SANS PEUR ET SANS CRAINTE

BAT­TU SÈCHEMENT À CO­LO­MIERS, NON SANS AVOIR RÉ­SIS­TÉ PEN­DANT PLUS D’UNE HEURE, LE RCV EN­TEND RE­LE­VER LE DÉ­FI FACE À MON­TAU­BAN CE SOIR. SA­CRÉ PA­RI !

Midi Olympique - - Pro D2 8e Journée - Par Di­dier LE PALLEC

Il n’y a pas de for­te­resse im­pre­nable, seule­ment des as­sauts mal­me­nés en­tend-on par­fois sur le bord des ter­rains. Le RC Vannes à l’am­bi­tion de faire sien cette vi­sion des choses pour ten­ter de mettre Mon­tau­ban « la ca­bane sur le chien ». En­ten­dez : me­ner des as­sauts de la meilleure fac­ture qui soit. La dé­faite à Co­lo­miers, pour im­por­tante au fi­nal qu’elle ait pu être, n’au­ra été fi­na­le­ment, aux yeux du club, qu’un épi­phé­no­mène. Le RC Vannes sa­vait qu’en met­tant les pieds à Co­lo­miers il se­rait en dan­ger face à un ad­ver­saire qui, se­lon toutes pro­ba­bi­li­tés, dis­pu­te­ra l’ac­ces­sion. Le moins drôle en fait c’est qu’après Co­lo­miers, l’équipe van­ne­taise ré­colte Mon­tau­ban, autre can­di­dat, à la qua­li­fi­ca­tion et au Top 14.

REMEMBER

Pour au­tant, le groupe van­ne­tais ne semble pas culti­ver un quel­conque sen­ti­ment d’in­fé­rio­ri­té. Le RCV s’at­taque à une nou­velle mon­tagne, mais le dé­part cette fois est chez lui. Avan­tage non né­gli­geable que les Mon­tal­ba­nais pren­dront cer­tai­ne­ment en compte. Et il y a aus­si, le sou­ve­nir de ce pre­mier match de l’ère pro­fes­sion­nelle du club van­ne­tais qui était « tom­bé » à la Ra­bine, ce­lui qui al­lait en fin de sai­son ter­mi­ner troi­sième et perdre son match d’ac­ces­sion, billet pour le Top 14, face à Agen. C’est donc peu dire la dif­fi­cul­té qui at­tend le col­lec­tif van­ne­tais. Mais il n’y a pas l’ex­pres­sion d’une quel­conque frayeur où d’appréhension à l’idée de dé­fier l’ASM. « Il n’y au­ra pas cette fois d’ef­fet de sur­prise. Ce se­ra un gros com­bat face à une équipe vrai­ment com­plète », confie l’ai­lier Gwé­naël Du­plenne. Pour Wil­frid La­haye, l’en­traî­neur des ar­rières : « C’est une nou­velle mon­tagne à gra­vir et un match qui se­ra for­cé­ment com­pli­qué à gé­rer. Le sort du match dé­pen­dra de notre ca­pa­ci­té à do­mi­ner en conquête et à prendre des ini­tia­tives. Mais il est clair que ga­gner contre cette équipe se­ra for­cé­ment un ex­ploit. » Le terme com­bat re­vient d’ailleurs in­va­ria­ble­ment dans les pro­pos de joueurs. « Mon­tau­ban, c’est du so­lide, et il fau­dra être bon dans ce que l’on fe­ra », pré­cise Steeve Blanc-Map­paz. Étienne De­langle le deuxième ligne ne dit pas autre chose. « Tout par­ti­ra de nos conquêtes. À nous de faire le bou­lot de­vant pour don­ner des mu­ni­tions à nos ar­rières. C’est un match à en­jeu et la fraî­cheur de cer­tains se­ra aus­si très im­por­tante », conclut ce der­nier. Mon­tau­ban est pré­ve­nu… Et at­ten­du.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.