WMX:

MX Magazine - - Mx Pass - Ro­main Febvre

Kia­ra Fon­ta­ne­si est fi­na­le­ment la cham­pionne du monde fé­mi­nine 2017. Après une fi­nale un peu folle, l’ita­lienne re­trouve la plus haute marche du podium Cette an­née, le titre WMX s’est joué dans l’ul­time manche du cham­pion­nat. Vain­queur en France (1/3) de­vant Lancelot (3/2), Dun­can (6/1) et Van De Ven (2/5), l’ita­lienne de­vance dans le même ordre ses trois concur­rentes pour un et deux points ! La pi­lote Yam compte dé­sor­mais cinq titres de cham­pionne du monde. Clas­se­ment fi­nal : 1. Fon­ta­ne­si (I/yam), 233 pts ; 2. Lancelot (F/kaw), 232 ; 3. Dun­can (NZ/YAM), 231 ; 4. Van de Ven (NL/YAM), 231; 5. Pa­pen­meier (D/suz), 194 ; 6. Vers­tap­pen (B/KTM), 184 ; 7. Van Wor­dra­gen (NL/YAM), 119 ; 8. No­ce­ra (I/suz), 95 ; 9. Ger­mond (CH/YAM), 94 ; 10. Van der List (NL/KTM), 89…

Date et lieu de nais­sance : « 31 dé­cembre 1991 à Épi­nal dans les Vosges. »

Tes trois traits de ca­rac­tère ? « Tê­tu, bos­seur et dé­con­neur. »

Le der­nier film que tu as vu? « En ce mo­ment, j’en re­garde pas mal lors les voyages. J’ai bien ai­mé “Bra­quage à l’an­cienne” ou “The Ac­coun­tant”. »

La per­sonne de ton en­tou­rage la plus in­fluente ? « J’ai trois per­sonnes en qui j’ai en­tiè­re­ment confiance. Il y a ma co­pine, mon père et JeanCh­ris­tophe Wag­ner. Cha­cune m’aide et me conseille dans dif­fé­rents do­maines. »

Écoutes-tu de la mu­sique pour te mo­ti­ver avant de par­tir rou­ler et quel est ton titre fé­tiche ? « Non, je pré­fère en écou­ter dans la voi­ture et j’aime bien toutes sortes de mu­siques. »

Ton mo­ment pré­fé­ré sur un week-end de course ? « Il y en a plu­sieurs mais je di­rais juste avant le dé­part des courses le di­manche. Le fait de sa­voir qu’on va rou­ler, de se concen­trer et de ne pas sa­voir ce qu’il va se pas­ser en manche, c’est un sen­ti­ment que j’ap­pré­cie. »

De quoi es-tu le plus fier ? « De ma car­rière en mo­to. D’avoir réus­si à per­cer et de pou­voir en vivre au­jourd’hui. »

Ta plus belle course ? « Il y en a beau­coup mais le GP d’as­sen en 2015 est par­ti­cu­lier. D’abord car je gagne une manche dans le sable, je fais deuxième de la course et je rem­porte le titre. C’est une de mes plus belles courses. »

Quand tu ne roules pas en MX, quel est ton passe-temps fa­vo­ri? « En ce mo­ment, j’aime bien tra­vailler sur mon cir­cuit avec le Bob­cat. Ça me per­met de me vi­der la tête et de pen­ser à autre chose. »

Si de­main tu gagnes à l’eu­ro Mil­lions, tu fais quoi? « Je pense que je vais im­mé­dia­te­ment chez Lam­bor­ghi­ni m’achè­ter la voi­ture de mes rêves (rire !). Après, je ne chan­ge­rais pas grand-chose. C’est clair que la vie se­rait plus fa­cile mais je conti­nue­rais à rou­ler car c’est ce que j’aime par-des­sus tout. »

Quelle mo­to rê­ve­rais-tu d’es­sayer? « En mo­to­cross, je n’en ai pas car j’aime vrai­ment ma Ya­ma­ha d’usine. En mo­to de route, ce se­rait le rêve d’es­sayer la mo­to de Ros­si. »

