CONSER­VER N’EST PAS PRO­DUIRE…

LES FRAN­ÇAIS ONT-ILS PRO­FI­TÉ DE LEUR SU­PÉ­RIO­RI­TÉ SUP­PO­SÉE EN MÊ­LÉE FER­MÉE ? LA QUES­TION MÉ­RITE FRAN­CHE­MENT D’ÊTRE PO­SÉE...

Midi Olympique - - Tournoi Des 6 Nations - A. B.

Vous ne le croi­rez peut-être pas, mais Jacques Bru­nel crai­gnait la mê­lée écos­saise. Pas sa puis­sance, ni sa rou­blar­dise. Mais sa ca­pa­ci­té à ser­vir de rampe de lan­ce­ment pour le jeu de ligne. Dans l’in­ti­mi­té du stu­dio de ra­dio de Mar­cous­sis, il avait ex­pli­qué, « pa­per-board » à l’ap­pui, la ca­pa­ci­té des Écos­sais, faute de puis­sance, à vite di­gé­rer le bal­lon. Les deux pre­mières mê­lées de la ren­contre ont pro­ba­ble­ment confor­té le sen­ti­ment du sé­lec­tion­neur fran­çais. Sur la pre­mière (6e), le gau­cher ca­lé­do­nien Reed cé­dait sous la pres­sion : pé­na­li­té pour les Bleus. Sur la se­conde (11e), la do­mi­na­tion fran­çaise se ré­vé­lait très nette, mais le bal­lon était très vite ex­trait jusque dans les mains du troi­sième ligne centre Wil­son, ce der­nier jouant une « 89 » en pré­am­bule d’un mou­ve­ment condui­sant Ted­dy Tho­mas à sor­tir en ca­tas­trophe le bal­lon d’un coup de pied à cinq mètres de la ligne d’es­sai. Sauf que... Sur l’ac­tion sui­vante, après la re­mise en jeu du ta­lon­neur McI­nal­ly, le trois-quarts centre Mait­land ins­cri­vait le pre­mier es­sai de son équipe.

ANA­LYSE FAUSSÉE

Consé­quence : à s’en te­nir uni­que­ment aux sta­tis­tiques des deux équipes, l’ana­lyse est as­su­ré­ment faussée. Certes, cha­cune des deux équipes a conser­vé 100 % de ses in­tro­duc­tions (six pour l’Écosse, quatre pour la France). Mais dans l’uti­li­sa­tion, les Bleus ont sem­blé bien plus en peine. Ils ont ten­té de lan­cer le jeu sur la qua­trième mê­lée de la ren­contre (30e), mais en bout de ligne Va­ka­ta­wa a ta­pé di­rec­te­ment en touche. En fin de match, la mê­lée tri­co­lore a tou­te­fois per­mis une ex­cel­lente sor­tie de camp (68e) grâce à un pre­mier temps de jeu de Louis Pi­ca­moles dans l’axe, puis au coup de pied de Lio­nel Beauxis.

Las, c’est à cause de sa mê­lée que le XV de France a per­mis à l’Écosse de re­ve­nir au score. Sur la sixième de la par­tie (Sli­ma­ni et Poi­rot ve­naient de cé­der leur place à Go­mez Sa et Ben Arous), le pack « Scot­tish » a sur­pris en im­po­sant une double pous­sée (63e), obli­geant les Bleus à se mettre à la faute. Pour la pre­mière fois de­puis le dé­but de la ren­contre, le XV du Char­don re­ve­nait à éga­li­té (26-26). La suite, vous la connais­sez…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.