Jus­tin Hill

Mon ob­jec­tif reste le SX 450 en 2018…

Moto Verte - - Tétines -

Tout juste cou­ron­né cham­pion SX US 2017 250 côte Ouest, Jus­tin Hill re­vient de loin. Un titre qui res­te­ra for­cé­ment gra­vé dans sa mé­moire et qui re­lance sa jeune car­rière après une sé­rieuse bles­sure. Tu es le pre­mier cham­pion US ti­tré en 2017, ce­la sonne plu­tôt bien non ?

« Oui, ce n’est pas trop mal ! Mais ce­la a été dur de sa­vou­rer l’ins­tant entre les confé­rences de presse et tout ce qui va avec ce titre. Je suis vrai­ment très content, je ne m’y at­ten­dais pas. J’ai tout fait pour rou­ler in­tel­li­gem­ment et maî­tri­ser ma prise de risque et je pense que je n’ai pas été trop mau­vais à ce jeu-là. Sur les huit courses pré­cé­dant mon titre, je ne suis mon­té sur le po­dium qu’une seule fois et j’ai rem­por­té quatre fi­nales. C’est une belle sai­son, à tous les points de vue. Je n’ai pas les mots pour ex­pri­mer ma joie. »

À Salt Lake, Ples­sin­ger était par­ti en tête mais il a chu­té lour­de­ment. Tu étais 6e à ce mo­ment et il fal­lait une troi­sième place pour être ti­tré. À quoi pen­sais-tu?

« Fran­che­ment, je pen­sais à ce qui pou­vait ar­ri­ver si quel­qu’un chu­tait ou si je n’ar­ri­vais pas à les rat­tra­per. Il au­rait fal­lu tout don­ner à Las Ve­gas pour gagner le cham­pion­nat. Sur les deux der­nières courses, j’ai vrai­ment rou­lé en mode “sé­cu­ri­té”. Ce n’était pas mes meilleures courses, mais c’est ce dont j’avais be­soin. Per­son­nel­le­ment, je suis très heu­reux de ce que j’ai fait. Je suis content que tout se soit dé­rou­lé comme je le vou­lais, j’ai sim­ple­ment rou­lé comme quel­qu’un qui vou­lait gagner le cham­pion­nat. Quand Ples­sin­ger était de­vant, j’ai vu qu’il était très ra­pide dans les whoops alors qu’ils étaient vrai­ment sé­vères. Il rou­lait comme s’il n’avait rien à perdre et je le res­pecte pour cette ap­proche de la com­pé­ti­tion, mais il a fi­ni par chu­ter et fi­na­le­ment, je suis content des dé­ci­sions que j’ai prises. »

Pour toi et pour ton pa­tron Mitch Pay­ton, ce titre est de re­tour à la mai­son n’est-ce pas?

« C’est vrai. La plaque est sur le mur et per­sonne ne pour­ra plus l’en­le­ver. Mitch était très heu­reux. Quand je suis re­tour­né au ca­mion après avoir rem­por­té le titre, j’étais très ému. Ma fa­mille a vrai­ment tout don­né pour que j’en ar­rive là, comme beau­coup de fa­milles. J’étais content de pou­voir par­ta­ger ce mo­ment avec eux. Mon frère (Josh Hill) était à toutes les courses avec moi, mes pa­rents sont ve­nus plus sou­vent que ja­mais, c’était vrai­ment co­ol ces mo­ments en fa­mille. »

Que se passe-t-il à pré­sent ? Qu’at­tends-tu de la sai­son out­door et de 2018 ?

« Fran­che­ment, je ne sais pas en­core car c’est beau­coup trop tôt. Je n’ai pas non plus re­çu des tonnes d’offres le len­de­main de mon titre SX. Il y a quelques zones de doute car je suis en 250 et j’ai­me­rais pas­ser en 450. J’ai dé­jà en­ta­mé des dis­cus­sions avec Ka­wa­sa­ki mais il faut ap­pro­fon­dir pour voir s’ils sont in­té­res­sés pour tra­vailler avec moi. J’ai­me­rais beau­coup, car je pense que c’est une bonne place. Si ce n’est pas pos­sible alors… Hon­nê­te­ment, je pense que je suis plus un pi­lote de SX et que je suis plus à l’aise sur une 450. Je fe­rai de mon mieux cette an­née pour l’out­door et l’on ver­ra ce que ce­la donne. Je n’ai en­core ja­mais ter­mi­né une sai­son MX de douze courses. Si je fais de mon mieux, ce­la pour­rait se tra­duire par un titre, mais mon ob­jec­tif est le SX 450 en 2018. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.