1- Le diag­nos­tic élec­tro­nique/ élec­trique avec ap­pa­reil dé­dié

Moto Revue - - Mag -

Élec­tro­nique en ca­rafe ? Un boî­tier qui flanche ? Une sonde qui « bug » ? Un ac­tua­teur qui ne ré­pond plus ?... À dé­faut d’une pla­te­forme si­mi­laire à SOS Mé­de­cins, il fau­dra né­ces­sai­re­ment se rendre chez un pro­fes­sion­nel de la mo­to pour re­mettre de l’ordre dans les cir­cuits. Pour ré­soudre un pro­blème d’ori­gine élec­trique, avec une bonne lo­gique d’exé­cu­tion et quelques no­tions d’uti­li­sa­tion d’un mul­ti­mètre (volt­mètre, am­pè­re­mètre, etc.), un opé­ra­teur aver­ti est en me­sure d’iden­ti­fier l’ori­gine d’une panne : un pro­blème de charge met­tant en cause le ré­gu­la­teur et/ou l’al­ter­na­teur, et/ou la bat­te­rie, un dé­faut de masse, un court-cir­cuit, un re­lais et po­ten­tiel­le­ment, une panne d’in­jec­tion (dé­faut cap­teur, sonde tem­pé­ra­ture, in­jec­teur, etc.). Ce­pen­dant, avec l’élec­tro­nique, la re­cherche de panne de­vient vite très sub­tile, im­po­sant un ma­té­riel adap­té ain­si qu’une ex­per­tise dé­diée. Gé­né­ra­le­ment si­gna­lée par un voyant lu­mi­neux de­puis le ta­bleau de bord, l’ori­gine d’une panne élec­tro­nique ne se can­tonne plus ex­clu­si­ve­ment au sys­tème de ges­tion de l’al­lu­mage et de l’in­jec­tion. Avec la mul­ti­pli­ca­tion des fonc­tions et ap­pli­ca­tions élec­tro­niques em­bar­quées, la re­cherche de panne im­pose donc un ap­pa­reillage spé­ci­fique. Un ap­pa­reillage apte à dia­lo­guer avec l’uni­té cen­trale de la mo­to et donc ca­pable d’in­ter­pré­ter les si­gnaux et de lire les bonnes va­leurs. Con­trai­re­ment au sec­teur au­to­mo­bile, il n’existe pas, dans la mo­to, de connec­tique stan­dar­di­sée sur la­quelle ve­nir « plu­ger » l’ap­pa­reil de diag­nos­tic. Au­jourd’hui, chaque voi­ture re­çoit une prise ODB-II (On Board Diag­nos­tic) ou­vrant sur son sys­tème de ges­tion/contrôle élec­tro­nique, reste à dis­po­ser du bon ou­til et/ou lo­gi­ciel pour en­ta­mer le « dia­logue ». Cer­taines formes de ces lo­gi­ciels étant dis­po­nibles à la vente et ex­ploi­tables de­puis n’im­porte quel or­di­na­teur à usage pro­fes­sion­nel ou per­son­nel. On peut éga­le­ment uti­li­ser des ver­sions gra­tuites per­met­tant d’avoir ac­cès à la lec­ture de codes er­reur, voire un peu plus. Dans la mo­to, chaque constructeur uti­lise sa propre prise diag­nos­tic. Ce qui nous laisse seule­ment deux op­tions en cas de panne.

De 59 à 99 €/prise et jus­qu’à près de 30 construc­teurs cou­verts par Hel­la Gut­mann.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.