de nos qua­li­tés » « Nous avons pris conscience

Midi Olympique - - Pro D2 8e Journée - Pro­pos re­cueillis par Ni­co­las ZANARDI

Dans quel état d’es­prit abor­dez­vous ce voyage chez le pro­mu ?

On est sur une bonne sé­rie après une bonne pre­mière par­tie de cham­pion­nat, on aborde fa­ta­le­ment ce match un peu plus conscients de nos forces qu’en dé­but de sai­son. Mais on n’aborde pas non plus ce match en dé­con­trac­tion, parce qu’on sait bien que Ne­vers est une très bonne équipe, qui au­ra à coeur de se ra­che­ter de son faux pas contre Bé­ziers. On sait que nous al­lons être bien re­çus là-haut, face à une équipe qui vou­dra se me­su­rer à nous.

Comment ex­pli­quez-vous la bonne dy­na­mique du mo­ment ?

Peut-être y a-t-il eu des matchs où nous avons moins joué, où les gens at­ten­daient plus de nous. C’est que l’on es­saie sim­ple­ment de construire nos matchs, avec les qua­li­tés que nous avons pris conscience d’avoir en en­chaî­nant les vic­toires. Même si l’équipe tourne beau­coup d’un week-end à l’autre, il ne perd pas en qua­li­té. On sent que l’on fait par­tie d’un vrai groupe de 30, 40 joueurs, con­trai­re­ment à la sai­son der­nière où l’on s’ap­puyait presque sys­té­ma­ti­que­ment sur les 22 mêmes joueurs.

À titre per­son­nel, vous ef­fec­tuez votre re­tour comme ti­tu­laire après un dé­pla­ce­ment dé­li­cat à Bayonne…

J’étais rem­pla­çant là-bas, mais j’étais en­tré en jeu ra­pi­de­ment à la place d’Adrien La­torre qui avait fait un K.-O., puis j’étais res­sor­ti après plu­sieurs échecs au pied… Je ne pense pas avoir la res­pon­sa­bi­li­té des tirs au but ce week-end, ce se­ra plu­tôt le rôle de Da­vid Mé­lé. Mais s’il faut re­prendre le but, je le re­pren­drai, pas de sou­ci par rap­port à ça. Je sais bien que je ne suis pas un bu­teur confir­mé, mais je tra­vaille pour le de­ve­nir. Je ne suis pas le pre­mier ni le der­nier à qui ce­la ar­rive, il faut juste que je pro­gresse.

N’a-t-il pas été dif­fi­cile pour vous de re­bon­dir après ce match ?

Comme j’ai eu quand même beau­coup de temps de jeu de­puis le dé­but de la sai­son, je ne me pose pas plus de ques­tions de ça… On s’en pose tou­jours un peu, for­cé­ment, on se de­mande pour­quoi on a ra­té… Mais il faut pas­ser outre, et avan­cer. Je sais sur quoi je dois tra­vailler pour ai­der l’équipe et jouer 10 plus ré­gu­liè­re­ment. Je tra­vaille pour, et voi­là…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.