Hap­py bir­th­day!

MX Magazine - - Histoire -

Fé­vrier 1998, quelques jours après avoir rem­por­té l’ou­ver­ture du cham­pion­nat US de SX au Co­li­seum de Los An­geles, Sé­bas­tien Tor­tel­li fait la cou­ver­ture du pre­mier nu­mé­ro D’MX Mag. De­puis vingt ans et 236 nu­mé­ros, vous avez la chance de re­trou­ver tous les mois votre ma­ga­zine 100 % cross et su­per­cross. Pour fê­ter ce bel an­ni­ver­saire, notre sto­ry de l’été re­vient sur les temps forts de notre sport qui ont ac­com­pa­gné le dé­ve­lop­pe­ment D’MX Mag !

1) LES FRAN­ÇAIS 1998 : SÉ­BAS­TIEN TOR­TEL­LI

En vingt ans D’MX Ma­ga­zine, dix ri­ders tri­co­lores sont de­ve­nus cham­pions du monde, ap­por­tant la ba­ga­telle de quinze titres à la France. Le pre­mier d’entre eux se nomme Sé­bas­tien Tor­tel­li. Troi­sième du Mon­dial 125 en 1995, cham­pion du monde de la ca­té­go­rie l’an­née sui­vante, l’of­fi­ciel Ka­wa­sa­ki, sou­te­nu par Ox­bow et coa- ché par Ja­cky Vi­mond, monte en GP 250 en 1997. Après un très bon dé­but de sai­son, deux vic­toires à Cin­go­li et San Ma­rin, il se blesse, loupe la fin de sai­son et ter­mine qua­trième du cham­pion­nat. En 1998, le Fran­çais pro­fite du lan­ce­ment D’MX Mag en fé­vrier pour faire la cou­ver­ture après avoir rem­por­té la première épreuve du cham­pion­nat US de Su­per­cross à Los An­geles. Pré­sent aux States pour pré­pa­rer sa cam­pagne mon­diale, cette vic­toire est vé­cue comme un coup de ton­nerre outre-at­lan­tique. De re­tour en Eu­rope, Séb’ livre alors l’un des plus beaux duels du cross mon­dial de ces der­nières an­nées face à Ste­fan Everts. Cham­pion en titre avec sa Hon­da d’usine, le Belge craque lors de la fi­nale en Grèce sous la pres­sion d’un Tor­tel­li vain­queur des deux manches, quelques jours après un autre dou­blé mé­mo­rable en Suisse. Après avoir fait la couv’ du nu­mé­ro un D’MX Ma­ga­zine, le Fran­çais se re­trouve une nou­velle fois en Une du nu­mé­ro neuf d’oc­tobre pour fê­ter son se­cond sacre mon­dial. Quelques mois plus tard, il s’en­vole vers les ÉtatsU­nis pour pour­suivre sa car­rière chez Ame­ri­can Hon­da, puis Su­zu­ki. En 2000, il ter­mine vice-cham­pion 250 MX, sa meilleure per­for­mance amé­ri­caine.

> LES CHAM­PIONS De­puis 1998, de nom­breuses stars ont fait la lé­gende du cross et du su­per­cross in­ter­na­tio­nal. Cer­taines ont mis un terme à leur car­rière, d’autres ont ex­plo­sé et se sont im­po­sées du­rant cette ving­taine d’an­nées. Les hommes qui ont mar­qué l’his­toire D’MX Mag de­puis vingt ans, nous les avons clas­sés en trois ca­té­go­ries : les cham­pions tri­co­lores, les stars eu­ro­péennes et les ve­dettes amé­ri­caines. Dix pi­lotes fran­çais sont de­ve­nus cham­pions du monde de­puis la créa­tion D’MX Ma­ga­zine!

