Les Swank Ral­ly de Deus Ex Ma­chi­na et la course de côte de Saint-cergue.

L’en­du­ro est une dis­ci­pline qui peut re­bu­ter les néo­phytes. C’est pour ce­la que le ma­ga­sin Deus Ex Ma­chi­na de Mi­lan a créé les Swank Ral­ly. Et pour les vrais en­du­ristes des ISDT, voir page 118 !

Moto Revue Classic - - Sommaire - Texte : Pao­lo Sor­ma­ni – Pho­tos : Cam­pel­li, Fer­ra­ri & Re­nie­ri

La pous­sière plaît tou­jours. De­puis quelques an­nées, le tout-ter­rain vin­tage est re­ve­nu à la mode, par le biais de la Ga­rage Culture. Les Bar­bour et les pan­ta­lons ren­for­cés res­sortent des pla­cards, tan­dis que sur ebay, la chasse aux casques Bell ou L’AGV s’ac­tive. Même s’il s’agit d’une niche, en Ita­lie no­tam­ment, l’off-road dicte son style et in­fluence les col­lec­tions, comme Os­car by Al­pi­nes­tars, Bion­do En­du­rance, Stylmartin (voir p. 86) et Acer­bis Ot­ta­no. Avec les fringues, les trail-bikes mo­no et bi­cy­lindres des an­nées 80 roulent à nou­veau, du moins celles qui ont été sau­vées de la bou­che­rie de la cus­to­mi­sa­tion… Il ne man­quait plus qu’un évé­ne­ment fa­cile et amu­sant pour faire sor­tir le tout-ter­rain vin­tage des villes. Et qui de mieux que Deus Ex Ma­chi­na Mi­lan pour l’or­ga­ni­ser ? Ça s’ap­pelle Swank Ral­ly. Swank comme élé­gance ta­pa­geuse, Ral­ly comme ral­lye. Il s’agit d’un cham­pion­nat pas trop com­pli­qué en quatre manches, à in­vi­ta­tion li­mi­tée et ré­ser­vé aux mo­tos tout-ter­rain clas­siques et aux rou­tières avec pneus à cram­pons. Et si elles sont in­ap­pro­priées, c’est en­core mieux.

Quatre étapes aux dé­cors très va­riés

Pas de maxi-en­du­ros mo­dernes, bé­canes de cross ou sim­ple­ment ba­nales. La for­mule est néan­moins simple et fon­dée sur la bonne hu­meur. Chaque pi­lote fixe sa plaque porte-nu­mé­ro (une as­siette en pa­pier) sur le phare, son trans­pon­deur, et roule ma poule ! Des points sont at­tri­bués aux dix pre­miers, ce qui dé­ter­mine le clas­se­ment fi­nal. Les par­cours sont de dif­fi­cul­tés di­verses avec des « spé­ciales » ban­de­ro­lées et un peu de na­vi­ga­tion qui res­tent et à la por­tée de – presque – tous. Même les par­ti­ci­pants sont as­sez ori­gi­naux : les en­du­ristes les plus no­vices se mêlent aux vieilles gloires du Pa­risDa­kar et de la Re­go­la­ri­tà ita­lienne des an­nées 70-80. Comme le Mi­la­nais Clau­dio Ter­ruz­zi (deux vic­toires d’étape au Da­kar 88) ou l’ex-pi­lote tu­ri­nois de Su­per­mo­tard, Su­per­bike et en­du­rance Gio­van­ni Bus­sei, qui pi­lote sa Har­leyDa­vid­son XR 1000 avec ai­sance. Il y a aus­si ces en­thou­siastes plus in­cons­cients qui choi­sissent l’at­mo­sphère dé­sin­volte du Swank Ral­ly pour s’es­sayer au tout-ter­rain sans se sen­tir ri­di­cule.

Les dé­cors des quatre étapes sont très va­riés. Après la pre­mière d’avril dans le pay­sage post-in­dus­triel et apo­ca­lyp­tique des acié­ries de Ses­to San Gio­van­ni, près de Mi­lan, les « swan­kistes » se sont af­fron­tés dans la ver­dure de « l’au­to­dro­meo Na­zio­nale di Mon­za », au­tour de la courbe re­le­vée du lé­gen­daire an­neau, du­rant le week-end de The Reu­nion. Mais la jour­née avec la vraie sa­veur ISDT a été la troi­sième, à Va­ra­no de Me­le­ga­ri, pas loin de Parme, sur les col­lines au­tour du cir­cuit Ric­car­do Pa­let­ti, théâtre de L’ASI Moto Show en mai. Le pa­tron de Deus, Fi­lip­po Bas­so­li, a tra­cé un par­cours avec la com­pli­ci­té du club mi­la­nais En­du­ro­lo­gy. Tout d’abord, une ban­de­ro­lée d’échauf­fe­ment au bord du tor­rent Ce­no, avec une maxi-mon­tée plu­tôt dure. Puis une liai­son de 35 ki­lo­mètres vers le mont Sci­mone, à tra­vers des pa­no­ra­mas épous­tou­flants puis des che­mins fa­bu­leux dans les bois qui, par le pas­sé, ser­vaient à l’ar­mée ita­lienne. Du­rant l’épreuve de « na­vi­ga­tion », chaque va­riante du tra­cé « hard » était si­gna­lée par une tête de mort. La deuxième en­trée du me­nu était une ban­de­ro­lée tech­nique dans le « mo­to­drome » de Fi­lip­po Bas­so­li, qui avait pré­pa­ré un buf­fet avec char­cu­te­rie, gâ­teaux, fri­tures lo­cales, par­me­san et bou­teilles de Lam­brus­co. Avant que le so­leil ne se couche, la bande re­tour­nait à la pre­mière ban­de­ro­lée pour la troi­sième épreuve spé­ciale. Avec un bain fi­nal dans le tor­rent pour se ra­fraî­chir… avec ou sans bé­cane ! Le der­nier ren­dez-vous du Swank Ral­ly est pré­vu le di­manche 17 sep­tembre au Bread & Sa­lam de Vo­ghe­ra, en­core en Lom­bar­die, pour une édi­tion « mi­li­taire et très sur­pre­nante » se­lon les or­ga­ni­sa­teurs. Ça va être une drôle de guerre…

MÊME LES PAR­TI­CI­PANTS SONT ORI­GI­NAUX : LES EN­DU­RISTES LES PLUS NO­VICES SE MÊLENT AUX VIEILLES GLOIRES DES AN­NÉES 70-80

1

2

1- Au Swank Ral­ly, on trouve de beaux an­cêtres, comme ces Zün­dapp ou KTM des an­nées 70. 2- Gio­van­ni Bu­sei a fait le spec­tacle sur sa Har­ley 1000. 3- Une belle HVA 400 de 1971. 4- Cette Yamaha MT-07 a été pré­pa­rée par Deus Mi­la­no. 5- Les par­ti­ci­pants donnent libre cours à leur ima­gi­na­tion pour la dé­co­ra­tion des mo­tos. 6- Pour ne pas ef­frayer les néo­phytes, les Swank Ral­ly pro­posent deux sortes de par­cours : dur (hard) ou mou ( soft) ! 4

3

6

5

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.