Tou­louse, le Real et les Sa­ra­cens...

Midi Olympique - - Une Semaine Avec... - Em­ma­nuel MASSICARD em­ma­nuel.massicard@mi­di-olym­pique.fr

Pour la pre­mière fois cette sai­son, la plus grande com­pé­ti­tion des clubs de rug­by se joue­ra sans le Stade tou­lou­sain, pre­mier vain­queur de l’épreuve en 1996. Un dé­tail, vous dites ? Sû­re­ment pas. Ima­gi­nez donc le Real de Ma­drid - éga­le­ment vain­queur de l’édi­tion inau­gu­rale (1956)dis­pa­raître su­bi­te­ment des écrans ra­dars de la Cham­pions League… La pla­nète foot se­rait dans tous ses états.

Toutes pro­por­tions gar­dées avec les « Ga­lac­tiques » ma­dri­lènes de Zi­dane et du bal­lon rond,Tou­louse au pal­ma­rès in­éga­lé (quatre titres, deux fois fi­na­liste) a mar­qué l’his­toire comme peu d’autres for­ma­tions ont su le faire sur le Vieux Conti­nent, avant de connaître une dé­grin­go­lade ver­ti­gi­neuse ces der­nières sai­sons.

Sa chute l’a pro­pul­sé hors de la Cham­pions Cup, l’an­née même où le club pla­cé sous la hou­lette de Di­dier La­croix semble en­fin re­dres­ser la tête. À contre-cou­rant, le Stade se re­trouve donc dans l’ano­ny­mat de la deuxième di­vi­sion eu­ro­péenne où les Sta­distes re­trou­ve­ront Car­diff, l’autre fi­na­liste de 1996.

Les pion­niers n’ont pas du­ré et ce n’est pas seule­ment la faute d’une com­pé­ti­tion conti­nen­tale plus dense et dis­pu­tée que ja­mais. Ne vous y trom­pez pas : il s’agit de la fin d’un cycle, ac­cé­lé­ré par l’in­ca­pa­ci­té du club rouge et noir à se ré­in­ven­ter quand, à l’échelle na­tio­nale, ses concur­rents le pre­naient pour cible, ou pour cer­tains comme mo­dèle. Et les élèves ont dé­pas­sé le maître… Ce pour­rait être le lot de toutes les lo­co­mo­tives, la ran­çon de la gloire de toutes les for­ma­tions qui ont un jour ou l’autre fait ré­fé­rence avant de brus­que­ment ren­trer dans le rang. Le plus dur n’est pas de ga­gner un titre, mais évi­dem­ment de re­ve­nir au fil des ans jus­qu’en de­mie ou en fi­nale. Pour, par­fois, l’em­por­ter…

Ce fut le plus grand mé­rite de Tou­louse au temps de No­vès, avant que Tou­lon ne prenne le re­lais et rem­porte un ma­gis­tral tri­plé eu­ro­péen ces der­nières sai­sons. Avant, en­fin, que les Sa­ra­cens, doubles cham­pions en titre, ne s’ins­tallent sur le toit de l’Eu­rope et fassent pla­ner l’ombre in­quié­tante d’une do­mi­na­tion sans par­tage sur la com­pé­ti­tion. Leur des­tin est écrit si l’on en croit l’avis des en­traî­neurs du Top 14, qui en font leurs grandissimes fa­vo­ris cette sai­son en­core.

Mais ne vous y trom­pez pas, si l’Eu­rope a sou­vent fait payer cash le moindre écart de conduite à ses sou­pi­rants, si­gni­fiant par­fois les fins de règne avant l’heure, elle a aus­si cé­lé­bré cer­taines des plus belles re­nais­sances. Et cer­tains des plus fiers par­cours. Puissent-ils les clubs fran­çais s’en sou­ve­nir et Tou­louse s’en ins­pi­rer…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.