• Entre Saône et Rhône en ba­teau pon­ton

Les eaux in­té­rieures ont du charme. La preuve avec cette navigation, le temps d’une jour­née, en ba­teau pon­ton sur la Saône et le Rhône. Ces deux fleuves qui ont fa­çon­né la ville de Lyon offrent des rives ac­cueillantes aux dé­cors va­riés et des es­cales plei

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHOTOS: FRAN­ÇOIS PARIS.

Éton­nam­ment, cette navigation a dé­bu­té en fé­vrier der­nier à… Mia­mi ! C’est en ef­fet à l’oc­ca­sion du Mia­mi Boat Show que nous avons ren­con­tré Pierre-Loïc De­ragne, l’im­por­ta­teur of­fi­ciel de la marque amé­ri­caine Sun Tra­cker qui nous pro­po­sait de tes­ter un ba­teau si­mi­laire dans les eaux flo­ri­diennes. Le concept du ba­teau pon­ton avec le cock­pit de même ni­veau, fa­cile d’ac­cès, et qui pri­vi­lé­gie le confort à bord et l’es­pace à vivre plu­tôt que les performances, nous a en­chan­tés. Une qua­si-ré­vé­la­tion !

Un usage du ba­teau pon­ton en eaux pro­té­gées

Lorsque Pierre-Loïc De­ragne nous a an­non­cé qu’un de ses clients ve­nait de com­man­der un ba­teau pon­ton pour son ac­ti­vi­té de ba­teau taxi à Lyon, nous avons sai­si cette op­por­tu­ni­té. Ren­dez-vous était pris pour dé­cou­vrir cette uni­té aty­pique dans son en­vi­ron­ne­ment. Tou­te­fois, ce type de ba­teau at­tein­dra vite ses li­mites en mer, sur­tout face à des vagues courtes et creuses. Certes, la ca­rène pas­se­ra, mais en mouillant ses oc­cu­pants. Un usage en eaux pro­té­gées est donc à pri­vi­lé­gier, ce qui cor­res­pond d’ailleurs au pro­gramme des plai­san­ciers amé­ri­cains, et à l’uti­li­sa­tion que nous en fe­rons en cette chaude jour­née de juin. Nous re­trou­vons Pierre-Loïc De­ragne en com­pa­gnie de Jean-Fran­çois Fèvre, le pa­tron du Wa­ter Taxi Lyon dont le Sun Tra­cker Par­ty Barge 24 est amar­ré dans la nou­velle darse dite « Con­fluence », à quelques en­ca­blures de ce quar­tier en pleine mu­ta­tion. Re­joindre le cock­pit du Sun Tra­cker de­puis

le quai est des plus simple, grâce à un por­tillon à l’avant si­tué au même ni­veau que la rive. Il en existe un se­cond plus large sur le cô­té qui ser­vi­ra pour les pas­sa­gers à mo­bi­li­té ré­duite.

Des îles en guise d’es­cales sur la Saône

Notre navigation dé­bute par la Saône, d’abord ur­baine puis cham­pêtre à sou­hait dès l’île Barge at­teinte. Mais, avant celle-ci, notre Sun Tra­cker Par­ty Barge 24 longe des fa­çades d’im­meubles co­lo­rées aux faux airs de vil­lage ita­lien. Les clo­chers se dis­putent l’es­pace au pont Bo­na­parte. Au jeu de sa­voir le­quel se­ra le plus haut, c’est évi­dem­ment ce­lui de la my­thique ba­si­lique Notre-Dame de Four­vière, sur les hau­teurs, qui l’em­porte. Les ponts, pas­se­relles, quais et mo­nu­ments se suc­cèdent : quai Joffre, quai des Cé­les­tins, théâtre, pa­lais de jus­tice… La ville dé­ploie ses atours. Par­tout, les rives sont en ex­cellent état, signe d’un en­tre­tien soi­gné et de tra­vaux en­tre­pris de­puis une di­zaine d’an­nées. Il est dif­fi­cile de ne pas se lais­ser ten­ter par un dé­bar­que­ment pour al­ler boire un thé à l’ombre du pa­ra­sol d’un es­ta­mi­net, d’au­tant que les abords sont plu­tôt clairs et les ac­cos­tages sans dan­ger. Le pont Schu­man est en vue et marque le dé­but de la par­tie

la plus bu­co­lique de la Saône, avec en toile de fond les trois pe­tits som­mets du mont d’Or. Jus­qu’à l’écluse du pont de Cou­zon, deux îles mé­ritent le dé­tour, l’île Barbe et l’île Roy. Entre ces deux es­cales, dans la par­tie la plus au nord, c’est le lieu des guin­guettes. Om­bra­gées et ac­cueillantes, elles re­pré­sentent une es­cale de choix. Mais il est temps de faire de­mi-tour en di­rec­tion du Rhône.

Un chan­ge­ment de dé­cor avec une eau bleu tro­pi­cal

Le dé­cor change ra­di­ca­le­ment. L’eau n’est plus verte mais d’un bleu qua­si tro­pi­cal. L’es­pace est éga­le­ment plus large, et le tra­fic plus dense. Les ponts sont plus ma­jes­tueux et le coeur de la ville semble battre ici. Si nous de­vions tran­cher, la Saône, plus in­time, rem­por­te­rait nos suf­frages. Mais, plu­tôt que de choi­sir, l’idéal est de par­cou­rir les deux, comme nous l’avons fait au cours de cette jour­née dé­pay­sante et, une fois n’est pas cou­tume, loin des em­bruns io­dés aux­quels nous sommes ha­bi­tués… ■

L’ex­tré­mi­té nord-ouest de l’île Barbe est mar­quée par une mai­son qui a les pieds dans l’eau. Un sens de cir­cu­la­tion au­tour de cette île doit être res­pec­té.

La ba­si­lique de Four­vière do­mine le Rhône, plus large mais aus­si plus fré­quen­té que la Saône.

L’église Saint-Georges au pre­mier plan se si­tue au coeur du quar­tier du vieux Lyon.

Il n’y a pas de dif­fi­cul­té par­ti­cu­lière pour na­vi­guer sur la Saône où le tra­fic, contrai­re­ment au Rhône, est plus calme.

L’es­prit « guin­guette » est très pré­sent sur la par­tie nord de la Saône, à une tren­taine de mi­nutes de navigation du centre-ville de Lyon. Les contre­forts du mont d’Or s’élèvent avant l’écluse du pont de Cou­zon. Il s’agit d’une pe­tite chaîne de trois som­mets qui marquent le dé­but d’un mas­sif cal­caire.

De nom­breux plai­san­ciers na­viguent sur la Saône pour re­joindre la Mé­di­ter­ra­née de­puis les pays du Nord.

L’écluse du pont de Cou­zon, où s’écoule un fort cou­rant, marque la fin de notre navigation sur la Saône.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.