Bé­né­teau Flyer 8 Spa­ce­deck et Sun­deck

Pour sa col­la­bo­ra­tion cette nou­velle mais re­vient avec gé­né­ra­tion le à un ca­bi­net style de de plus Flyer, de­si­gn consen­suel, Bé­né­teau Style & pour­suit à De­si­gn, la fois clas­sique et mo­derne. Nous avons pu es­sayer en ex­clu­si­vi­té ce Flyer 8 dans ses deux ve

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE -

En dé­cembre 2013, au Sa­lon de Pa­ris, le chan­tier Bé­né­teau créait l’ani­ma­tion et bou­le­ver­sait le mar­ché du day-boat avec sa nou­velle gamme Flyer dé­ve­lop­pée en col­la­bo­ra­tion avec le ca­bi­net de de­si­gn Style & De­si­gn. Le ba­teau, long de 6 mètres, se dé­mar­quait clai­re­ment de la concur­rence avec une forte iden­ti­té ca­rac­té­ri­sée par des ai­le­rons la­té­raux et une étrave large si­glée Bé­né­teau, qui n’étaient pas sans rap­pe­ler le monde de l’au­to­mo­bile, uni­vers de pré­di­lec­tion du ca­bi­net Style & De­si­gn. Sui­virent ra­pi­de­ment un Flyer 7, un Flyer 5 et un Flyer 8. En l’es­pace de deux ans, Bé­né­teau avait en­tiè­re­ment re­nou­ve­lé sa gamme Flyer. En 2016, les ba­teaux changent de nom, le Flyer 5 de­ve­nant 5.5, le Flyer 6, 6.6, etc. Tous étaient dé­cli­nés en ver­sions Sun­deck et Spa­ce­deck (open) ; seuls les

Flyer 6.6 et 7.7 étaient en plus pro­po­sés en une ver­sion bow-ri­der, dé­nom­mée Sport­deck.Cinq ans plus tard, l’heure du re­nou­veau est ve­nue, comme le prouve le lan­ce­ment aux sa­lons d’au­tomne du Flyer 8. Ce mo­dèle vient rem­pla­cer le Flyer 7.7 et non le 8.8 comme on pour­rait le croire. Le Flyer 8 tient son nom de sa lon­gueur hors tout de 8,10 mètres, mais sa coque me­sure 6,96 mètres, ce qui lui per­met d’échap­per aux droits de fran­ci­sa­tion. Quant au Flyer 8.8, il af­fiche 7,98 mètres de lon­gueur de coque et 9 mètres hors tout, et son rem­pla­çant d’ores et dé­jà pré­vu s’ap­pel­le­ra Flyer 9 afin d’évi­ter toute con­fu­sion.

