25 ans après...

Moto Revue Classic - - Événement -

Le re­tour de la my­thique Ya­ma­ha FZR 750 R, dite OW01, aux cou­leurs de Fi­na­cor s’ajou­tait à la jeu­nesse de ses pi­lotes, moins âgés que leur mo­to de course. En 1991, Mon­ne­ret, Bon­huil et Ni­cotte rem­por­taient les 24 Heures du Mans au gui­don de cette Yam’ pri­vée, pré­pa­rée par le team Re­flex d’yves Ker­lo. Quatre ans plus tard, Jean-pierre Pau­sel­li ra­che­tait le mu­let pour l’ajou­ter à sa col­lec­tion de mo­tos de course. Et quatre mois avant le Bol d’or Clas­sic, il a pris la dé­ci­sion de la dé­pous­sié­rer pour la faire cou­rir aux mains d’en­zo De La Ve­ga (17 ans !), champion de France Pro­mo­sport 400, et son frère Ran­dy (20 ans). « Il a fal­lu l’opi­niâ­tre­té de Phi­lippe, le père des fran­gins et boss de la conces­sion Saint-laurent Mo­to (dans le Var), pour rendre à la Fi­na­cor toutes ses ca­pa­ci­tés. Le mo­to-club de Saint-laurent s’est aus­si mo­bi­li­sé et on a pu comp­ter sur l’ap­pui d’her­vé Duf­fard, an­cien pi­lote de GP en 125. » Les frères De La Ve­ga n’ont pas dé­mé­ri­té : ils ont pla­cé la Fi­na­cor à la sep­tième place de ce Bol d’or Clas­sic.

Les al­lées du pad­dock du Bol d’or Clas­sic semblent d’époque : des che­mins caillou­teux, dou­teux, comme les an­ciennes mé­ca­niques qui les ar­pentent pour re­joindre l’autre pad­dock, ce­lui des fu­sées contem­po­raines, qui ne goûtent que le gou­dron lisse. Pas­ser de l’un à l’autre, c’est se pro­me­ner dans le temps. Pro­fi­tez-en, tout se­ra gou­dron­né ce mois-ci et donc prêt pour le 15e BOC. On au­rait aus­si pu ima­gi­ner un autre pad­dock, in­ter­mé­diaire. Ce­lui des pre­miers cadres alu pé­ri­mé­triques, des quatre-cy­lindres à re­froi­dis­se­ment li­quide, les pré­mices des fu­sées, R1 ou ZX-10R du Bol d’or. On les ap­pelle les Post-clas­sic, elles ont été fa­bri­quées jus­qu’en 1991. Il s’agit des Hon­da RC 30, Ya­ma­ha OW01, Kawasaki ZX-R 750, Su­zu­ki GSX-R ou Du­ca­ti 851, les pre­mières vraies spor­tives de l’his­toire de la mo­to. Elles ont été ac­cueillies au Bol d’or Clas­sic pour la pre­mière fois il y a quatre ans. Elles étaient d’ailleurs au nombre de quatre, elles pul­lulent main­te­nant, re­pré­sen­tant cette an­née les deux tiers du pla­teau. Leur mo­der­ni­té a contri­bué à chas­ser les Triumph, Norton ou BMW, dé­sor­mais dis­pa­rues. On ne lutte pas contre le pro­grès, même en an­cienne. Cer­tains pré­sa­geaient un sort iden­tique aux Hon­da CB 1100 R, Kawasaki Z 1000 ou Su­zu­ki GSX 1100.

