Mi­ni-guide pra­tique Tunisie

Moto Revue - - Carnet De Voyage -

Pe­tit pays (1/4 du ter­ri­toire fran­çais) qui se par­court fa­ci­le­ment à mo­to. Pay­sages et centres d’in­té­rêt va­riés : vil­lages tra­di­tion­nels et tro­glo­dytes, plages, lacs sa­lés, dunes de sable, for­te­resses du dé­sert, champs d’oli­viers, sites an­tiques, pistes. Seul le pas­se­port est né­ces­saire. Le pays est gé­né­ra­le­ment cou­vert par la carte verte. Routes ma­jo­ri­tai­re­ment as­phal­tées et en bon état. Quelques al­ter­na­tives par la piste per­mettent ce­pen­dant de pi­men­ter le voyage (Ta­taouine – Ksar Ghi­lane ou, pour les amou­reux du sable, Ksar Ghi­lane – Douz). Pas be­soin d’un gros bud­get : une chambre pour deux nous a coû­té en moyenne 10 à 35 €, un re­pas simple a ra­re­ment dé­pas­sé 5 € et le prix de l’es­sence, ré­gle­men­té, s’éle­vait à seu­le­ment 0,60 €/litre. Sta­tions-ser­vice par­tout : il n’est donc pas utile de faire le plein avec l’es­sence de contre­bande à la qua­li­té dou­teuse ven­due dans des bi­dons sur le bord des routes. Mises en garde : vé­ri­fier les coûts des com­mu­ni­ca­tions té­lé­pho­niques de votre opé­ra­teur et ré­duire au maxi­mum les devises à chan­ger en eu­ros au mo­ment du re­tour (dou­lou­reuses ex­pé­riences). Mé­ca­ni­ciens et conces­sions mo­to rares mais dé­brouillar­dise très ré­pan­due.

l’autre pour l’alu­mi­nium : cha­cun sa bou­tique, cha­cun sa spé­cia­li­té. Nous quit­tons la côte et ga­gnons peu à peu de l’al­ti­tude pour dé­cou­vrir les vil­lages de mon­tagne ber­bères et ha­bi­ta­tions tro­glo­dytes de la ré­gion de Mat­ma­ta. La route ser­pente et je me ré­gale au gui­don de la Mash, qui se ré­vèle très joueuse et ma­niable et par­ti­cu­liè­re­ment à l’aise dans les tron­çons de piste que nous em­prun­tons. Pour 30 DT à peine (12 €), nous dor­mons dans un hô­tel tro­glo­dyte ayant ser­vi de dé­cor à un épi­sode de La Guerre des étoiles. La zone est orange sur la carte de cer­tains mi­nis­tères des Af­faires étran­gères : nous sommes sur nos gardes ! Une bonne piste nous em­mène vers la ré­gion de Ta­taouine qui a connu des troubles so­ciaux ces der­niers jours. Nous croi­sons quelques bar­rages où sub­sistent des traces de pneus brû­lés et des pierres en tra­vers de la route et quelques ban­de­roles de re­ven­di­ca­tion. L’ap­pré­hen­sion monte mais nous ne se­rons nul­le­ment en­nuyés. C’est la ré­gion des ksour (gre­niers) et for­te­resses du dé­sert. Blanches, ces der­nières sont ju­chées sur des épe­rons ro­cheux. Elles se voient de loin et offrent une vue im­pre­nable sur les alen­tours. Seuls dans ces ves­tiges, nous avons le sen­ti­ment d’être des pion­niers, de dé­cou­vrir un pays. Et pour­tant, nous sommes en Tunisie, pays en­core cé­lèbre pour son tou­risme de masse il y a 6 ans à peine.

La route de­vient piste et la piste de­vient sable

Bien qu’il soit tard, nous dé­ci­dons de prendre la piste pour Ksar Ghi­lane. 1 h 30 pour 65 ki­lo­mètres, ça de­vrait le faire, d’au­tant plus que nous dé­mar­rons par de l’as­phalte. Le sable ba­laye la route sous nos roues à la lu­mière du so­leil que nous voyons se cou­cher à l’ho­ri­zon. La route de­vient piste et la piste de­vient sable… la Mash sur­vole les dif­fi­cul­tés par rap­port à ma vieille V-Strom, qu’il nous faut pous­ser par en­droits. La nuit tombe, il est dif­fi­cile de trou­ver notre che­min et d’an­ti­ci­per les sur­prises que nous ré­serve la piste. Nous fi­nis­sons par croi­ser le cé­lèbre pi­pe­line que nous sui­vons tel un fil d’Ariane et qui nous per­met d’ar­ri­ver à l’oa­sis de Ksar Ghi­lane à la seule lu­mière de nos phares. Nous sommes ac­cueillis, pour notre sé­cu­ri­té, par la Garde na­tio­nale et ré­com­pen­sés par un ciel étoi­lé de toute beau­té comme il n’en existe que dans le dé­sert. Sur place, nous fai­sons la ren­contre de Tchèques ve­nus s’en­traî­ner avec leurs puis­santes KTM dans le bac à sable lo­cal. La Mash Ad­ven­ture a beau dé­ve­lop­per 29 che­vaux, je m’amuse comme un ga­min ! Une am­biance agréable se dé­gage de ce pe­tit coin de pa­ra­dis or­ga­ni­sé au­tour d’une source chaude. Une halte re­po­sante, comme au temps des ca­ra­vanes. Des cha­me­liers at­tendent, à l’ombre de leurs ani­maux, un groupe de tou­ristes ve­nus de la côte ; en­fin un peu de vie. Les vil­lages

1

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.