Le VTT à as­sis­tance élec­trique est-il une al­ter­na­tive à la mo­to d’en­du­ro?

Le VTTAE est à la mode. Nom­breux sont les pi­lotes d’en­du­ro à s’in­té­res­ser à l’ac­ti­vi­té. Mais est-ce vrai­ment com­pa­rable à la mo­to ? Nos trois in­ter­ve­nants in­ves­tis dans les deux mi­lieux nous livrent des ana­lyses in­té­res­santes…

Moto Verte - - Opinion -

ch­ris­tophe nam­bo­tin Triple cham­pion du monde d’en­du­ro

« Pour l’ins­tant, je me suis pas mal ser­vi de mon VTTAE pour l’en­traî­ne­ment, pour la ré­cup’, pour le fon­cier, mais je n’ai pas beau­coup rou­lé dans le tech­nique. J’ap­pré­cie le VTTAE pour tra­vailler phy­si­que­ment. On peut faire de l’in­ten­si­té comme avec un VTT mus­cu­laire. Ça reste une ac­ti­vi­té que j’ap­pré­cie, mais je n’irais pas jus­qu’à dire que ça pour­rait rem­pla­cer la mo­to. Même si la tech­nique de pi­lo­tage peut s’en rap­pro­cher, les sen­sa­tions de vi­tesse sont bien in­fé­rieures. Et l’on ne re­trou­ve­ra ja­mais sur ces vé­los les sen­sa­tions d’ac­cé­lé­ra­tion qui nous plaisent à mo­to. En re­vanche, ça per­met d’al­ler dans des en­droits où l’on ne peut plus al­ler à mo­to. Ça peut re­pré­sen­ter une so­lu­tion dans les ré­gions où l’on ne peut plus rou­ler à mo­to. La mo­to élec­trique cor­res­pond sans doute plus aux at­tentes d’un pi­lote d’en­du­ro. Un VTTAE dé­bri­dé ap­porte dé­jà un peu plus de sen­sa­tions de vi­tesse. Ça de­mande une carte grise, mais comme les en­du­ristes sont dé­jà ha­bi­tués à cette contrainte, ça pour­rait mar­cher. J’ap­pré­cie le VTT, le VTTAE et la mo­to. Il faut se battre pour conser­ver les trois. »

Jean-mi­chel Pa­quient Di­rec­teur gé­né­ral de la SIMA (dis­tri­bu­teur mo­tos Gas Gas et VTTAE Fan­tic)

« Ça va dé­pendre du pro­fil du client. Pour un vrai com­pé­ti­teur, ça peut consti­tuer un com­plé­ment mais pas une al­ter­na­tive. Pour un pra­ti­quant qui a quelques sou­cis phy­siques et qui ne peut plus pra­ti­quer la mo­to, ça peut re­pré­sen­ter une so­lu­tion pour conti­nuer à rou­ler. On a dé­ci­dé de dis­tri­buer les VTTAE Fan­tic parce que le pro­duit nous a scot­chés la pre­mière fois qu’on l’a es­sayé il y a trois ans. J’ai été sur­pris par l’efficacité de l’en­gin, le plai­sir qu’il pro­cure et son ni­veau de mise au point. On s’est en­suite dit que les sen­sa­tions que l’on éprou­vait au gui­don de ces en­gins pou­vaient plaire aux en­du­ristes. Sur­tout les mo­dèles ty­pés en­du­ro et DH. Mais quand on vend ces pro­duits à des en­du­ristes, c’est gé­né­ra­le­ment en com­plé­ment de leur mo­to. J’ai en­ten­du un dis­tri­bu­teur me ra­con­ter qu’un de ses clients avait ven­du sa mo­to pour ache­ter un VTTAE. Mais c’est un cas unique. Les sen­sa­tions que pro­cure le VTTAE sont bien dif­fé­rentes de ce que l’on peut res­sen­tir sur une mo­to. En re­vanche, le VTTAE a des ar­gu­ments à faire va­loir d’un point de vue éco­lo­gique et du “po­li­ti­que­ment cor­rect”. »

fred glo Pa­tron de Tribe Sport Group (pro­duits mo­tos et vé­los)

« Le VTTAE peut consti­tuer une al­ter­na­tive au même titre que le VTT mus­cu­laire, la course à pied, le vé­lo de route… Cer­tains en­du­ristes pour­raient se re­con­naître dans le VTTAE si l’on pri­vi­lé­gie dans sa pra­tique le fait de par­cou­rir de beaux che­mins dans la na­ture. La zone de pra­tique en en­du­ro mo­to s’est ré­duite de par les contraintes en­vi­ron­ne­men­tales. Pour l’ins­tant, il est plus fa­cile de pra­ti­quer du VTT ou du VTTAE. Mais pour moi, la com­pa­rai­son s’ar­rête là. Le VTTAE est un vé­lo avec une as­sis­tance et non un en­gin pro­pul­sé avec un mo­teur. Ce n’est pas la même chose. Et quel­qu’un pour qui la prio­ri­té est de tour­ner la poi­gnée de gaz, de faire des ch­ro­nos, de res­sen­tir l’adré­na­line des tra­jec­toires ne s’y re­trou­ve­ra pas avec un VTTAE. Pour ces gens, il vaut mieux se tour­ner vers une pra­tique de la mo­to sur cir­cuit. En re­vanche, ceux pour qui la prio­ri­té est de ran­don­ner tran­quille­ment dans la na­ture et faire de l’ac­ti­vi­té phy­sique, alors le VTTAE peut être une so­lu­tion. On peut trou­ver quelques si­mi­li­tudes au ni­veau du pi­lo­tage dans les des­centes. Le VTTAE a ou­vert l’ac­cès au VTT à bien plus de monde, qu’ils soient mo­tards ou pas. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.