Le dé­fi de la char­nière

Midi Olympique - - L’événement - V. B.

Les stra­tèges Co­nor Mur­ray et Jo­na­than Sex­ton l’ont cruel­le­ment rap­pe­lé aux Fran­çais : le jeu au pied consti­tue une arme of­fen­sive re­dou­table, à double tran­chant, utile pour mettre l’ad­ver­saire sous pres­sion comme pour ali­men­ter le ta­bleau d’af­fi­chage. La der­nière ac­tion des Ir­lan­dais, ini­tiée par un ren­voi ju­di­cieu­se­ment ta­pé et conclue par un drop-goal ma­gis­tra­le­ment ajus­té, res­te­ra un som­met de jus­tesse stra­té­gique et de maî­trise. Par-de­là tous les dé­bats tac­ti­co-tech­niques, la dé­faite inau­gu­rale du XV de France peut être ré­su­mée et ex­pli­quée as­sez sim­ple­ment : les Bleus ont gas­pillé leur balle de match quand les vi­si­teurs ont conver­ti la leur. Sans vou­loir ac­ca­bler An­tho­ny Bel­leau, les Bleus l’au­raient em­por­té si l’ou­vreur tou­lon­nais n’avait pas trem­blé sur sa ten­ta­tive de la 76e mi­nute. Avec quatre points d’avance au score et une op­po­si­tion in­ca­pable de par­ve­nir à l’en-but, le sort en au­rait été en je­té. Un constat re­gret­table. La char­nière, dé­po­si­taire d’une grande part du jeu au pied, dis­pose-t-elle des atouts pour rec­ti­fier le tir dès di­manche ? Sur le pa­pier, on veut y croire : Maxime Ma­che­naud (90 %) et Lio­nel Beauxis (90,6 %) af­fichent en Top 14 des stats de haut ni­veau face aux perches quand Bel­leau pointe à un ho­no­rable 81 %. Le jeu de pres­sion du Ra­cing­man et la lon­gueur du pied du Lyon­nais consti­tuent deux armes in­té­res­santes sur le pa­pier pour les sor­ties de camp, l’oc­cu­pa­tion, la marque… Le ni­veau in­ter­na­tio­nal ne de­mande pas moins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.