Ber­tram 35

An­non­cé il y a quelques mois, le Ber­tram 35 était à l’eau à Mia­mi. L’oc­ca­sion pour nous d’em­bar­quer à bord de ce­lui qui se pré­sente comme la ré­in­car­na­tion d’un mo­dèle ico­nique des an­nées 1960. Ir­ré­sis­tible !

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE - TEXTE: STÉPHANIE DE L OU ST A L. PHOTOS: MI­CHEL LUI Z ET ET VIR­GI­NIE PELA GAL LI.

L’his­toire com­mence à la fin des an­nées 1950 lorsque Dick Ber­tram, alors équi­pier à bord d’un des 12 M JI par­ti­ci­pant aux éli­mi­na­toires de l a coupe de l’Ame­ri­ca, re­marque un pe­tit ba­teau à mo­teur de 23 pieds l an­cé à plus de 30 noeuds dans une mer pour­tant for­mée. Ce ba­teau est en fait l’an­nexe d’un autre 12 M JI, dont le skip­peur s’ap­pelle Ray Hunt, l’in­ven­teur de la ca­rène au V pro­fond (« deep V »). Dès la fin de la com­pé­ti­tion, Dick Ber­tram de­mande à Ray Hunt de lui des­si­ner les plans d’une coque de 31 pieds. Ce mo­dèle, qu’il bap­ti­se­ra Mop­pie, du sur­nom d’en­fance de sa femme Pau­line, le pla­ce­ra par­mi les plus grands noms de l’in­dus­trie nau­tique mon­diale. À par­tir des plans de Ray Hunt, il construit une uni­té en bois à Mia­mi et rem­porte en 1960 l a cé­lèbre course off­shore Mia­mi-Nas­sau avec plus de deux heures d’avance sur le deuxième. Les consé­quences sont im­mé­diates… Les de­mandes pour un Mop­pie viennent de tout bord et le s c o mma nd e s af f l u e n t . Di c k Ber­tram est obli­gé de créer une pe­tite so­cié­té i ndé­pen­dante, l a Ber­tram Yacht Com­pa­ny, et de fa­bri­quer un moule à par­tir de son ba­teau en bois. En dé­cembre 1960, le pre­mier Ber­tram 31 Mop­pie en fibre de verre sort du chan­tier ins­tal­lé le long de la Mia­mi Ri­ver près de l’aé­ro­port. La marque Ber­tram est née…

Ber­tram ré­cu­pé­ré par les Ita­liens

Dès 1961, le ba­teau est pro­po­sé en trois ver­sions – Conver­tible, HardTop et Fly Bridge – et à par­tir de 1962 une gamme ap­pa­raît avec un 25 pieds, puis un 38 pieds… Après le dé­part de Dick Ber­tram en 1964, l’en­tre­prise conti­nue­ra à pro­duire de nom­breux mo­dèles, mais chan­ge­ra ré­gu­liè­re­ment de pré­sident. En 1998, alors au bord de la faillite, Ber­tram entre dans le gi­ron du construc­teur ita­lien Fer­ret­ti. De­puis mars 2015, c’est l’in­dus­triel ita­lien Be­nia­mi­nio Ga­vio, éga­le­ment à la tête de Ba­gliet­to, qui a re­pris la marque, lais­sée en som­meil par Fer­ret­ti de­puis quelques an­nées. Dès son ac­qui­si­tion, l’en­tre­pre­neur ita­lien a fait part de son in­ten­tion de re­lan­cer ce nom pres­ti­gieux en s’ins­pi­rant de ce qui a fait sa ré­pu­ta­tion, les Mop­pie. Le Ber­tram 35 re­prend donc la base du 31 Mop­pie, icône des an­nées 1960 ven­due à plus de 1 800 exem­plaires, et sym­bo­lise un nou­veau dé­part pour ce chan­tier my­thique. Ce Ber­tram 35

est, par sa ligne in­tem­po­relle, une ré­in­car­na­tion mo­der­ni­sée du 31. Sa ca­rène si­gnée Mi­chael Peters est plus longue et plus large et lui per­met de dé­pas­ser 35 noeuds en vi­tesse de pointe avec deux Ca­ter­pillar de 500 che­vaux cha­cun, là où le 31 pla­fon­nait à 25 noeuds. Il est fa­bri­qué aux États-Unis, en fibre de verre sous in­fu­sion, et dis­pose de ren­forts en Kev­lar. Si son cock­pit, dé­pouillé sur l’ar­rière et pour­vu de deux bains de so­leil pla­cés sur les coffres des mo­teurs, res­semble beau­coup à ce­lui du 31 Mop­pie, ses amé­na­ge­ments in­té­rieurs sont plus lu­mi­neux et font ap­pel à des boi­se­ries et sel­le­ries claires et à des mon­tants en in­ox. Simples mais do­tés d’une belle fi­ni­tion, ils se com­posent d’un car­ré sur bâ­bord, d’une cui­sine ins­tal­lée dans le sens de la lon­gueur sur tri­bord et d’un coin cou­chage pla­cé dans la pointe.

Presque du sur-me­sure

Le Ber­tram 35 est per­son­na­li­sable, si bien que chaque pro­prié­taire peut conce­voir son propre ba­teau et choi­sir entre hard-top, fly-bridge ou tu­na-to­wer, pla­te­forme de bain, siège de com­bat dans le cock­pit, cou­leur de la coque, del­phi­nière et cou­chage double ou en V à l’avant. Le poste de barre si­tué sur le fly, dont l’ac­cès né­ces­site un cer­tain équi­libre, ac­cueille trois confor­tables fau­teuils.Quant au vo­lant pla­cé au centre, il est en­ca­dré par les ma­nettes de gaz, comme sur les vieux fi­shings. Nous n’avons pas eu l’oc­ca­sion d’es­sayer le ba­teau dans une mer for­mée, mais le ta­lent de Mi­chael Peters est re­con­nu et les qua­li­tés ma­rines de cette uni­té ne sont donc guères dou­teuses. Nous n’avons pas non plus at­teint les 37,2 no euds an­non­cés, le ba­teau n’ayant pas l es bonnes hé­lices, mais il dé­passe fa­ci­le­ment 30 noeuds. Quelques vi­bra­tions sont à no­ter en na­vi­ga­tion sur le plan­cher au ni­veau de la cale mo­teur, et les pas­sa­vants peu l arges et en­com­brés par la struc­ture mé­tal- lique du hard-top ne fa­ci­litent pas l’ac­cès au pont avant. Néan­moins, conser­ver l’ es­prit Ber­tram des an­nées 1960 im­plique quelques sa­cri­fices qu’il faut être prêt à faire pour re­trou­ver l’âme du 31 Mop­pie. ■

La forme ar­ron­die et les épais mon­tants en in­ox de la baie vi­trée de la ti­mo­ne­rie sont par­ti­cu­liè­re­ment réus­sis.

Avec cette nou­velle ca­rène, si­gnée Mi­chael Pe­ter, le Ber­tram 35 peut dé­pas­ser 37 noeuds en vi­tesse de pointe.

Boi­se­ries claires et grande lu­mi­no­si­té, les amé­na­ge­ments in­té­rieurs bé­né­fi­cient d’une dé­co­ra­tion sobre mais de bon goût.

Le coin cou­chage si­tué dans la pointe peut consis­ter en un lit double pla­cé en biais sur bâ­bord ou en deux cou­chettes simples en V.

Le ca­bi­net de toi­lette pro­fite d’une belle fi­ni­tion et re­çoit des WC ma­rins élec­triques et une douche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.