1999/2000: FRÉ­DÉ­RIC BOLLEY

Ar­ri­vé très jeune en GP 125, an­non­cé de­puis tou­jours comme une fu­ture star, Fred Bolley concré­tise son énorme po­ten­tiel en 1999. Cin­quième du cham­pion­nat pré­cé­dent, le pi­lote Hon­da coa­ché par Yan­nig Ker­vel­la at­taque son an­née par un dou­blé en Es­pagne. Vain­queur de cinq GP sup­plé­men­taires, so­lide jus­qu’au bout face à Pit Bei­rer et sa Ka­wa­sa­ki d’usine, le Mar­seillais de­vient le qua­trième cham­pion du monde fran­çais en 250 après Bayle, Vi­mond et Tor­tel­li. En sep­tembre, « Bo­bol » fait la cou­ver­ture du nu­mé­ro vingt D’MX Mag avant d’être de re­tour en Une au mois de mars 2000 pour un nu­mé­ro spé­cial pi­lo­tage. Cette sai­son-là, il rem­porte six nou­veaux GP et s’offre une se­conde cou­ronne mon­diale après une lutte achar­née face à son com­pa­triote Mi­ckaël Pi­chon.

2001/2002: MI­CKAËL PI­CHON

Après cinq ans pas­sés aux USA, deux titres 125 SX East coast, le Man­ceau est re­ve­nu en GP 250 à la mi-sai­son 1999 chez Su­zu­ki Ge­boers après avoir quit­té Ame­ri­can Hon­da sur une qua­trième place fi­nale en SX 250. Vi­ce­cham­pion du monde 2000, « Ro­cket » do­mine la sai­son sui­vante qui voit la mise en place de la manche unique. Il rem­porte dix GP sur qua­torze et de­vient cham­pion du monde pour la première fois de­vant Chad Reed. L’an­née sui­vante, il fait en­core mieux en ga­gnant onze des douze courses pré­vues au ca­len­drier. Comme ses pré­dé­ces­seurs, « Mi­ka » va bien évi­dem­ment avoir les hon­neurs D’MX Mag à plu­sieurs re­prises. Du­rant sa pé­riode Su­zu­ki, entre 1999 et 2003, il se re­trouve en couv’ des nu­mé­ros 18, 40, 50, 56 et 61. Pas­sé chez Hon­da Mar­tin en 2004 et vice-cham­pion du monde MX1 cette sai­son-là, il est de nouveau mis en avant sur les nu­mé­ros 75 et 81. En 2005, cin­quième du Mon­dial, vain­queur de deux GP, Pi­chon fait une nou­velle fois la cou­ver­ture du 87e MX Mag.

2002 : MI­CKAËL MASCHIO

De re­tour en GP 125 après plu­sieurs sai­sons en 250, Maschio est équi­pé d’une KX of­fi­cielle pré­pa­rée par le team de Jan De Groot. En 2002, il gagne quatre GP et rem­porte son af­fron­te­ment face à Steve Ra­mon pour quatre pe­tites uni­tés seule­ment. Six ans après Tor­tel­li, un pi­lote fran­çais triomphe de nouveau dans la ca­té­go­rie des 1/8 de litre. La sai­son sui­vante, tou­jours chez Ka­wa­sa­ki, il do­mine les GP d’es­pagne et de Bul­ga­rie avant de prendre la qua­trième place du clas­se­ment fi­nal.

2004/2006/2007: YVES DE­MA­RIA

Deux ans après le duo Maschio/pi­chon, c’est au tour d’yves De­ma­ria d’ou­vrir son comp­teur de titres. Vain­queur de GP en 125, 250 et 500 cm3, star du Mon­dial de­puis des an­nées, c’est en si­gnant chez KTM pour dis­pu­ter le cham­pion­nat MX3 que Té­fli s’offre en­fin une première cou­ronne. En 2004, il gagne quatre GP sur six et s’im­pose face à Beg­gi. Vice-cham­pion l’an­née sui­vante, il re­trouve la plus haute marche du po­dium fi­nal en 2006 avant de s’of­frir un troi­sième titre au gui­don d’une 450 YZ-F de son team pri­vé en 2007. Entre 1998 et 2007, Yves De­ma­ria n’a donc ces­sé

de faire l’ac­tua­li­té dans MX Mag avant de conti­nuer par la suite à tra­vers son rôle de coach. Ac­teur ma­jeur du cross fran­çais et in­ter­na­tio­nal, le Mar­seillais fait par­tie de l’his­toire de votre ma­ga­zine.

