LE RÔLE DE LA CORDE DY­NA­MIQUE DANS UNE TRI­AN­GU­LA­TION

Montagnes - - BOÎTE À OUTILS -

Re­lier des points d’an­crage en éga­li­sant au mieux les ef­forts

Ce n’est plus un bloc ou un bec­quet mais une ou plu­sieurs fis­sures qui ac­cueillent vos coin­ceurs. Les fis­sures peuvent être dis­tantes les unes des autres, et une fois en­core le fa­meux triangle des forces doit être res­pec­té. Les ma­nuels an­glais et amé­ri­cains, lea­ders in­con­tes­tables de tels sa­voir-faire, pro­posent un grand nombre de so­lu­tions. Nous en re­tien­drons une, par­mi les plus flexibles, qui pour­ra être uti­li­sée dans un maxi­mum de confi­gu­ra­tions. Une étude me­née par Phi­lippe Ba­toux, pro­fes­seur à l’EN­SA, montre que la réa­li­sa­tion d’une tri­an­gu­la­tion avec une corde ou une cor­de­lette dy­na­mique per­met une réelle et in­dis­cu­table ré­par­ti­tion d’un ef­fort violent sur le re­lais entre les dif­fé­rents points d’an­crage. Bien sûr, si l’as­su­rage est pen­sé et réa­li­sé cor­rec­te­ment – point de ren­voi ef­fi­cace par exemple – il ne de­vrait pas y avoir de choc di­rec­te­ment sur le re­lais. Mais dans le cas où ce­la sur­vien­drait, l’al­lon­ge­ment des brins de cordes re­liant les points d’an­crage au­ra pour ef­fet cette fa­meuse ré­par­ti­tion. Dans le cas d’une cor­de­lette par­fai­te­ment sta­tique et parce qu’il sub­siste un peu de mou sur un des liens entre les points ou que la trac­tion ne s’ef­fec­tue pas par­fai­te­ment dans la di­rec­tion pen­sée ini­tia­le­ment, la ré­par­ti­tion est faus­sée. On ne tire que sur une par­tie des points d’an­crage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.