DRÉ DANS PEUTEREY

Montagnes - - ACTUS -

Le 4 juillet 2016, la cordée Vi­vian Bru­chez-Ki­lian Jor­net s’est re­for­mée pour une nou­velle des­cente à ski d’am­pleur : l’arête de Peuterey au mont Blanc,

ou­verte en 1977 par An­selme Baud et Pa­trick Val­len­çant. Mon­tés par deux voies dif­fé­rentes cô­té fran­çais, Bru­chez et Jor­net se sont don­né ren­dez-vous à 7 h 30 au som­met du mont Blanc. La star du trail a fait l’as­cen­sion d’une traite de­puis les Houches, et dans le noir, la faute à une fron­tale dé­faillante. Du som­met, les deux des­cendent à vue l’arête jus­qu’au col de Peuterey. Ils évitent le chaos gla­ciaire de la Bren­va en tra­ver­sant jus­qu’au col des Eccles. « Uni­ti­né­rai­red’une­ra­ream­pleur,tech­nique,aé­rien,lon­get­com­plet », d’après Vi­vian Bru­chez. « Les­di­men­sion­sof­frent­des­pers­pec­ti­ves­gi­gan­tesques. » Une des­cente à vue loin d’être im­pro­vi­sée, puis­qu’ils en sont à leur troi­sième ten­ta­tive. Elle clôt leur pro­li­fique sai­son de pente raide, avec no­tam­ment plu­sieurs ou­ver­tures dans le bas­sin d’Ar­gen­tière. Peu de temps avant, le 24 juin, l’arête de Peuterey avait dé­jà été des­cen­due à vue par Jé­rôme Gin­greau et Lo­ren­zo Fa­cel­li, mon­tés par la voie du Pape. Les deux Pié­mon­tais avaint choi­si de skier le col de Peuterey et des­cendre sur le gla­cier de la Bren­va, très ex­po­sé. Leur aven­ture s’est mal­heu­reu­se­ment ter­mi­née par une chute en cre­vasse et quelques côtes cas­sées. Comme le dit Bru­chez : «Dans­ce­gen­re­de­course,le­seul mo­men­toùl’on­peut­se­dé­ten­drec’est quan­do­nar­ri­veau­par­king. » B.P.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.