2006 : CH­RIS­TOPHE POUR­CEL

MX Mag a vu ar­ri­ver le phé­no­mène Pour­cel en 2001 lors de son pre­mier titre de cham­pion de France Ca­det. Éga­le­ment sa­cré en 2002 et 2003, CP de­vient cham­pion du monde MX2 trois ans plus tard au gui­don d’une 250 KX- F. Do­té d’un ta­lent hors­norme et d’une per­son­na­li­té à part, le Fran­çais a tou­jours fait l’ac­tua­li­té par ses ré­sul­tats, ses dé­cla­ra­tions, ses re­tours de bles­sures… Gra­ve­ment tou­ché aux ver­tèbres en 2007, ab­sent un an et de­mi, il re­vient en 2009 chez Ka­wa­sa­ki PC aux USA pour s’of­frir un titre Lites East coast avant de le conser­ver l’an­née sui­vante. En­suite, CP va re­ve­nir en MXGP (4e en 2012), prendre une an­née sab­ba­tique, puis re­par­tir aux USA chez Ya­ma­ha Val­li avant de si­gner un contrat avec le team d’usine HVA Rocks­tar. Au­jourd’hui au Ca­na­da, il se bat ac­tuel­le­ment pour le titre MX1.

2009 : PIERRE-ALEXANDRE RENET

Trois ans après Pour­cel, c’est au tour de Pierre-alexandre Renet d’of­frir à la France un nouveau titre mon­dial. Comme pour De­ma­ria, c’est sur le front du MX3 que le Nor­mand s’im- pose au gui­don d’une 450 RM-Z avant de pas­ser à l’en­du­ro et de dé­cro­cher plu­sieurs titres éga­le­ment. Dé­cou­vert dans MX Mag alors qu’il n’était que Ju­nior, sou­vent brillant en SX et no­tam­ment à Ber­cy, sur le po­dium des Na­tions 2007 à Budds Creek, au­jourd’hui en­ga­gé par HVA sur le Pa­ris-da­kar, Pe­la Renet a construit sa car­rière en pa­ral­lèle avec le dé­ve­lop­pe­ment D’MX Mag.

2009/2010: MAR­VIN MUS­QUIN

Mar­vin a huit ans quand le pre­mier nu­mé­ro D’MX Mag sort en fé­vrier 1998. Quelques an­nées plus tard, on le dé­couvre pour la première fois en pho­to lors d’un re­por­tage consa­cré au cham­pion­nat Mi­ni­vert. À par­tir de là, le Fran­çais va ré­gu­liè­re­ment faire l’ac­tua­li­té, sur la scène fran­çaise pour com­men­cer puis à l’in­ter­na­tio­nal. 4e de L’EMX2 en 2007 avec une Ka­wa Bud, 14e du Mon­dial MX2 l’an­née sui­vante avec sa Hon­da NGS, il dé­bute la sai­son 2009 avec le team de Bru­no Lo­si­to avant de si­gner pour l’usine KTM après six épreuves. Vain­queur de cinq GP avec sa nou­velle ma­chine, il de­vient cham­pion du monde puis confirme en 2010 avec un se­cond sacre dé­cro­ché face à Roc­zen. MX Mag va alors ac­com­pa­gner le Fran­çais vers les USA, son nouveau chal­lenge. De­puis 2011, l’of­fi­ciel KTM Red­bull n’a ces­sé de pro­gres­ser. Cham­pion Lites

De­puis 1998, de nom­breux Fran­çais sont de­ve­nus cham­pions du monde aux cô­tés D’MX Mag!

de ces der­nières an­nées en de­ve­nant cham­pion du monde MXGP pour son an­née de roo­kie chez Ya­ma­ha. RF461 stoppe la sé­rie de six titres de Cai­ro­li, gagne huit GP, le MX des Na­tions et s’im­pose comme l’une des nou­velles stars du cross mon­dial. Il est au- jourd’hui notre der­nier Fran­çais cham­pion du monde de MX et était en­core en cou­ver­ture de notre nu­mé­ro 230 en mars der­nier.

