CERRO TORRE

Montagnes - - ACTUS - U.L.

Il y a des livres qui vous donnent en­vie de grim­per, de par­tir à l’aven­ture, de bra­ver les élé­ments. Pas for­cé­ment en dé­cri­vant mieux que les autres les mon­tagnes ni en étant dans la sur­en­chère de pé­ri­pé­ties. Non, Cerro Torre vous pousse de­hors parce qu’il trans­pire la pas­sion de la mon­tagne. Pas­sion de son au­teur d’abord, Kel­ly Cordes, an­cien ré­dac­teur en chef de l’Ame­ri­can Al­pine Jour­nal, très at­ta­ché à la tour pa­ta­gone, pour l’avoir grim­pée lui-même (avec Co­lin Ha­ley). Pas­sion des pro­ta­go­nistes en­suite, de cette longue his­toire mou­ve­men­tée au­tour de l’un des mythes fon­da­teurs de l’alpinisme en Pa­ta­go­nie, der­nier bas­tion de sau­va­ge­rie loin des foules. À titre de com­pa­rai­son, même le Fitz Roy est au­jourd’hui beau­coup plus ac­ces­sible et fré­quen­té, les deux som­mets étant pour­tant si­tués de part et d’autre de la même val­lée. Le Cerro Torre de­meure un mo­nu­ment. Pour le ra­con­ter, l’Amé­ri­cain a réa­li­sé un tra­vail d’en­quête im­pres­sion­nant. Le but ? Re­cons­ti­tuer le puzzle des as­cen­sions de Maes­tri, dont la vé­ra­ci­té a tou­jours po­sé ques­tion. Est-il al­lé au som­met en 1959 avec To­ni Eg­ger, mort à la (soi-di­sant) des­cente ? Quelle pul­sion a pu l’ame­ner à plan­ter plus de 200 pi­tons à l’aide d’un com­pres­seur et d’une per­ceuse, en 1970, pour fi­na­le­ment s’ar­rê­ter sous le cham­pi­gnon som­mi­tal ? Plus ré­cem­ment, comment Hay­den Kennedy et Ja­son Kruk dé­cident-ils de ré­cu­pé­rer le droit à une as­cen­sion en libre de cette arête sud-est, en re­ti­rant à leur des­cente bon nombre de points ? Le tra­vail réa­li­sé par Kel­ly Cordes fut de longue ha­leine. Ce der­nier a ren­con­tré un nombre in­croyable d’al­pi­nistes, jour­na­listes, pho­to­graphes, té­moins, et ce aux quatre coins du monde. Par­fois convain­cu du men­songe, Cordes se per­met aus­si de dou­ter, à nou­veau, comme pour s’as­su­rer de la per­ti­nence de ses rai­son­ne­ments et de ses dé­duc­tions. Un tra­vail mé­ti­cu­leux pour un rai­son­ne­ment construit à la ren­contre des in­té­res­sés… En par­cou­rant l’his­toire du Cerro Torre, on tra­verse l’his­toire tout court, dans un pas­sion­nant ré­cit entre mo­no­gra­phie et en­quête jour­na­lis­tique. Et comme dans tout bon ro­man noir, un per­son­nage se­con­daire, Ce­sa­ri­no Fa­va, ap­pa­rem­ment inof­fen­sif, semble peu à peu jouer un rôle bien plus obs­cur que pré­vu. Sur­tout, Kel­ly Cordes a l’élé­gance de rap­pe­ler que, s’il est re­gret­table qu’une ac­ti­vi­té aus­si « in­utile » que l’es­ca­lade su­bisse elle aus­si le men­songe, le res­pect im­po­se­rait a mi­ni­ma que la soeur de To­ni Eg­ger puisse connaître les cir­cons­tances de la mort de son frère. Mais à 88 ans, Ce­sare Maes­tri re­fuse tou­jours de s’ex­pri­mer sur le su­jet.

> Cer­roTorre, Kel­ly Cordes, Les Édi­tions du Mont-Blanc, 2017, 400 p., 29,90 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.