la vi­gnette inique

Dès le 1er juillet, rou­ler sans vi­gnette dans la Zone à cir­cu­la­tion res­treinte de Pa­ris et en cas de pic de pol­lu­tion coû­te­ra cher : 68 €, comme un dé­cret vient de le pré­ci­ser. Pour l’ins­tant can­ton­né à la ca­pi­tale, le dis­po­si­tif des ZCR de­vrait pro­chaine

Moto Journal - - PLEIN PHARE - PAR Pierre Or­luc PHO­TOS PO et DR

Cette fois, on rentre dans le dur, pour par­ler vul­gai­re­ment. Ce qui n’était jus­qu’à pré­sent qu’une idée est dé­sor­mais une réa­li­té – c’est une ques­tion de jours : le 1er juillet, il fau­dra ar­bo­rer une vi­gnette de cou­leur pour pou­voir cir­cu­ler dans Pa­ris in­tra-mu­ros, et à condi­tion que votre mo­to soit d’après juin 2000 et votre voi­ture d’après le 1er jan­vier 1997. Avec sa mu­ni­ci­pa­li­té en pointe dans les res­tric­tions de cir­cu­la­tion tous azi­muts, la ca­pi­tale est en ef­fet la pre­mière à avoir créé en France une Zone à cir­cu­la­tion res­treinte, la dé­sor­mais fa­meuse ZCR. C’était le 16 jan­vier der­nier. Jus­qu’à main­te­nant, per­sonne n’était ver­ba­li­sé en cas de non-col­lage de sa vi­gnette sur sa mo­to ou le pare-brise de sa voi­ture. Le 1er juillet, c’en se­ra fi­ni de cette pé­riode tran­si­toire. Très dis­crè­te­ment, le dé­cret n° 2017-182 2017 « ren­for­çant les sanc­tions pour non-res­pect de l'usage des cer­ti­fi­cats qua­li­té de l'air et des me­sures d'ur­gence ar­rê­tées en cas d'épi­sode de pol­lu­tion at­mo­sphé­rique » (ouf !) a été pu­blié au Jour­nal of­fi­ciel le 7 mai. Il fixe no­tam­ment la sanc­tion. Qui est ca­ra­bi­née ! Il s’agit en ef­fet d’une amende de troi­sième classe, avec amende de 68 €, heu­reu­se­ment sans re­trait de points. Pa­ral­lè­le­ment, le dé­cret pré­voit qu’en cas de pic de pol­lu­tion, les pré­fets pour­ront in­ter­dire cer­tains vé­hi­cules en fonc­tion de leur nu­mé­ro

d’im­ma­tri­cu­la­tion (prin­cipe dé­jà en vi­gueur lors de la mise en place d’une cir­cu­la­tion al­ter­née), mais aus­si en fonc­tion de leur vi­gnette Crit’air. C’est nou­veau et lourd de sens, puisque le pé­ri­mètre des in­ter­dic­tions pré­fec­to­rales est sou­vent plus éten­du que la ville elle-même.

« TROP RI­GIDES ET SO­CIA­LE­MENT IN­JUSTES »

Des me­sures qui vont prendre ef­fet six ans et de­mi après que le gou­ver­ne­ment avait en­vi­sa­gé la créa­tion de Za­pa, Zones d’ac­tions prio­ri­taires pour l’air. Un temps, il fut même en­vi­sa­gé de me­ner une ex­pé­ri­men­ta­tion d’in­ter­dic­tions de cir­cu­la­tion de cer­tains vé­hi­cules dans huit villes de plus de 100 000 ha­bi­tants. Fi­na­le­ment, après moult dé­bats et de­vant l’op­po­si­tion, ces Za­pa ont été en­ter­rées en sep­tembre 2012. A l’époque, le nou­veau gou­ver­ne­ment ex­pli­quait qu’elles sont « trop ri­gides et so­cia­le­ment in­justes, car pou­vant pé­na­li­ser ex­ces­si­ve­ment cer­tains pro­prié­taires de vé­hi­cules an­ciens. » C’est de­puis long­temps l’un des ar­gu­ments dé­ve­lop­pés par la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de mo­tards en co­lère pour dire tout le mal qu’elle pense du sys­tème des ZCR. Après plu­sieurs ma­ni­fes­ta­tions suc­ces­sives ces der­niers mois, elle vient de le si­gni­fier au nou­veau mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique. Dans une longue lettre, elle de­mande d’ailleurs à le ren­con­trer (lire p. 10). Il y a ur­gence, car les Zones à cir­cu­la­tion res­treinte de­vraient se mul­ti­plier pro­chai­ne­ment un peu par­tout en France. En se ba­sant sur le sys­tème de vi­gnettes Crit’air, les élus pour­ront dé­ci­der quel vé­hi­cule pour­ra cir­cu­ler à quel en­droit. Au se­cours !

De­puis plu­sieurs an­nées, les pro­jets d'in­ter­dic­tion de cir­cu­la­tion en­traînent des ma­ni­fes­ta­tions de mo­tards, ici à Pa­ris (ci-des­sous et ci-contre en 2016). Il faut dire qu'il y a dan­ger.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.