Les 1000 se re­biffent

Sur­prise lors de la pre­mière séance d’es­sais libres : Mat­thieu Sauve et la Hon­da CB 1100 R du team Ja­pau­to signent le meilleur temps (2’16’’8), avec une vi­tesse de pointe au bout de la ligne droite du Mis­tral (1,8 km) fas­ci­nante : 295 km/h ! Le deuxième temps est pour la Su­zu­ki GSX 1100 du team Road Run­ner. La pre­mière Post-clas­sic, la GSX-R 1100 de Fré­dé­ric Pro­tat (l’an­cien pi­lote de GP) et Phi­lippe Pa­py, se place en troi­sième po­si­tion. Contre toute at­tente, les mo­tos de la pre­mière moi­tié des an­nées 80, avec leur cadre en tubes d’acier et leur mo­teur re­froi­di par air,

SUR LE PAUL-RI­CARD SE NOUENT TOUTES LES FI­CELLES DU TEMPS

par­fois sur­mon­té d’une an­tique cu­lasse huit sou­papes (les Kawasaki Z 1000), tiennent tête aux pré­ten­tieuses 750 de la se­conde moi­tié des an­nées 80. En ma­tière de mo­to­ri­sa­tion, outre la sur­ali­men­ta­tion, on n’a guère fait mieux que la cy­lin­drée pour ga­gner en puis­sance. Or les 1000 de la ca­té­go­rie Clas­sic do­minent là les 750 Post-clas­sic et même une 1100 ! Il faut re­mon­ter à 1984 pour com­prendre pour­quoi les su­per­bikes sont pas­sées de 1 000 à 750 cm3, quand le rè­gle­ment TTF1 l’a im­po­sé, avant que le cham­pion­nat du monde Su­per­bike ne re­prenne cette cy­lin­drée en 1988. Voi­ci la rai­son pour la­quelle les PostC­las­sic peinent à suivre les Clas­sic dans la ligne droite du Cas­tel­let, par ré­so­nance his­to­rique. La pre­mière qua­lif’ ren­verse la ba­lance. L’en­core fou­gueux Vincent Ei­sen et sa Kawasaki ZX-R 750 ré­ta­blissent la co­hé­rence chro­no­lo­gique et prennent la pole po­si­tion pro­vi­soire, en 2’14’’2, sui­vis de près par la Hon­da Ja­pau­to et ce jeune diable de Mat­thieu Sauve, à deux dixièmes. Jean-claude Jau­bert, co­équi­pier de Mat­thieu, se se­rait vo­lon­tiers mê­lé à la ba­garre si le mo­teur de la Hon­da ne l’avait pas lâ­ché dès les pre­miers tours. Il avait dé­jà quatre courses au comp­teur… Une autre lutte tem­po­relle se joue, pas très loin der­rière, au neu­vième rang. Le jeune En­zo De La Ve­ga, 17 ans, place sa FZR 750 R, ex-fi­na­cor vic­to­rieuse des 24 Heures du Mans 1991, juste de­vant la RC 30 de Sté­phane Bo­vin, 54 ans. Sur le cir­cuit Paul-ri­card se nouent toutes les fi­celles du temps. Une énorme pe­lote que seul le ch­ro­no dé­mê­le­ra. Sauf pour ceux qui re­gardent ça de loin.

pré­pa mo­teur, pour en ti­rer 120 che­vaux à la roue ar­rière. « On avait un meilleur mo­teur en­core, mais on l’a cas­sé à Ca­role pen­dant une en­du­rance de quatre heures » , re­grette Vincent Ei­sen. Alors ce se­ra un peu juste, craint-il.

