Who is Afraid of Ideo­lo­gy? : des femmes et des lieux

Moyen-Orient - - CINÉMA -

Pro­po­si­tion ci­né­ma­to­gra­phique ra­di­cale, Who is Afraid of Ideo­lo­gy? (2019) n’est pas un do­cu­men­taire comme les autres. En pre­nant le par­ti de par­ler de l’éco­fé­mi­nisme en contexte de guerre et de l’éthique de la gué­rilla, la réa­li­sa­trice Mar­wa Ar­sa­nios s’en­gage dans une oeuvre non conven­tion­nelle et dé­rou­tante. Le film a re­çu le prix Georges de Beau­re­gard in­ter­na­tio­nal 2019 au 30e Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de ci­né­ma de Mar­seille (FID).

Que si­gni­fie ap­par­te­nir à un en­droit ? Que si­gni­fie être ici ? Que re­couvre le mot “na­ture” ? Qu’est-ce que ce­la im­plique quand on dit “nous” ? » Dès les pre­mières se­condes du film, au coeur d’un pay­sage aride adou­ci par la lu­mière pas­tel de la nuit tom­bante, Mar­wa Ar­sa­nios s’in­ter­roge face ca­mé­ra. En se met­tant ain­si en scène, la réa­li­sa­trice donne le ton de son par­ti pris ci­né­ma­to­gra­phique et po­li­tique. Les ques­tions qu’elle pose, à la fois géo­gra­phiques, épis­té­mo­lo­giques et po­li­tiques, dé­coulent d’ex­pé­riences conduites par des femmes dans trois ter­ri­toires mar­qués par les stig­mates de la guerre.

• Un vil­lage pour femmes

Les ré­cits en pro­ve­nance des mon­tagnes du Kur­dis­tan sont les pre­miers à nous par­ve­nir. Nous sommes au dé­but de l’an­née 2017 et la gué­rilla me­née par le mou­ve­ment au­to­no­miste des femmes kurdes in­vite à consi­dé­rer l’es­pace, la sur­vie, l’éco­lo­gie et les ba­tailles éco­no­miques.

Les échelles se su­per­posent, les en­jeux se croisent. Les dis­cours de femmes se suc­cèdent en voix off, illus­trés par des images qua­si fixes du ter­ri­toire. La ques­tion éco­lo­gique est au centre du pro­pos. Que ce soit à Jin­war, un vil­lage du nord de la Sy­rie construit par des femmes et pour leur usage ex­clu­sif, ou à Her­mel, à l’est de la val­lée de la Be­kaa au Li­ban, à la fron­tière avec la Sy­rie, la guerre n’éloigne pas la ques­tion éco­lo­gique ; elle fait prendre conscience de toutes les ur­gences. Ces femmes nous conduisent alors à pen­ser la vio­lence comme un mal sys­té­mique : à la tor­ture et aux morts non comp­ta­bi­li­sées dans les pri­sons du ré­gime sy­rien, à l’uti­li­sa­tion d’armes chi­miques se greffent les dom­mages et la vio­lence in­fli­gés aux ani­maux, aux arbres, aux plantes, à l’eau et à la terre.

Face à ces constats, Kha­di­ja anime un ate­lier dans la co­opé­ra­tive qu’elle di­rige à Her­mel pour ap­prendre aux femmes sy­riennes vi­vant dans les camps de ré­fu­giés voi­sins com­ment pré­ser­ver les lé­gumes sai­son­niers pour l’hi­ver. Les ré­ponses sont concrètes tout en s’in­té­grant dans des en­ga­ge­ments po­li­tiques plus larges. Car au fond, le film in­ter­roge sur ce que si­gni­fie faire par­tie d’une gué­rilla. Pour ces femmes, il s’agit d’abord de ré­pondre à des en­jeux pra­tiques : com­ment uti­li­ser une hache ? Com­ment man­ger du pois­son dans ses cycles bio­lo­giques de pro­duc­tion ? Quand abattre un arbre pour sa sur­vie et quand le sau­ver ? Les ré­ponses à ces in­ter­ro­ga­tions sont ap­por­tées col­lec­ti­ve­ment. La gué­rilla re­pré­sente dès lors un pro­ces­sus col­lec­tif d’ap­pren­tis­sage dont l’ob­jec­tif est de « col­lec­ti­vi­ser » l’in­di­vi­du. C’est cette pers­pec­tive qui lie les trois ex­pé­riences pour­tant dis­tinctes. Il s’agit, pour chaque lieu, de bra­quer notre re­gard sur des com­mu­nau­tés de femmes qui s’en­gagent dans des pro­ces­sus de ré­ap­pro­pria­tion des terres et dans la mise en place de stra­té­gies col­lec­tives de pro­duc­tion et de sub­sis­tance éco­lo­giques. À tra­vers trois stra­té­gies éco­fé­mi­nistes dis­tinctes mais pen­sées comme des ré­ponses aux mêmes com­bats, Who is Afraid of Ideo­lo­gy? s’in­ter­roge sur les types de gou­ver­nance pos­sibles sans État. En pre­nant le par­ti de re­fu­ser le for­mat do­cu­men­taire tra­di­tion­nel pour pro­po­ser un ob­jet ci­né­ma­to­gra­phique sin­gu­lier, Mar­wa Ar­sa­nios met en doute les codes ha­bi­tuels et les ré­ponses évi­dentes. N. Rouiaï

À voir éga­le­ment…

• Nou­ra rêve, de Hinde Bou­je­maa

• Sa­wah, d’adolf El As­sal

• Le Mi­racle du saint in­con­nu, d’alaa Ed­dine Al­jem

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.