ZF Grand Prix School : « For­mer le pro­chain Zar­co »

Moto Revue - - Sport - « Un jour,Lo­ren­zo nous

Comme sou­vent, les belles his­toires dé­marrent le plus sim­ple­ment du monde. Alors qu’il a six ans, Lo­ren­zo ac­com­pagne ré­gu­liè­re­ment Laurent et Jo­hann qui vont rou­ler sur le cir­cuit d’Eguyères. Au gui­don de son PW, il fait des al­lers et re­tours sur un bout de bi­tume de­vant les stands. a de­man­dé s’il pou­vait ame­ner des co­pains de sa classe pour es­sayer sa mo­to » , se rap­pelle An­drea. Nous sommes en 2011. L’école a dé­mar­ré ain­si, un mer­cre­di au­tour d’un pique-nique. De­puis, la struc­ture s’est étof­fée et di­ver­si­fiée avec deux ma­chines dis­tinctes : le Ya­ma­ha PW 50 pour les 7-11 ans et la ZFM 150 pour les 11-15 ans. Les nou­veaux élèves passent par une dé­tec­tion où les édu­ca­teurs spor­tifs (Jo­hann, Laurent et Sé­bas­tien Mo­re­no) va­lident le ni­veau des pré­ten­dants. Les cinq jour­nées 2017 (dé­jà dé­rou­lées) coûtent 60 € (prêt de la mo­to et de l’équi­pe­ment in­clus) mais il est pos­sible, tout au long de l’an­née, de par­ti­ci­per à une jour­née d’es­sais. Après ins­crip­tion à l’école (750 € pour l’an­née) et l’achat d’un pack PW 50 (2 840 € avec la mo­to et l’équi­pe­ment pi­lote : casque Shark, com­bi­nai­son, gants Fu­ry­gan, dor­sale et bottes Styl­mar­tin ) ou d’un pack ZFM 150 (5 000 € mo­to et équi­pe­ment pi­lote, idem pack PW sauf bottes TCX), le pi­lote peut bé­né­fi­cier de dix-neuf jour­nées de rou­lage (en­traî­ne­ment et course) au cours de la sai­son. Pour de plus amples ren­sei­gne­ments : jpan­cion@orange.fr, 06 74 56 09 87

d’être en confiance. À l’époque de la 125, alors que l’on rou­lait avec une Ya­ma­ha YZF, on sa­vait que s’il fai­sait le re­cord sur la piste d’Ey­guières sans tom­ber le ven­dre­di, le re­cord de la piste le ma­tin et l’après-mi­di le sa­me­di, et que le di­manche, il était ca­pable de faire le re­cord de la piste dès le deuxième tour, alors c’est qu’il pour­rait se battre avec Te­rol le week-end sui­vant sur le Grand Prix. » C’est aus­si à l’époque des dé­buts que Jo­hann ac­quiert une ha­bi­tude tou­jours d’ac­tua­li­té. An­drea Fel­lon, l’épouse de Laurent, qui a vé­cu l’aven­ture de­puis le com­men­ce­ment, se sou­vient : « Au dé­but, Jo­hann ne ve­nait que pour les week-ends. Et à chaque fois, il fal­lait re­par­tir de zé­ro. C’est à ce mo­ment-là que Laurent a de­man­dé à Jo­hann de no­ter tout ce qu’il avait fait. » Une mé­thode que Jo­hann uti­lise en­core au­jourd’hui, même si l’aide des images té­lé lui per­met d’en al­lé­ger le conte­nu : « À chaque sor­tie, il des­sine la piste de mé­moire, il note à chaque vi­rage tous les points de re­père, ce à quoi il doit faire at­ten­tion, où il doit s’amé­lio­rer. La lec­ture

des notes per­met de se re­mettre tout de suite dans le rythme et de re­pro­duire ins­tan­ta­né­ment le chro­no fait pré­cé­dem­ment. Tu n’es plus dans la dé­cou­verte. C’est un gain de temps pré­cieux. Lo­ren­zo l’ap­plique et dans le troi­sième tour, il est dans le bon chro­no » , conti­nue Laurent. Dans cet uni­vers, où chaque ins­tant est en­re­gis­tré puis dé­cor­ti­qué par des cer­veaux élec­tro­niques, Fel­lon s’offre une der­nière ode à l’hu­main : « Un “bord de piste’’, c’est mieux que tout. L’or­di­na­teur ne peut pas voir la po­si­tion du pi­lote. Il ver­ra la pres­sion exer­cée sur une pé­dale de frein, mais pas le mo­ment où le pi­lote est trop agres­sif. Il ne ver­ra pas non plus que Ros­si était trop long à re­dres­ser sa mo­to dans le pre­mier vi­rage, contrai­re­ment à Jo­hann et Pe­dro­sa... » L’or­di­na­teur ne di­ra pas non plus à Jo­hann, l’avant-veille de la course au Grand Prix de France, dans la dis­cré­tion d’une se­mi­re­morque du team Tech3 : « À Je­rez, sur un cir­cuit que tu n’aimes pas, t’as fait une course d’an­tho­lo­gie. Con­duis comme tu sais, pas à la con, le cul sur la selle. » Le sur­len­de­main, pour sa cin­quième course en Mo­toGP, Jo­hann est mon­té sur la deuxième marche du po­dium... Lo­ren­zo sait qui écou­ter !

1 Les deux com­plices roulent de concert. Jo­hann ap­pré­cie par­ti­cu­liè­re­ment de pou­voir ob­ser­ver Lo­ren­zo de près. 2 Si Jo­hann em­barque Laurent sur son casque, Lo­ren­zo a, en plus de son père et de Jo­hann, l’image de son mé­ca­ni­cien Adrien Cor­gé. 1

2

1 2 1 Com­pli­ci­té maxi­mum et congra­tu­la­tions sin­cères après une ma­ti­née de tra­vail. 2 Lo­ren­zo Fel­lon fait un dé­but de sai­son re­mar­qué en cham­pion­nat d’Es­pagne pré-Mo­to3. 3 Après le sport, c’est le mo­ment de ran­ger. Tout le monde par­ti­cipe... en­fin, sur­tout

3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.