Pau­lin et ses 10 ans de GP

Troi­sième du MXGP 2017 au gui­don de sa 450 Hus­q­var­na, Gau­tier Pau­lin vient de fê­ter sa dixième sai­son en Mon­dial. Dé­bu­tée en 2 008 chez Ka­wa­sa­ki Mol­son en MX2, la car­rière du Fran­çais de 27 ans l’a en­suite conduit chez Ka­wa Bud, Yam Ri­nal­di, Ka­wa­sa­ki Mons

MX Magazine - - Sommaire -

C’est un bel an­ni­ver­saire que fête cette an­née Gau­tier Pau­lin avec ses dix ans de pré­sence en Mon­dial MX2/MXGP. Troi­sième du clas­se­ment fi­nal cette sai­son, GP21 re­vient en dé­tail sur toutes ses an­nées lors des­quelles il a rou­lé pour Ka­wa­sa­ki Mol­son, Bud Ra­cing, Ya­ma­ha Ri­nal­di, KRT Mons­ter, Hon­da et HVA Rocks­tar. Plon­gez-vous dans cette longue sto­ry qui dé­bute en page 74!

2008 Mx2-ka­wa­sa­ki Mol­son

Clas­se­ment : 21e (bles­sé) In­con­nu du grand pu­blic, Gau­tier Pau­lin ex­plose en 2007 en s’of­frant le titre EMX2. Of­fi­ciel Hon­da Mar­tin, il marque éga­le­ment ses pre­miers points en Mon­dial avec no­tam­ment une qua­trième place en Ir­lande. Dans la fou­lée, il signe pour Ka­wa­sa­ki Mol­son. Ma­na­gée par Li­sa Church, l’équipe an­glaise re­pré­sente of­fi­ciel­le­ment les verts en MX2. Dou­zième du cham­pion­nat après six courses, Gau­tier se frac­ture le ti­bia à Loon-plage et passe sur la table d’opé­ra­tion. Sa pre­mière sai­son de GP s’ar­rête sur ce coup du sort. Quelques se­maines plus tard, Mol­son met la clé sous la porte et place le Fran­çais dans une po­si­tion plus qu’in­con­for­table ! Long­temps in­cer­taine, cette si­tua­tion se dé­bloque et Ka­wa­sa­ki, avec qui il est sous contrat, le place chez Bud Ra­cing. À 19 ans, Pau­lin s’ap­prête donc à dis­pu­ter sa se­conde an­née de Mon­dial au sein de la struc­ture fran­çaise, tou­jours coa­ché par Ja­cky Vi­mond avec qui il col­la­bo­rait dé­jà lors de son titre EMX2.

Les sou­ve­nirs de GP:

« En 2008, tout s’est mal en­chaî­né, une vraie sai­son noire… Je me suis bles­sé à Va­lence avant le dé­but du cham­pion­nat, mais je suis re­ve­nu pour l’ou­ver­ture des GP. Dès le se­cond round en Es­pagne, j’étais bien. Je casse très vite en pre­mière manche, puis ter­mine troi­sième de la se­conde dans la boue. Une manche ar­rê­tée avant son terme alors que j’étais en tête et que j’au­rais dû la ga­gner. En­suite, je me suis frac­tu­ré la cla­vi­cule à Saint-jean-d’an­gé­ly pour le GP de France avant mon ac­ci­dent de Loon-plage. Cette pé­riode a été très dif­fi­cile à vivre ! Je me suis re­trou­vé dans une si­tua­tion dé­li­cate, dans l’in­cer­ti­tude com­plète avec l’ar­rêt du team. Je sor­tais de l’eu­rope, je ve­nais de lou­per ma pre­mière sai­son de GP. Je sa­vais dé­jà que je n’avais plus le droit à l’er­reur ! »

« En 2008, tout s’est mal en­chaî­né, une vraie sai­son noire… »