DAVID VUILLE­MIN

Si contrai­re­ment à ses com­pa­triotes, David Vuille­min n’a ja­mais été cham­pion du monde de MX, comment ne pas l’in­clure dans notre sé­lec­tion. En 1998, an­née du lan­ce­ment D’MX Mag, David avait dé­bu­té sa sai­son aux USA en 125 SX côte Ouest en ga­gnant trois fi­nales (vice-cham­pion) avant de ren­trer en Eu­rope et de ter­mi­ner vi­ce­cham­pion du monde der­rière Chio­di. Le Co­bra et MX Mag, c’est une longue his­toire d’amour. Le Mar­seillais a long­temps te­nu sa ch­ro­nique Cli­cker, nous étions à ses cô­tés pour un long re­por­tage fin 1999 lors de son ins­tal­la­tion dé­fi­ni­tive aux USA. À l’époque, DV avait fait la cou­ver­ture avec une pho­to prise dans les sables de Gla­mis au gui­don de sa nou­velle 250 YZ du

team Yam USA. Dans MX Mag, vous l’avez éga­le­ment sui­vi lors de toutes ses vic­toires à Ber­cy, lors de ses deux places de vice-cham­pion 250 SX ac­quises en se bat­tant avec Mc­grath et Car­mi­chael. À David Vuille­min, on peut as­so­cier Sté­phane Ron­ca­da, par­ti aux US un an avant lui pour rou­ler en SX. En 2000, Ron­ron a rem­por­té un titre 125 à l’est avant de ter­mi­ner vice-cham­pion MX face à Pas­tra­na. Il est en­suite de­ve­nu of­fi­ciel Ka­wa­sa­ki et Su­zu­ki en 250 SX avant de re­des­cendre en Lites chez Ka­wa­sa­ki PC.

Cou­ver­tures, ch­ro­nique, in­ter­views, ana­lyses, David Vuille­min fait par­tie de l’his­toire D’MX Ma­ga­zine!

2) LES STARS EU­RO­PÉENNES

Entre 1998 et au­jourd’hui, plu­sieurs stars eu­ro­péennes ont pro­fi­té de cette pé­riode pour écrire leur lé­gende. La plus grande d’entre elles se nomme Ste­fan Everts. En 2001, le Belge signe chez Ya­ma­ha Ri­nal­di pour dis­pu­ter les GP 500 cm3. Une dé­ci­sion qui va com­plè­te­ment re­lan­cer sa car­rière, quatre ans après son titre de cham­pion du monde 250 1997. Avec son YZ-F, le Belge va s’of­frir six titres en 500, MXGP et MX1, conclure sa car­rière par un dou­blé aux Na­tions de­vant James Ste­wart. Le Belge a tou­jours su se mon­trer abor­dable en ré­pon­dant fa­vo­ra­ble­ment à toutes nos sol­li­ci­ta­tions. Chose qu’il conti­nue à faire avec un grand pro­fes­sion­na­lisme de­puis qu’il est pas­sé de l’autre cô­té de la bar­rière, dans un pre­mier temps chez KTM, puis au­jourd’hui à la tête du team Su­zu­ki. Avec 101 vic­toires de Grand Prix au comp­teur, il est bien évi­dem­ment le re­cord­man ab­so­lu à ce ni­veau-là. Com­pa­triote d’everts, Joël Smets a lui aus­si ac­com­pa­gné les dé­buts D’MX Mag en s’of­frant trois titres 500 cm3 en 1998, 2000 et 2003. Au­jourd’hui team ma­na­ger chez KTM Red­bull, le Belge ne peut être dis­so­cié de l’his­toire D’MX Mag. Lui aus­si fait par­tie des ri­ders ayant eu le pri­vi­lège d’as­su­rer la cou­ver­ture.

