POGNON, POIL, PA­RI­TÉ, PATTES ET POU­TINE

Moto Journal - - COURRIER -

Tra­vaillant outre-py­ré­nées, ça fai­sait quelques se­maines que je n’étais pas ren­tré en France, et donc me voi­là avec quatre MJ dans la boîte aux lettres, miam ! On se plaint tou­jours de ne plus re­ce­voir de cour­rier ? D’ac­cord, je m’y colle, alors re­vue de presse ! MJ du 14 fé­vrier, en­core un qui se plaint que les mo­tos sont trop chères, et dans un édito cette fois. Dis donc ma poule, quand le Fred-de-la-carte-pos­tale nous l’en­voyait du bout du monde, tu crois qu’il y était al­lé en Gold à 40 000 balles ? Quand je suis dans ma VW de dix ans d’âge, tu crois que j’écris à l’au­to Jour­nal pour me plaindre que l’au­di Q7 ga­rée à cô­té de moi est trop dis­pen­dieuse, comme disent les cou­sins qué­be­cois ? J’ai eu pen­dant cinq ans une brave 650 SV payée 3 000 balles avec la­quelle j’en ai fait des bornes, et mer­ci aux Ja­po­nais de nous sor­tir des su­per meules pas trop chères, style MT et consoeurs, pasque s’il fal­lait comp­ter sur Du­cat ou BM pour sor­tir des mobs abor­dables par le bas peuple, on peut conti­nuer à pleu­rer [c’est bien ce que je di­sais !]. Dans le même MJ, juste pour le fun, l’es­sai du Shoei Neo­tec II : « On ne sent pas de bruit pa­ra­site, bien au contraire... » Le contraire de ne pas sentir, c’est quoi ? Ou alors c’est du 2e de­gré, mais je suis dans MJ ou dans le Ca­nard En­chaî­né ? MJ du 14 mars, es­sai de la Royal En­field Hi­ma­layan, par Pat Green­wood : « elle per­met à tous de gar­der les deux pieds au sol, même si la na­ture ne vous a pas gâ­té. » Alors le Pat, avec un nom pa­reil, sûr qu’il la mé­rite, sa vo­lée de bois vert ! J’ai beau ne me­su­rer qu’1,60 m, je n’avais pas jusque-là l’im­pres­sion de ne pas avoir été gâ­té par la na­ture, parce que tout le reste va bien, mer­ci, et mer­ci éga­le­ment au nom de tous les gars pas très grands et toutes les pe­tites na­nas pas hautes qui se sont d’un seul coup sen­ties « pas gâ­tées par la na­ture. » Tiens, MJ du 28 mars, re­voi­là Patrick Bois­vert dans une in­ter­view du pré­sident de MV Agus­ta. Je sens qu’ils vont être potes, avec le Fred qui se plai­gnait du prix des meules, parce que là, on nous an­nonce un « pro­duit hors norme, à en­vi­ron 200 000 boules, qui se ré­ser­ve­ra à la clien­tèle très ai­sée et aux col­lec­tion­neurs. » En­ten­dez « aux col­lec­tion­neurs éga­le­ment très ai­sés... » MV Agus­ta ra­che­té par un groupe pé­tro­lier russe, les­quels Russes se dis­tinguent ha­bi­tuel­le­ment par leur res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment, des droits de l’homme, leur sens de la lutte contre les in­éga­li­tés... Voi­là en­core une marque que je n’achè­te­rai pas, de toute fa­çon, leur « su­per pre­mium », ils peuvent se le gar­der). Re­ve­nons au MJ du 28 fé­vrier avec la po­lé­mique sur les um­brel­la girls. J’ai une idée qui de­vrait per­mettre de ré­soudre le pro­blème, je m’étonne que per­sonne n’y ait pen­sé : la pa­ri­té ! Y a qu’à mettre une moi­tié de girls et, pour l’autre, des boys torse nu en short mou­lants, ça ra­vi­rait ma femme, ses co­pines et aus­si mes potes gay. Après tout, si on veut at­ti­rer les filles vers la mo­to et la com­pé­ti­tion, pour­quoi pas leur faire ce pe­tit plai­sir, on se­rait à éga­li­té ? Pour le spon­so­ring, ça at­ti­re­rait les fa­bri­cants de ma­chines à dé­pi­ler, en at­ten­dant de lan­cer la po­lé­mique sur le re­tour du poil et des hommes ve­lus (ça m’ar­ran­ge­rait...). Au fait, pas un seul pi­lote gay sur le pla­teau de GP ? Sta­tis­ti­que­ment, c’est pas pos­sible, donc... le mi­lieu est trop ma­cho pour sup­por­ter les co­ming out ? Evi­dem­ment, je sais bien pour­quoi ça ne se fe­ra pas : tous nos cro ma­gnons pou­ti­niens (tiens, re­voi­là les pro­prié­taires d’agus­ta !) ado­ra­teurs du culte de la vi­ri­li­té, co­gneurs-vio­len­teurs de femmes, gay-pas-friend­ly, in­ca­pables de sup­por­ter leur part de fé­mi­ni­té et l’éven­tua­li­té que la vue d’un beau gosse en slip pour­rait leur pro­vo­quer un fré­mis­se­ment du bas du ventre, ne sup­por­te­ront ja­mais ça. Eh ben, on n’est pas ren­dus dans un monde de to­lé­rance... Al­lez, une der­nière pour la route et pour res­ter dans le ton : le père Cay­rol, dans l’es­sai de la CB 1000 R+ (MJ du 28 mars), avoue ai­mer « le gras et le poil aux pattes » (mais uni­que­ment sous 5 000 tours il est vrai). Parce que entre « un ABS un poil trop in­ter­ven­tion­niste » et « un mo­teur qui gagne un poil de ca­rac­tère », ar­ri­ver à pla­cer trois fois le mot poil dans un ar­ticle, c’est un concours ? Bises, les gars, sans ran­cune en­vers Pat Ma­de­ra­verde. Oli­vier, de Bar­ce­lone (ville gay ET mo­to friend­ly, comme quoi la to­lé­rance ça se cultive), en KTM 1190 Ad­ven­ture mal­gré ses pe­tites jambes

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.