PLEIN PHARE

80 km/h : des sé­na­teurs prônent la dé­cen­tra­li­sa­tion

Moto Journal - - SOMMAIRE -

Le 80 km/h est un su­jet si pré­gnant de­puis quatre mois qu’il n’est presque plus be­soin d’ac­tua­li­té pour en par­ler. Pour­tant, il y a bien du nou­veau en cette mi-avril, au-de­là de la ma­ni­fes­ta­tion mo­tarde des 14 et 15. Fervent com­bat­tant du pro­jet de­puis les pre­mières heures, le Sé­nat vient en ef­fet de rendre pu­bliques les conclu­sions rap­por­tées par son groupe de tra­vail sur la sé­cu­ri­té rou­tière. Pour rap­pel, cette pe­tite as­sem­blée, me­née par les sé­na­teurs Michel Rai­son (Haute-saône), Jean-luc Fi­chet (Fi­nis­tère) et Mi­chèle Vul­lien (Rhône), et sou­te­nue par Her­vé Mau­rey et Phi­lippe Bas, pré­si­dents res­pec­tifs de la com­mis­sion de l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire et de la com­mis­sion des lois, s’était don­né pour mis­sion, dès le 24 jan­vier der­nier, de ju­ger de la per­ti­nence du plan de lutte contre la mor­ta­li­té rou­tière. Un plan éta­bli par le Co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel à la sé­cu­ri­té rou­tière du 9 jan­vier. 70 % DES FRAN­ÇAIS CONTRE Des 18 me­sures an­non­cées ce jour-là par Ma­ti­gnon lors du compte ren­du, c’est bien sûr l’abais­se­ment de la vi­tesse à 80 km/h sur les routes bi­di­rec­tion­nelles sans sé­pa­ra­teur cen­tral que les sé­na­teurs se sont pen­chés. Comme un écho po­li­tique né­ces­saire à la grogne po­pu­laire qui s’est maintes fois ex­pri­mée dans les son­dages. Quelle que soit la source, plus de 70 % des Fran­çais sont contre, fai­sant pas­ser la me­sure du 80 km/h au pan­théon de l’im­po­pu­la­ri­té. Obs­ti­né, l’exé­cu­tif va jus­qu’à ins­tru­men­ta­li­ser cette dé­fiance en af­fir­mant, gros­so mo­do, que les grands tour­nants pris par la Sé­cu­ri­té rou­tière ont tou­jours sus­ci­té la mé­fiance, voir le cour­roux chez les ci­toyens – c’est par­fois vrai, mais pas tou­jours. Mais Edouard Phi­lippe n’est pas le seul à être en­tê­té. Après plus de deux mois de tra­vail, ces sé­na­teurs per­sistent et signent : le 80 km/h est une me­sure « aveugle. » Comme Mo­to Jour­nal de­puis des mois et tant d’autres, les rap­por­teurs ont à nou­veau poin­té du doigt l’in­suf­fi­sance des études sur les­quelles

s’est ap­puyée la Sé­cu­ri­té rou­tière, la com­mu­ni­ca­tion floue et in­com­plète qui règne au­tour du su­jet et, en­fin, le manque de concer­ta­tion avant la mise en place. « Nous sommes pro­sé­cu­ri­té rou­tière et nous avons tous le même ob­jec­tif d’abais­ser le nombre de morts sur nos routes », ont ré­pé­té d’une seule voix les sé­na­teurs concer­nés de­vant la presse, avant de for­mu­ler deux pro­po­si­tions à l’at­ten­tion du Pre­mier mi­nistre. La pre­mière : un re­port de la mise en place des 80 km/h au 1er jan­vier 2019. Et la se­conde, la plus im­por­tante : sa mise en place au cas par cas. Pour ce faire, deux pré­co­ni­sa­tions sont for­mu­lées par les par­le­men­taires : « Un pou­voir de mo­du­la­tion de la

vi­tesse maxi­male au­to­ri­sée par les pré­si­dents de dé­par­te­ment, les maires et les pré­fets de dé­par­te­ment » et la dé­cen­tra­li­sa­tion de « la dé­ci­sion de li­mi­ter la vi­tesse à 80 km/h sur les routes ac­ci­den­to­gènes. » A plu­sieurs titres, ce rap­port n’est pas une si mau­vaise chose.

ÉTUDE GRAN­DEUR NA­TURE

D’abord, sur la forme. Dans une po­si­tion construc­tive, le groupe de tra­vail pro­pose une al­ter­na­tive. Conscients qu’une an­nu­la­tion du pro­jet est im­pos­sible, les par­le­men­taires tentent de jouer avec les règles et faire en­tendre la voix des ci­toyens. « Ce n’est pas parce que la me­sure est re­je­tée en bloc par l’opi­nion qu’il faut la re­je­ter sans ré­flé­chir », note la sé­na­trice du Rhône Mi­chèle Vul­lien. Sur le fond, qui mieux que les élus de ter­rain peut ju­ger de la dan­ge­ro­si­té des en­droits où il convient d’abais­ser la vi­tesse ? Si tant est que l’usa­ger ne le sache pas, per­sonne. En­fin, cette syn­thèse est une in­tel­li­gente ma­noeuvre. Car en lais­sant la li­ber­té aux dé­par­te­ments de mettre en place, ou non, le 80 km/h, nous au­rions en­fin la pos­si­bi­li­té de consta­ter son in­fluence réelle sur l’ac­ci­den­to­lo­gie. Les mil­liers de ki­lo­mètres concer­nés se­raient ain­si bien plus ré­vé­la­teurs que les 86 km de na­tio­nales “ex­pé­ri­men­tés” entre 2015 et 2017. Une étude gran­deur na­ture, n’est-ce pas ce que tout le monde de­mande ? Mais peut-être ef­fraie-t-elle l’exé­cu­tif… In­ter­ro­gé sur le su­jet, Em­ma­nuel

Par Fran­çois Le­maur et Pierre Or­luc, pho­tos PO et DR

De gauche à droite, Mi­chèle Vul­lien, Her­vé Mau­rey, Phi­lippe Bas, Michel Rai­son et Jean-luc Fi­chet ont pré­sen­té les conclu­sions de leur étude sur le pro­jet du 80 km/h et de­mandent un amé­na­ge­ment.

Entre 30 000 et 40 000 mo­tards ont dé­fi­lé dans Pa­ris le 15 avril der­nier. La mo­bi­li­sa­tion conti­nue !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.