Les plus vieilles gardent la tête haute

La pre­mière manche de deux heures se dé­roule le ven­dre­di soir, dé­part à 20 h 30, il fait presque nuit. C’est comme une course de vi­tesse, avec un ou deux ra­vi­taille­ments se­lon les teams. Il faut al­ler vite, mé­na­ger tou­te­fois la mé­ca­nique, ne pas perdre de temps dans les stands… Choi­sir la stra­té­gie de la course d’at­tente re­lève de l’uto­pie en deux heures. Alors ça at­taque. La GSX-R de Pro­tat et Pa­py, la GSX 1100 de Van Der Mark et Brand et la Ja­pau­to de Sauve et Jau­bert sont dans leurs chro­nos de qua­lif’. Les frères Ei­sen roulent un peu moins vite. La Du­ca­ti 851 de Lou­vel et Ville­ré­gnier a, elle, ga­gné deux se­condes au tour. Et Dé­dé ferme la marche. Trois sa­fe­ty car se­ront obli­gées de sortir, des chutes et l’huile qu’elles ré­pandent sur la piste com­pliquent la course. À 22 h 30 sous le dra­peau à da­mier, la Su­zu­ki Bak­ker des Néer­lan­dais Dirk Brand et Henk Van Der Mark passe en tête. Elle n’a pour­tant pas réa­li­sé les chro­nos les plus ra­pides, avec un meilleur temps en 2’18’’05, à plus de trois se­condes du meilleur tour de la Phase One (2’14’’834) qui ne fi­nit que dix-sep­tième, le mal­heu­reux Pe­ter Lin­den ayant chu­té sur de l’huile. Mais Brand et Van Der Mark n’ont connu au­cun en­nui (ils ont éli­mi­né leurs pro­blèmes d’em­brayage lors des qua­lif’), ont été ré­gu­liers et ef­fi­caces lors de leur unique ra­vi­taille­ment. Le pre­mier round re­vient donc à une Clas­sic, sui­vie par la GSX-R 1100 Post-clas­sic du Twins Ra­cing et la CB 1100 R Ja­pau­to (Clas­sic). Les plus vieilles gardent la tête haute. Re­vanche le len­de­main ma­tin, dès 8 h 30. Tout le monde roule plus vite, ras­su­ré par le ti­mide so­leil. La GSX-R ren­verse la ten­dance, le ch­ro­no de 2’13’’7 de Fré­dé­ric Pro­tat res­te­ra le meilleur temps en course. La Ja­pau­to s’ac­croche mais ter­mine à la sixième place. C’est une Hon­da qui l’em­porte, la RC 30 du team Pa­ris Nord Mo­to, l’équipe du re­gret­té Ro­bert Doron. James Guyon et Bru­no Le Bi­han lui tendent la coupe, le­vée vers le ciel. La Du­ca­ti 851 de Cé­dric Lou­vel et Laurent Ville­ré­gnier contri­bue, elle, à la gloire des Post-clas­sic, se­conde de­vant la Ka­wa Bol­li­ger, troi­sième de cette se­conde manche et pre­mière Clas­sic. Et au cu­mul des deux courses, c’est la GSX-R du team Twins Ra­cing qui s’im­pose en Post-clas­sic et semble don­ner rai­son aux pro­phètes de la proche dis­pa­ri­tion des Clas­sic. La Hon­da-ja­pau­to dis­tan­cée de seule­ment 51 se­condes prouve que ce ne se­ra pas si simple.

EN DEUX HEURES, CHOI­SIR LA STRA­TÉ­GIE DE L’AT­TENTE RE­LÈVE DE L’UTO­PIE. ALORS ÇA AT­TAQUE

La Hon­da CB 1100 R du team Po­wer Ra­cing-ja­pau­to a brillé lors de ce Bol d’or Clas­sic. Sa vi­tesse de pointe en bout de la longue ligne droite du Mis­tral a fri­sé les 300 km/h !

La Ya­ma­ha 0W 01 Fi­na­cor était de re­tour.

1- Le vil­lage Clas­sic of­frait,Lors comme l’an der­nier, de belles ex­po­si­tions de mo­tos an­ciennes. 2- Fré­dé­ric Pro­tat en route vers la vic­toire en ca­té­go­rie Post-clas­sic.

Lors de la pre­mière manche, de nuit, Fré­dé­ric Pro­tat mo­di­fie la pres­sion du pneu ar­rière de sa Su­zu­ki 1100 GSX-R. Au Bol d’or Clas­sic, tout le monde met la main à la pâte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.