DES MÉDICAMENTS CONTRE LE MAM AU MONT BLANC PAS DE DO­PAGE AVÉRÉ

De juin à sep­tembre 2013, plus de 400 échan­tillons d’urine ont été pré­le­vés aléa­toi­re­ment sur les al­pi­nistes de pas­sage au re­fuge du Goû­ter et au re­fuge des Cos­miques. Ob­jec­tif : dé­ce­ler la prise de sub­stances do­pantes chez les pré­ten­dants au mont Blanc.

Montagnes - - ACTUS - Pro­pos re­cueillis par San­dy Plas

Pour­quoi avoir vou­lu ana­ly­ser les urines des al­pi­nistes en­ga­gés dans l’as­cen­sion du mont Blanc ?

Il exis­tait des ru­meurs sur le fait que cer­tains al­pi­nistes, no­tam­ment en ex­pé­di­tion, se do­paient et je me suis aper­çu qu’il n’exis­tait pas de don­nées ob­jec­tives sur le su­jet. Il était dif­fi­cile de me­ner cette étude pen­dant une ex­pé­di­tion, à cause du sys­tème uti­li­sé pour pré­le­ver les échan­tillons, nous nous sommes donc concen­trés sur le mont Blanc, qui nous sem­blait in­té­res­sant à ana­ly­ser car il ras­semble beau­coup de gens qui se lancent dans l’as­cen­sion d’un som­met pour la pre­mière fois.

Comment avez-vous pro­cé­dé ?

Pen­dant la sai­son 2013, un sys­tème qui n’avait ja­mais été uti­li­sé jusque-là a été ins­tal­lé dans les uri­noirs des re­fuges du Goû­ter et des Cos­miques, avec l’aide de la FFCAM, de la Com­pa­gnie des guides de Cha­mo­nix et de la fon­da­tion Petzl. Il per­met­tait de pré­le­ver aléa­toi­re­ment et à l’in­su des al­pi­nistes (qui étaient mal­gré tout pré­ve­nus de la dé­marche sur une af­fi­chette à l’en­trée des toi­lettes, ndlr) des échan­tillons d’urine, qui ont en­suite été ana­ly­sés par l’Agence fran­çaise de lutte contre le do­page et le La­bo­ra­toire an­ti-do­page de Rome. Tout le dis­po­si­tif a été va­li­dé par un co­mi­té d’éthique, car la mé­thode de pré­lè­ve­ment qui se fai­sait à l’in­su des al­pi­nistes, au­rait pu po­ser pro­blème. Nous avons contour­né ce pro­blème en ga­ran­tis­sant le fait qu’il était im­pos­sible de faire le lien entre les échan­tillons pré­le­vés et l’iden­ti­té des per­sonnes. Vue de pro­fil de l’uri­noir-mou­chard.

Qu’ont ré­vé­lé les ré­sul­tats ?

Nous nous at­ten­dions à trou­ver des am­phé­ta­mines, des glu­co­cor­ti­coïdes ou du Via­gra, qui a un ef­fet do­pant en al­ti­tude, mais nous n’avons fi­na­le­ment trou­vé que quelques traces des deux pre­mières sub­stances et au­cune trace de Via­gra. En re­vanche, 22% des échan­tillons ana­ly­sés pré­sen­taient des traces de Dia­mox, qui est pres­crit pour pré­ve­nir le mal des mon­tagnes. Un al­pi­niste sur cinq pren­drait donc des médicaments contre les ef­fets de l’al­ti­tude, or on peut ima­gi­ner que les per­sonnes vrai­ment in­to­lé­rantes sont beau­coup moins nom­breuses. Nous avons éga­le­ment re­trou­vé des traces de som­ni­fères dans 13 % des échan­tillons, qui peuvent pré­sen­ter cer­tains risques quand les al­pi­nistes se lèvent en pleine nuit.

L’idée d’une prise de sub­stances do­pantes par les pré­ten­dants au mont Blanc a donc été écar­tée ?

Nous avons en ef­fet abou­ti à des ré­sul­tats qui montrent que les gens sont plu­tôt hon­nêtes sur ce point. Mais on peut éga­le­ment consi­dé­rer que la prise de médicaments pour mieux dor­mir ou évi­ter les maux de tête peut être une forme de do­page in­di­rect, qui per­met de s’af­fran­chir de cer­taines dif­fi­cul­tés. En re­vanche la prise im­por­tante de médicaments pose ques­tion.

Comment l’ex­pli­quez-vous ?

La peur de ne pas y ar­ri­ver et le manque de pré­pa­ra­tion jouent cer­tai­ne­ment. Tout comme les in­for­ma­tions ac­ces­sibles sur In­ter­net, qui per­met éga­le­ment d’ache­ter en ligne cer­tains médicaments, qui sont par­fois pris à l’in­su des guides qui en­cadrent ces pra­ti­quants. L’étude ne per­met pas ce­pen­dant d’avoir des don­nées dé­mo­gra­phiques sur l’âge ou la na­tio­na­li­té des al­pi­nistes qui uti­lisent ces médicaments.

Quelles se­ront les suites don­nées à cette étude ?

Une cam­pagne d’in­for­ma­tion de­vrait être mise en place par la FFCAM sur la ques­tion de la prise de médicaments pour sen­si­bi­li­ser le pu­blic. Nous al­lons éga­le­ment lan­cer, avec l’uni­ver­si­té de Gre­noble, une étude des es­sais cli­niques pour connaître les im­pacts de la prise de som­ni­fères sur la vi­gi­lance en al­ti­tude, pour al­ler plus loin dans nos ré­sul­tats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.