Un nou­veau style moins ra­di­cal

Pour cette deuxième gé­né­ra­tion de Flyer, Bé­né­teau a gar­dé comme par­te­naire le ca­bi­net Style & De­si­gn, mais est re­ve­nu à un style plus consen­suel, plus clas­sique, moins ra­di­cal. Les lignes sont plus douces, plus fines, plus fluides aus­si et dé­gagent un sen­ti­ment de néo­ré­tro. L’avant du ba­teau est tou­jours car­ré, mais la ca­landre in­té­grant l’énorme lo­go Bé­né­teau a été sup­pri­mée, et ce der­nier est plus dis­cret. Idem pour les ai­le­rons la­té­raux ins­tal­lés dans les plats-bords et in­té­grés dans la dé­co­ra­tion de coque. Les bal­cons en in­ox sont peints en noir, ce qui donne une touche de mo­der­ni­té et, sur­tout, con­trai­re­ment au 7.7 qui, avec ses 2,67 mètres de large, ne pou­vait pas être trac­té der­rière une voi­ture, le nou­veau Flyer 8 est au ga­ba­rit rou­tier avec une lar­geur de 2,50 mètres. La base de sa ca­rène est celle du Flyer 7.7 qui pro­fi­tait comme tous les Flyer du pro­cé­dé Air Step de 2e gé­né­ra­tion, mais le haut de la coque est to­ta­le­ment nou­veau. En ré­dui­sant la lar­geur des plats­bords, par­ti­cu­liè­re­ment épais sur le 7.7, le chan­tier est par ve­nu à conser­ver un bon es­pace de vie dans le cock­pit, qui me­sure tout de même 1,85 mètre de long pour 2,17 mètres de large. Son amé­na­ge­ment est le même que sur le 7.7 avec une grande ban­quette ar­rière de 1,78 mètre de long, pla­cée sur tri­bord et lais­sant un pe­tit pas­sage sur bâ­bord, et la pos­si­bi­li­té en op­tion d’équi­per les francs-bords de ban­quettes re­pliables. Une table peut éga­le­ment être ins­tal­lée ; le dos­sier de la ban­quette ar­rière bas­cule pour ob­te­nir un bain de soleil de 1,78 sur 0,88 mètre. Autre mo­di­fi­ca­tion, et non des moindres, le Flyer 8 n’est dis­po­nible qu’en mo­no­mo­teur, alors que le 7.7 était pro­po­sé éga­le­ment en bi­mo­teur. Le fait de n’avoir qu’un seul mo­teur sur le ta­bleau ar­rière a per­mis au chan­tier de four­nir en op­tion des pla­te­formes de bain plus larges et donc d’of­frir un ac­cès à l’eau plus convi­vial et plus fa­cile d’au­tant qu’elles sont dé­sor­mais ins­tal­lées à plat pont. Con­trai­re­ment au 7.7 dé­cli­né en trois ver­sions, Spa­ce­deck, Sun­deck et Sport­deck, le Flyer 8 n’est pro­po­sé qu’en Spa­ce­deck et Sun­deck. Nous avons pu es­sayer les deux ba­teaux quelques jours avant l’ou­ver­ture du Sa­lon de Cannes, à Saint-Gilles-Croixde-Vie, en Ven­dée, fief du chan­tier Bé­né­teau. Les deux ba­teaux, dont les es­sais sont dé­taillés dans les pages sui­vantes, étaient tous les deux pro­pul­sés par un Su­zu­ki de 350 che­vaux, leur puis­sance maxi­male.

Dif­fé­rents packs et beau­coup d’op­tions

Ain­si équi­pés, ils montrent des per­for­mances si­mi­laires, avec une vi­tesse de pointe de 42,7 noeuds pour le Sun­deck et de 43 noeuds pour le Spa­ce­deck. Le Spa­ce­deck, la ver­sion Open, était équi­pée d’un T-top en alu­mi­nium (une op­tion fac­tu­rée 3 540 €) et pré­sen­té avec le pack Confort Élé­gance qui se dif­fé­ren­cie du pack Confort Sport par la cou­leur de la sel­le­rie, co­gnac pour le pre­mier et gris an­thra­cite et noir pour le se­cond. Sur les deux uni­tés les cock­pits sont iden­tiques, seul change le pont avant, ou­vert sur le Spa­ce­deck et do­té d’une ca­bine sur le Sun­deck, ce qui ex­plique les quelque 4 000 € d’écart au ni­veau des prix. ■

Les cock­pits sont iden­tiques sur les deux ba­teaux. Seule dif­fé­rence, la cou­leur de la sel­le­rie est co­gnac pour le pack Confort Élé­gance…

Le T-top qui équi­pait la ver­sion Spa­ce­deck est une op­tion, tout comme la de­phi­nière.

Les sièges pi­lote et co­pi­lote des deux Flyer 8 re­çoivent sur l’ar­rière du dos­sier des mains cou­rantes très pra­tiques.

Sur les nou­veaux Flyer, les mains cou­rantes et les bal­cons en in­ox sont peints en noir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.