L’ÉCLO­SION CAI­RO­LI !

En 2004, MX Ma­ga­zine a éga­le­ment été té­moin de l’éclo­sion d’un jeune pi­lote ita­lien sor­ti de nulle part. Troi­sième du Mon­dial pour ses dé­buts, vain­queur à Na­mur de son pre­mier GP, per­sonne n’a alors conscience qu’an­to­nio Cai­ro­li dé­bute l’une des plus belles car­rières de l’his­toire du mo­to­cross mon­dial. Cham­pion du monde MX2 en 2005 et 2007, vain­queur de son pre­mier GP MX1 dès sa première ten­ta­tive en 2007 éga­le­ment, l’ita­lien va pas­ser un nouveau cap en 2009 pour ses dé­buts en 450. En si­gnant quatre vic­toires et de nom­breux po­diums, TC222 s’im­pose d’en­trée de jeu lors de son an­née de roo­kie. Son aven­ture avec Ya­ma­ha se ter­mine en fin de sai­son, avant que sa lune de miel avec KTM Red­bull ne dé­bute. Équi­pé de la 350 SX-F, ma­chine dé­ve­lop­pée par Ste­fan Everts et par­fai­te­ment adap­tée à son pi­lo­tage, l’ita­lien en­chaîne les sacres 2010/2011/2012/2013/2014. Bles­sé en 2015, vice-cham­pion l’an pas­sé, il est de re­tour cette sai­son au plus haut ni­veau et sem­blait bien par­ti pour dé­cro­cher son neu­vième titre à l’heure d’écrire ces lignes. Au soir du GP du Por­tu­gal 2017, il comp­tait éga­le­ment 82 vic­toires à son pal­ma­rès ! Cou­ver­tures, in­ter­views, por­traits, sto­ry, l’ita­lien a très sou­vent été mis à l’hon­neur dans MX Mag, à la hau­teur de son ta­lent. Du ta­lent, il y en a éga­le­ment beau­coup chez Jef­frey Her­lings. Vous l’avez dé­cou­vert dans MX Mag en 2009. Le Néer­lan­dais a 14 ans quand il ter­mine vice-cham­pion d’eu­rope MX2 der­rière Ch­ris­tophe Char­lier. Dé­jà pro­pul­sé pi­lote d’usine, il dé­bute

Ste­fan Everts est l’un des ri­ders qui a mar­qué l’his­toire D’MX Mag…

Avec sa 250 KX, sa 250 CR, sa 450 RM-Z, Sé­bas­tien Tor­tel­li a sou­vent fait la Une D’MX Ma­ga­zine!

Fred Bolley (Hon­da n° 1 & por­trait), Mi­ckaël Maschio (Ka­wa n° 1) et Mi­ckaël Pi­chon (Suz n° 1 & po­dium) font par­tie des cham­pions du monde tri­co­lores qui ont ac­com­pa­gné l’his­toire.

Du­rant leur car­rière, Yves De­ma­ria et Ch­ris­tophe Pour­cel ont sou­vent eu l’hon­neur de faire la cou­ver­ture D’MX Ma­ga­zine!

De­puis son ar­ri­vée sur la scène fran­çaise, MX Mag a tou­jours sui­vi la car­rière de Ro­main Febvre, cham­pion du monde MXGP 2015!

En 2000, le Co­bra fait la couv’ de jan­vier pour ses dé­buts chez Yam US avant de nous pré­sen­ter sa Suz #12 !

Avec ses dix titres mon­diaux, Ste­fan Everts est tou­jours le roi du MX mon­dial même si Cai­ro­li se rap­proche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.