San­drine Ver­ret

Moteur Boat Magazine - - ENTRETIEN -

(responsable com­mer­ciale de Mattc hem)

« Nous sommes de­puis long­temps en­ga­gés dans une dé­marche vo­lon­taire vi­sant à dé­ve­lop­per des for­mules en phase aqueuse ou conte­nant des sol­vants d’ori­gine vé­gé­tale. Près de 90 % de notre ca­ta­logue, sans doute l’un des plus im­por­tants du mar­ché, sont d’ors et dé­jà en phase aqueuse, à l’ex­cep­tion des po­lishs Po­li+ et TiO2 qui contiennent une pro­por­tion de sol­vants hy­dro­car­bo­nés. Nous tra­vaillons ac­tuel­le­ment à des po­lishs en phase aqueuse mais, comme tous les pro­duits non sol­van­tés, ils ont des contraintes par­ti­cu­lières d’em­ploi dues à la pré­sence de l’eau, tem­pé­ra­ture de tra­vail de 15 °C ou plus, trans­port et sto­ckage à l’abri du gel et ac­tion mé­ca­nique lé­gè­re­ment su­pé­rieure à celle des pro­duits sol­van­tés conven­tion­nels. Nous pro­dui­sons éga­le­ment un sa­tu­ra­teur de teck en phase aqueuse, le Sto­po, mais il exige un temps de po­ly­mé­ri­sa­tion de 48 heures au moins avant la mise en ser­vice, un dé­lai im­po­sé par l’éva­po­ra­tion de l’eau conte­nue dans la so­lu­tion. Nous sommes aus­si en cours d’éla­bo­ra­tion d’un im­per­méa­bi­li­sant en phase aqueuse, pré­sen­té en aé­ro­sol, et d’une gamme de net­toyants à haut ni­veau de bio­dé­gra­da­bi­li­té. Leur for­mule est ba­sée sur des en­zymes, qui sont des pro­téines des­ti­nées à ac­cé­lé­rer les ré­ac­tions chi­miques. S’agis­sant de bio­mo­lé­cules, elles se dé­gradent ra­pi­de­ment et pro­pre­ment dans l’en­vi­ron­ne­ment, mais l’ac­tion mé­ca­nique à exer­cer au mo­ment de l’ap­pli­ca­tion est un peu plus im­por­tante qu’avec des pro­duits dé­ter­gents clas­siques. »

nt dé­ve­lop­peme Le bio­mo­lé­cules des

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.