Puis­sance khat : Vie po­li­tique d’une plante sti­mu­lante

Moyen-Orient - - GHÉOIÉSCTO­ONOIMRIE - A. L.

Cé­line Le­sourd, PUF, Pa­ris, 2019, 400 p.

Le pu­blic qui s’adonne à la mas­ti­ca­tion du khat reste cir­cons­crit à ses zones de pro­duc­tion ou à leurs com­mu­nau­tés yé­mé­nite, éthio­pienne, so­ma­lienne, ké­nyane, dji­bou­tienne en si­tua­tion d’émi­gra­tion. Des champs aux étals, le com­merce de cette plante psy­cho­trope, culti­vée de­puis des siècles dans la Corne de l’afrique, ir­rigue de nom­breux sec­teurs de ces so­cié­tés ; ses pé­ré­gri­na­tions for­melles et in­for­melles font l’ob­jet de contre­bande, de lé­gis­la­tions, d’in­ter­dic­tions. Au Yé­men, le khat re­pré­sente un « dan­ger ad­dic­tif pour l’éco­no­mie », soit un tiers du PIB. Anthropolo­gue, Cé­line Le­sourd a conduit ses re­cherches au­près de ven­deuses en Éthio­pie. Ven­deuses, car ce com­merce re­vient aux femmes et est au­réo­lé de beau­coup de fan­tasmes et de puis­sance. Et l’au­teur de dé­crire les en­jeux de pro­duc­tion, de consom­ma­tion et de trans­port de cette plante vue comme une drogue, mais que mas­tiquent au moins 20 mil­lions de per­sonnes à tra­vers le monde, fai­sant fi des pro­hi­bi­tions et des contrôles. L’au­teur dé­crit les plai­sirs mas­cu­lins de la mas­ti­ca­tion dans les lieux ré­ser­vés (ma­braz), les ber­ceaux de plan­ta­tion, les en­jeux iden­ti­taires et les dis­tinc­tions de classe, etc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.