C’

MX Magazine - - Evenement -

est en 2001, au bord d’une piste belge ac­cueillant une course de 50 cm3 à la­quelle par­ti­cipe son fils Pierre-louis, que le concept MX Mas­ter Kids prend vie dans la tête de Mi­chel Cos­tich. Le cir­cuit étant si­tué dans une zone fron­ta­lière, ils y croisent des mi­nots fran­çais, belges et al­le­mands qui dé­filent avec leurs dra­peaux à la pause du mi­di. Lui qui fut ber­cé au son des hymnes na­tio­naux en sui­vant son pa­pa sur les cross in­ters et que les courses d’équipes font tant vi­brer n’hé­site pas. C’est le dé­clic ! Il faut créer un évé­ne­ment eu­ro­péen, voire mon­dial, où les jeunes pour­ront re­pré­sen­ter les cou­leurs de leur pays. « À cette époque, je m’oc­cu­pais de l’édu­ca­tif à la ligue et j’avais dé­jà or­ga­ni­sé des in­ter­ligues kids, af­firme Mi­chel. Il m’a fal­lu deux ans pour tout mettre sur pied, convaincre de la fai­sa­bi­li­té de l’évé­ne­ment, trou­ver la bonne for­mule, écrire le rè­gle­ment, tout faire va­li­der par la fé­dé­ra­tion, etc. En 2003, on était prêt. Il ne res­tait plus qu’à le faire sa­voir. » Rap­pe­lons no­tam­ment pour les plus jeunes qu’à cette époque, Mark Zu­cker­berg n’a pas en­core in­ven­té Fa­ce­book et que l’on com­mence à peine à maî­tri­ser l’en­voi d’e-mails. « J’ai été un mau­vais “in­ter” en cross mais j’ai gar­dé pas mal de contacts. J’ai donc dé­cro­ché mon té­lé­phone et ap­pe­lé mes ex-ca­ma­rades de course par­tout en Europe : De Car­li en Ita­lie, To­nus en Suisse, Ch­ri­tof­fer­sen en Nor­vège, Gar­cia Vi­co en Es­pagne, etc. pour leur par­ler de mon pro­jet. Les notes de té­lé­phone étaient sa­lées ! »

Suc­cess sto­ry

« Mi­chel vou­lait faire de la pub pour faire connaître son évé­ne­ment » , se sou­vient Stéphane Franc, à l’époque di­rec­teur de la pu­bli­ci­té chez La­ri­vière et au­jourd’hui res­pon­sable mar­ke­ting chez Five gloves et Me­ca­nic Sport. « Quand j’ai vu la te­neur du pro­jet, je lui ai dit la pub’, c’est nous qui la pre­nons en charge. Mi­chel est un me­neur et il m’a ra­pi­de­ment convain­cu. Il sor­tait de nulle part mais je lui ai tout de suite fait confiance. J’étais éga­le­ment père de fa­mille et for­cé­ment sen­sible à un pro­jet des­ti­né aux en­fants. On s’est tout de suite dit : ça va faire par­tie des évé­ne­ments clas­siques dans le monde du cross. Et puis per­sonne n’avait eu l’idée de consa­crer un évé-

En 2003, Fa­ce­book n’existe pas. Il faut dé­cro­cher le té­lé­phone pour com­mu­ni­quer!

Pas de Pas­tra­na au MX Mas­ter Kids mais une jo­lie bro­chette de Ri­cains, d’ita­liens, etc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.