SE L­CHER… OU L­CHER ?

IN­CA­PABLES DE CONFIR­MER LEURS PRO­GRÈS ENTREVUS À BRIVE OÙ ILS ONT MAN­QUÉ D’EN­GA­GE­MENT, LES CASTRAIS VONT TEN­TER PRO­FI­TER DE LA COUPE D’EU­ROPE POUR RE­TROU­VER UNE DY­NA­MIQUE EN­FIN PO­SI­TIVE...

Midi Olympique - - Champions Cup - Par Si­mon VALZER si­mon.valzer@mi­di-olym­pique.fr

Après sept jour­nées de Top 14, le constat est iné­luc­table : le CO est bran­ché sur cou­rant al­ter­na­tif. Une bonne mi­temps par ci, une autre par là… mais tou­jours pas de match ré­fé­rence. Il y eut bien cette pro­bante vic­toire face au cham­pion de France cler­mon­tois, mais elle fut gâ­chée par une soixante mau­vaises pre­mières mi­nutes à Brive, la se­maine der­nière. Pas idéal au mo­ment d’ac­cueillir le Muns­ter, vé­ri­table monstre sa­cré de la com­pé­ti­tion, double cham­pion d’Eu­rope (2006 et 2008) et cinq fois de­mi­fi­na­listes des neuf der­nières édi­tions. Alors ? Que faire ? At­tendre que le monstre ir­lan­dais se pointe et le lais­ser s’im­po­ser à Pierre-Fabre ? Que nen­ni. La Coupe d’Eu­rope est une com­pé­ti­tion bien trop courte pour par­don­ner la dé­faite à do­mi­cile : « On sait très bien que pour es­pé­rer une qua­li­fi­ca­tion en Coupe d’Eu­rope, il faut res­ter in­vain­cu à do­mi­cile. Perdre ce pre­mier match à la mai­son pour­rait donc nous mettre une grosse épine dans le pied », ex­pli­quait l’ar­rière castrais Ju­lien Du­mo­ra.

Les Castrais vont donc de­voir re­le­ver un dé­fi, es­sen­tiel­le­ment men­tal. Ce­lui de pro­fi­ter de cette com­pé­ti­tion pa­ral­lèle pour chas­ser la mo­ro­si­té et la frus­tra­tion ac­cu­mu­lées en Top 14. Même si les ré­sul­tats ne sont pas au ren­dez-vous que cette cam­pagne eu­ro­péenne n’abou­tit pas, ils de­vront faire de cette pa­ren­thèse eu­ro­péenne un trem­pli pour la suite : « On doit se ser­vir de cette com­pé­ti­tion pour nous re­mettre les idées en place, prendre du plai­sir, nous re­trou­ver dans le com­bat et dans l’en­ga­ge­ment et gom­mer ces fautes de main qui nous em­pêchent de dé­ve­lop­per notre jeu au de­là de quatre sé­quences. Il fau­dra ré­at­ta­quer cette fin de bloc avant la trêve de no­vembre pied au plan­cher. »

LES LE­ÇONS DES WAR­RIORS

Et quoi de mieux qu’une vic­toire pour re­lan­cer une dy­na­mique ? Pour ce­la, il fau­dra vaincre le Muns­ter des Stan­der, O’Ma­ho­ny, Mur­ray, Bleyen­daal… Jus­qu’ici, les hommes d’O’Ma­ho­ny ont per­du deux ren­contres Le der­by d’une courte tête face au Leins­ter la se­maine der­nière (23-17) et une autre, net­te­ment plus sé­vère il y a trois se­maines, chez le lea­der Glas­gow, 37 à 10. Certes, quelques cadres man­quaient à l’ap­pel comme Stan­der, Mur­ray, et Earls. Mais elle comp­tait tout de même le ta­lon­neur néo-zé­lan­dais Rhys Mar­shall, le flan­ker ir­lan­dais Tom­my O’Don­nell, l’ou­vreur Ty­ler Bleyen­daal, et sa paire ha­bi­tuelle de centre Scan­nell-Far­rell. Ils ont pour­tant été ba­layés par quatre es­sais à deux et ont été mis sous pres­sion comme en té­moignent ces car­tons jaune et rouge don­nés res­pec­ti­ve­ment au deuxième ligne Billy Hol­land et au troi­sième ligne Fi­neen Wy­cher­ley.

Alors, quelles le­çons les Castrais peuvent re­ti­rer de cette ren­contre ? La pre­mière, c’est qu’ils doivent ga­gner la ba­taille de l’oc­cu­pa­tion du ter­rain. Ce soir-là, l’ou­vreur écos­sais Finn Rus­sell avait réa­li­sé un grand match, tant dans l’oc­cu­pa­tion que par sa pré­ci­sion face aux perches, avec 17 points ins­crits. La se­conde, c’est que les Écos­sais avaient dé­bor­dé les Ir­lan­dais par leur seule vi­tesse, sym­bole de la patte de leur nou­veau ma­na­ger le Néo-Zé­lan­dais Dave Ren­nie qui rem­por­ta deux Su­per Rug­by avec les Chiefs. S’ils veulent les imi­ter, les Castrais de­vront s’as­su­rer des li­bé­ra­tions ra­pides, et sur­tout gom­mer ces fautes de main qui pol­luent leur jeu de­puis le dé­but de la sai­son. « Ce sont les meilleurs matchs à jouer. Il fau­dra mon­ter le cur­seur dans l’agres­si­vi­té. Les ren­contres eu­ro­péennes sont sou­vent en­le­vées, c’est l’oc­ca­sion idéale de se lâ­cher », po­si­ti­vait Ju­lien Du­mo­ra. De sages pa­roles, en guise de pro­messes qu’il ne reste plus qu’à te­nir.

Pho­to M. O. - D. P.

Ter­ri­ble­ment in­cons­tants de­puis le dé­but de la sai­son, les Castrais de Ca­mi­na­ti, Du­mo­ra, Via­lelle, Bias et Tu­lou doivent pro­fi­ter de la pa­ren­thèse eu­ro­péenne pour re­trou­ver de cou­leurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.