Qu’est-ce qui te ré­volte ? « Tout ce qui se passe en ce mo­ment avec les at­ten­tats et le ter­ro­risme. Per­sonne n’est à l’abri. On es­saie de construire une belle vie mais on n’est pas maître de son ave­nir si l’on se trouve au mau­vais en­droit à cause des ter­ro­ristes. Je pense que ça ne s’ar­rê­te­ra ja­mais et c’est vrai­ment triste. »

Le plus beau sou­ve­nir de ta car­rière ? « Là aus­si il y en a plein… La pre­mière fois que je suis ar­ri­vé chez Ya­ma­ha Ri­nal­di parce que j’ai ren­con­tré des per­sonnes ex­cep­tion­nelles qui font énor­mé­ment pour moi. »

Le geste tech­nique qui t’im­pres­sionne le plus ? « En mo­to­cross, il n’y en a pas. On sait à peu près tous faire des gestes tech­niques. En re­vanche en SX, ce sont les whoops. Quand j’ai vu Stewart les prendre pour la pre­mière fois à Lille, ça m’a scot­ché. »

En 85, qui était ton ad­ver­saire le plus co­riace ? « En cham­pion­nat de France, il y en avait plein comme je n’étais pas très bon (rire !). Du coup en ligue de Lor­raine, c’était avec Lé­vy Ba­tis­ta. À toutes les courses, on se bat­tait en­semble. C’était un coup lui, un coup moi. »

Es-tu su­per­sti­tieux ? « Un peu, comme tous les spor­tifs, je pense. Ce n’est pas exa­gé­ré mais j’ai quelques ha­bi­tudes. Même si je les ou­blie, ça ne m’em­pêche par de bien rou­ler. » Quel évé­ne­ment spor­tif ne lou­pe­rais-tu pour rien au monde? « Il n’y en a pas vrai­ment mais on va dire que je dé­teste lou­per quelque chose, une course si je suis bles­sé. »

Quel pays ai­me­rais-tu dé­cou­vrir ? « Ce se­rait Les Mal­dives. Ça me plai­rait bien d’y al­ler en va­cances. »

Est-ce qu’il faut for­cé­ment un en­traî­neur pour réus­sir ? « Pas for­cé­ment et j’en suis la preuve. J’ai pu m’en pas­ser pour être cham­pion du monde. C’est pa­reil pour Cai­ro­li et l’on peut voir que ça fonc­tionne plu­tôt bien. » Qui est la pro­chaine star du MX? « Au­cune idée. C’est dif­fi­cile à dire car on n’a pas trop le temps de re­gar­der les jeunes entre les manches. Pour le mo­ment, je n’ai pas vu de “pé­pites” sor­tir du lot chez les 85 ou 125. »

As-tu un en­ne­mi ju­ré ? « Non, pas for­cé­ment. Après il y a des af­fi­ni­tés avec cer­tains pi­lotes et d’autres non, mais c’est la vie. »

As-tu des re­grets ? « Non, j’ai dû faire des choix dans ma car­rière et je pense que c’était les meilleurs. J’en suis content et je ne re­grette rien. »

Quel est ton rêve ? « Es­sayer de re­de­ve­nir cham­pion du monde une deuxième fois et pour­quoi pas plu­sieurs fois par la suite. Je me sens ca­pable de pou­voir le re­faire. C’était des mo­ments in­ou­bliables et j’ai­me­rais bien les re­vivre »

Jus­qu’où irais-tu pour sé­duire la femme de ta vie ? « Je n’ai pas été très loin pour la sé­duire, mais peut-être que je fe­rai quelque chose de fou à l’ave­nir. Le fu­tur nous di­ra si c’est la femme de ma vie, mais ça fait dé­jà cinq ans qu’on est en­semble avec Me­gan donc c’est bien par­ti. »

In­vi­té de pres­tige ce mois-ci avec Ro­main Febvre qui s’est prê­té au jeu des ques­tions du MX Club. Le cham­pion du monde MXGP 2015 nous ré­pond sans ta­bou, lui qui compte bien prendre sa re­vanche en 2018 après une sai­son com­pli­quée. « Es­sayer de re­de­ve­nir cham­pion du monde. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.