UN OBS­TACLE, LES SA­VOYARDS ?

L’ÉTAPE DE CHAM­BÉ­RY EST DE CELLE QUI PEUT RE­LAN­CER LA COURSE A LA PRE­MIÈRE PLACE. MAIS CETTE ÉQUIPE DE CHAM­BÉ­RY PEUT-ELLE RE­PRENDRE LE FIL DE SON CHAM­PION­NAT ?

Midi Olympique - - Tournoi des 6 Nations - Par Guillaume CY­PRIEN

Àsept jour­nées de la fin de la phase pré­li­mi­naire, les cal­cu­lettes po­sées sur les tables, se pose la ques­tion fon­da­men­tale : les qua­torze points d’avance des Aixois sur Bourg-en-Bresse — quinze sur Al­bi — sont-ils rat­tra­pables ? Leurs deux pour­sui­vants dé­plo­rant un match de re­tard, en leur ac­cor­dant gé­né­reu­se­ment un suc­cès de prin­cipe, on tombe à des écarts théo­riques de dix et onze points. Ce qui créé la base des trois suc­cès à rem­por­ter de plus que les Aixois pour les dé­pas­ser. Ces der­niers ont de­vant eux quatre dé­pla­ce­ments. Les cal­cu­lettes disent que non, ils ne sont pas en­core maîtres du monde, si tou­te­fois leurs pour­sui­vants de­vaient se mon­trer à leur tour in­faillibles. Ce qui fait beau­coup de condi­tions dé­fa­vo­rables. Ce ta­bleau met par­ti­cu­liè­re­ment en lu­mière leur étape cham­bé­rienne de ce week-end.

Sur leurs par­cours vers la mon­tée en Pro D2, ain­si pla­cée dans le ca­len­drier, elle est vrai­ment celle qui pour­rait re­mettre en cause leur su­pré­ma­tie. Et si à la fin de ce wee­kend de com­pé­ti­tion, l’écart théo­rique avec Bourg-en-Bresse tom­bait à six points, à quinze jours du dé­pla­ce­ment à Bourg-en-Bresse ? Cette équipe d’Aix-en-Pro­vence, qui s’est construit une sta­ture de lea­der im­per­tur­bable, ca­pable de dé­jouer les mau­vais pièges, de s’im­po­ser à Rouen à la fin d’une confron­ta­tion de pre­mier plan, ou de conte­nir un peu plus tard mal­gré un mau­vais match des pro­mus stras­bour­geois décomplexés, se pré­sente ici face à l’un de ses der­niers grands dé­fis. Et quel vi­sage leur op­po­se­ront les hommes de Mi­chel Rin­ge­val ?

DES BLES­SÉS, RIEN QUE DES BLES­SÉS ?

Les Cham­bé­riens n’ont plus rien ga­gné de­puis l’an­nonce de leur non-par­ti­ci­pa­tion aux de­mi-fi­nales. Leur ma­na­ger Mi­chel Rin­ge­val plaide le nombre de bles­sures trop consé­quent pour tou­cher leur meilleur rugby onze bles­sés an­nonce-t-il - mais le com­por­te­ment de son équipe, même si elle s’est dé­pla­cée à trois re­prises, a sem­blé vrai­ment trop éloi­gné de ce­lui qui lui avait per­mis de do­mi­ner les dé­bats au dé­part du cham­pion­nat. « Si, les joueurs en veulent, af­firme-t-il. Et puis nous pro­fi­tons de cette fin de cham­pion­nat pour construire notre équipe de l’an pro­chain. Cha­cun a un in­té­rêt à se mettre en va­leur. Je crois vrai­ment que nos sor­ties un peu moyennes sont le fait des ab­sences. »

Ce week-end, il ré­cu­pé­re­ra la bombe Ne­cei­ru et son de­mi de mê­lée Lee Adriaanse. Suf­fi­sant pour re­mettre son groupe d’aplomb ? Ou bien la simple ve­nue d’Aix-en-Pro­vence, un ex-concur­rent que les Cham­bé­riens avaient bat­tu chez lui, ser­vi­ra-t-elle de mo­tif à la re­prise en main ? « Je n’en doute pas, dit l’en­traî­neur aixois Pa­trick Pé­ze­ry. Tous nos ad­ver­saires, et c’est bien lé­gi­time, veulent se ta­per le lea­der. Nous n’au­rons plus au­cun match fa­cile jus­qu’à la fin. Je m’at­tends à une grosse ré­cep­tion. » À confir­mer… Le ca­pi­taine aixois Cé­dric Béal - deux car­tons jaunes - man­que­ra ce grand ren­dez-vous, tan­dis que le pi­lier Jesus Mo­re­no se­ra en sé­lec­tion. À cha­cun ses ab­sences.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.