Bien­ve­nue au club!

Moteur Boat Magazine - - EDITO - Édouard Des­grez

Après la lo­ca­tion de ba­teaux sur In­ter­net (HeyCap­tain.fr, Be­ne­teauRent.com…) et la lo­ca­tion entre par­ti­cu­liers (Click&Boat, Sam­boat…), un nou­veau phé­no­mène émerge : les boat clubs. Nou­veau en France, tout du moins, car il existe de­puis belle lu­rette outre-At­lan­tique. Le concept est sé­dui­sant et consiste en l’ac­cès « illi­mi­té » à un grand nombre d’uni­tés dans tout le pays en payant un droit d’en­trée dans le club, puis une co­ti­sa­tion men­suelle. La for­mule, à mi-che­min entre la lo­ca­tion et la pro­prié­té, a l’avan­tage de ré­duire les contraintes au mi­ni­mum, puisque l’en­tre­tien, la place de port ou l’as­su­rance ne sont plus à la charge du plai­san­cier. Il n’y a pas non plus de cau­tion à dé­po­ser ni de contrat à si­gner : le rêve ! Par-des­sus le mar­ché, les clubs an­noncent un coût ré­duit de moi­tié pour l’uti­li­sa­teur, par rap­port à la pro­prié­té. En France il existe dé­jà quelques pro­ta­go­nistes : le Boat Club de France pré­sent es­sen­tiel­le­ment sur la fa­çade at­lan­tique, et My Boat Club en Mé­di­ter­ra­née. Bé­né­teau ne s’y est pas trom­pé non plus en lan­çant son propre club riche dé­jà de quinze bases en France et en Es­pagne. Nous avons ren­con­tré au Sa­lon de Cannes John Gi­glio, le PDG du plus gros club amé­ri­cain lan­cé en 1989, le Free­dom Boat Club. John est bien dé­ci­dé à lan­cer en France et en Grande-Bre­tagne son concept de fran­chises. Le Free­dom Boat Club agit un peu comme une cen­trale d’achat et vend 600 à 700 ba­teaux par an à son ré­seau de 142 fran­chi­sés. Un in­ter­lo­cu­teur de poids au­près des chan­tiers ! Reste à sa­voir si les plai­san­ciers sont prêts à em­bras­ser le concept, car l’achat d’un ba­teau re­pré­sente en­core pour beau­coup l’ac­com­plis­se­ment d’un rêve. Quoi qu’il en soit, l’idée du boat club colle bien à notre époque an­ti-« prise de tête » !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.