Pe­tits mais « pê­chus » !

Moteur Boat Magazine - - ESSAI -

Mal­gré des condi­tions de mer un peu spor­tives au re­gard de leur pe­tite taille, nos deux ba­teaux nous ont éton­nés par leur ai­sance et le confort de leur pas­sage en mer. Certes, l’open a plus fa­ci­le­ment dé­joué les vagues et a conser­vé l’équi­page au sec, ce qui n’est pas tou­jours le cas du bow-ri­der qui, se­lon l’al­lure, peut co­pieu­se­ment ar­ro­ser ses oc­cu­pants. Néan­moins, quand le plan d’eau se calme, le bow-ri­der montre toutes ses qua­li­tés et son pi­lo­tage de­vient un vé­ri­table jeu. Le dé­jau­geage est as­sez ra­pide et l’angle de gîte en vi­rage reste rai­son­nable. Cô­té per­for­mances, les don­nées du chan­tier – les condi­tions mé­téo ne nous ayant pas per­mis de prendre les vi­tesses par nous-mêmes – an­noncent une vi­tesse de pointe proche de 42 noeuds. La seule crainte avec le Glastron se trouve par mer ar­rière, quand le ba­teau s’ex­pose à en­four­ner dans le creux d’une vague, le cock­pit n’étant pas au­to­vi­deur. Il est donc im­por­tant de bien tri­mer l’uni­té pour lui conser­ver le nez en l’air et évi­ter ce risque. De son cô­té, le Wellcraft équi­pé d’un 150 che­vaux Ya­ma­ha at­teint 38 noeuds en pointe, une per­for­mance cor­recte. Il est sans conteste mieux ar­mé que le Glastron pour af­fron­ter une mer for­mée, avec une ca­rène qui dé­flé­chit bien et des re­tom­bées douces.

Bien que plus à l’aise sur un plan d’eau calme, le bow-ri­der nous a agréa­ble­ment sur­pris par son com­por­te­ment dans une mer agi­tée où le Su­per Stable V de la ca­rène s’est mon­tré très ef­fi­cace.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.