GTO pre­mière en Fé­dé­rale 3 !

Midi Olympique - - Ovalie Fédérale 1 Jean-Prat - 2e journée - G. C.

L’ac­ti­vi­té dy­na­mique du GTO (Gretz-Tour­nan-Ozoir Rug­by Centre 77) a fait re­vivre le rug­by dans cette par­tie un peu dé­ser­tée de la Seine-et-Marne. Ce club qui joue­ra ce week-end à Pi­thi­viers la pre­mière ren­contre de son his­toire en Fé­dé­rale 3, a trou­vé les moyens de son éclo­sion dans l’in­ves­tis­se­ment éner­gique de son pré­sident Franck La­clie. Mar­seillais d’ori­gine, pas­sion­né de rug­by - « J’ai joué 10 ans à Mar­seille en Sé­rie avant la fu­sion avec Au­bagne » - et chef d’en­tre­prise dans le do­maine du ma­té­riel de net­toyage in­dus­triel, il avait po­sé ses va­lises en Ile-de-France en 2002 vers Ozoir, à proxi­mi­té de l’un de ses sites in­dus­triels. Illi­co pres­to, il avait ai­dé à la re­prise d’ac­ti­vi­té de ce club mo­ri­bond avec son an­cienne pré­si­dente Co­rinne La­barre. En 2011, il a été l’ini­tia­teur de la fu­sion avec GretzTour­nan, dont il a pris la pré­si­dence. De­puis 15 ans, marche après marche, avec les bonnes vo­lon­tés lo­cales, son équipe a re­cons­ti­tué un pôle de rug­by per­for­mant sans bé­né­fi­cier de l’aide mo­nu­men­tale des col­lec­ti­vi­tés lo­cales. On compte à peine 20 000 eu­ros de sub­ven­tions al­louées par les trois mai­ries sur les­quelles le club re­pose, dans son bud­get de 150 000 eu­ros. Lui a mis au pot, avec quelques uns des ses amis par­te­naires fi­nan­ciers, pour construire son en­ver­gure. Le club a pas­sé cinq sai­sons sur ce rythme en Hon­neur avant d’ob­te­nir sa pro­mo­tion l’an der­nier en Fé­dé­rale 3. Les en­traî­neurs Nor­bert Mos­so (ex-Me­lun) puis Pierre Le­fur (ex-Mé­tro Cla­mart et Pon­tault-Com­bault) se sont suc­ces­si­ve­ment gref­fés au très lo­cal Alain Tor­ret pour ali­men­ter cette dy­na­mique. La courbe de crois­sance, maî­tri­sée, est as­cen­dante. La Fé­dé­rale 3 en au­ra t-elle rai­son ? « L’am­biance est bonne, dit La­clie. On cherche en­core de l’ar­gent pour ré­pondre aux exi­gences de la Fé­dé­rale 3, pour payer les dé­pla­ce­ments, les ar­bitres et les of­fi­ciels. On at­tend un peu des mai­ries la ré­ponse à nos sol­li­ci­ta­tions. On ver­ra bien. Mais nous sommes heu­reux d’avoir in­té­gré ce ni­veau, et j’es­père que nous sau­rons nous en sor­tir. » Pre­mier élé­ment de ré­ponse di­manche à Pi­thi­viers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.