend : « Nous avions été pénalisés à 18 ou 19 re­prises. On s’est dit que c’était beau­coup trop pour pou­voir ri­va­li­ser en Top 14. À par­tir de là, c’est de­ve­nu une prio­ri­té. »

Mais com­ment tra­vaille-t-on con­crè­te­ment, pour faire moins de fautes ? « Nous met­tons beau­coup l’ac­cent sur la tech­nique in­di­vi­duelle des joueurs, au­tour des rucks no­tam­ment », livre le tech­ni­cien ar­gen­tin. Pho­to Mi­di Olym­pique - Pa­trick De­re­wia­ny Il n’y a pas que ça : à Agen, les condi­tions d’en­traî­ne­ment sont cal­quées sur celles des matchs. En clair, les joueurs payent leurs fautes lors des séances en cours de se­maine comme celles qu’ils com­mettent pen­dant les ren­contres of­fi­cielles. « Le sa­me­di, ça se tra­duit par des pé­na­li­tés et des points au ta­bleau d’af­fi­chage. À l’en­traî­ne­ment, ça se paye par des pompes ou des tours de ter­rain. » Un gros tra­vail phy­sique est né­ces­saire, éga­le­ment, afin de pou­voir s’en­ga­ger dans les phases de com­bat en gar­dant un maxi­mum de lu­ci­di­té. Il s’agit-là d’un pa­ra­mètre es­sen­tiel. On sait que pour un pro­mu, le com­bat est sou­vent l’une des prin­ci­pales armes à op­po­ser aux équipes sup­po­sées meilleures. La maî­trise dont font ac­tuel­le­ment preuve les Age­nais n’en est que plus louable.

Mais au-de­là du phy­sique, l’état d’es­prit des joueurs est déterminant se­lon Mau­ri­cio Reg­giar­do : « Il faut des mecs in­tel­li­gents, qui soient ca­pables de connaître la li­mite et d’y évo­luer. C’est ça le plus dif­fi­cile. Il faut croire qu’à Agen, nous avons des joueurs in­tel­li­gents… » L’une des têtes pen­santes du groupe, le de­mi de mê­lée Ri­cky Ja­nua­rie, confirme : « Nous bos­sons beau­coup les pla­quages, sur les rucks. On sait ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Par exemple, on n’ira pas grat­ter un bal­lon in­uti­le­ment si on n’a pas de chance de le ré­cu­pé­rer. »

Lors du match ami­cal à La Ro­chelle à la mi-août, les Age­nais avaient été pénalisés seule­ment neuf fois. Et s’étaient tout de même lour­de­ment in­cli­nés, 33-14. Ils de­vront éle­ver leur ni­veau de jeu dans bien d’autres do­maines pour es­pé­rer créer l’ex­ploit face au lea­der de la phase ré­gu­lière du der­nier Top 14. Il n’em­pêche que la maî­trise se­ra en­core une clé pour un pos­sible suc­cès. Mau­ri­cio Reg­giar­do conclut : « Les Ro­che­lais ont beau­coup de res­sources. À par­tir des pé­na­li­tés, ils sont ca­pables de dy­na­mi­ser en jouant à la main aus­si bien que d’al­ler en touche et de mar­quer sur un bal­lon por­té. » Les Ro­che­lais sont dé­jà bien as­sez ta­len­tueux pour mar­quer des points dans n’im­porte quelle si­tua­tion sans avoir be­soin qu’on leur en offre bê­te­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.