2009 MX2 Ka­wa­sa­ki Bud Ra­cing Clas­se­ment : 3e Vic­toire : 1 - Po­diums : 5 Vic­toires de manches : 3 Après un hi­ver stu­dieux, Gau­tier aborde 2009 en confiance même s’il n’est pas dans un team d’usine. Cette an­née-là, il gagne son pre­mier GP dès l’ou­ver­ture dans la boue de Faen­za de­vant Van Ho­re­beek et Mus­quin et aborde le se­cond round avec la plaque rouge. Ce lea­der­ship, Gau­tier le conserve jus­qu’au soir du Grand Prix de Ca­ta­logne. Pas­sé chez KTM avec la SX-F d’usine, Mus­quin prend les rênes du cham­pion­nat mais Gau­tier s’ac­croche, en­chaîne les po­diums et gagne de nou­veau à Lo­ket. Der­rière, si plu­sieurs pro­blèmes mé­ca­niques viennent ter­nir sa fin de sai­son, le Fran­çais ter­mine le cham­pion­nat en troi­sième po­si­tion der­rière les deux Ka­té fac­to­ry de Mus­quin et Gon­cal­vès. Une vraie per­for­mance compte te­nu des dif­fé­rences de moyens entre le team fran­çais et l’usine au­tri­chienne ! Dans la fou­lée, il est convo­qué pour la pre­mière fois pour dé­fendre les cou­leurs du pays lors des Na­tions (voir en­ca­dré). Ce jour-là, il dis­pute sa der­nière course avec la Ka­wa Bud après avoir dé­jà fi­na­li­sé son contrat avec le team Ya­ma­ha Ri­nal­di. Les sou­ve­nirs de GP: « En 2009, j’avais le cou­teau sous la gorge ! Si je me lou­pais, ma car­rière en GP au­rait pu tour­ner court… Je suis ar­ri­vé chez Bud, une struc­ture fa­mi­liale et mo­ti­vée mais qui n’avait pas les moyens de Mol­son. Du coup, j’ai dé­ci­dé d’in­ves­tir per­son­nel­le­ment pour que Fred La­vergne, mon mo­to­riste, et Ja­cky puissent me suivre. On a ré­cu­pé­ré des pièces de chez Mol­son pour es­sayer d’avoir la meilleure mo­to pos­sible. Je gagne l’ou­ver­ture du Mon­dial et en­suite je me suis bat­tu de­vant toute l’an­née ! Je de­vais gé­rer plein de choses, j’avais la pres­sion, j’étais jeune, mais ça reste une belle an­née conclue par ma pre­mière vic­toire de manche aux Na­tions, en 450 ! »

« Une belle an­née conclue par ma pre­mière vic­toire de manche au MX des Na­tions en 450! »

2010 MX2 Ya­ma­ha Ri­nal­di Mons­ter Clas­se­ment : 10e Vic­toire : 1 - Po­diums : 3 Vic­toire de manche : 1 Pour at­ta­quer sa pre­mière sai­son en bleu, Gau­tier change son mode de pré­pa­ra­tion. Il s’en­vole vers la Ca­li­for­nie pour tra­vailler aux cô­tés de Da­vid Vuille­min cô­toyé chez Bud en 2009. Au pro­gramme, pré­pa­ra­tion phy­sique, rou­lage et les trois pre­mières épreuves du 250 SX West coast. Sixième de la fi­nale d’a2, Gau­tier rentre en France et peau­fine sa pré­pa­ra­tion en vue de l’ou­ver­ture du MX2. Ex­cellent lors des courses d’avant sai­son, il se blesse cinq jours avant le pre­mier GP et ne re­vient qu’en Es­pagne dé­but mai pour le 5e round de la sai­son (4/10). Dé­but juillet, il re­trouve le che­min du po­dium (3e) en Suède (5/3). De nou­veau troi­sième à Lo­ket, il passe la vi­tesse su­pé­rieure et gagne sa pre­mière course en bleu dans les sables de Lie­rop (1/3) avant de conclure par un nou­veau po­dium (2e) en Ita­lie. Dixième d’un cham­pion­nat rem­por­té par Mus­quin de­vant Roc­zen et Fros­sard, Pau­lin au­rait dû jouer le po­dium fi­nal sans son pé­pin phy­sique.

Les sou­ve­nirs de GP:

« J’avais dé­ci­dé de par­tir aux US pour amé­lio­rer ma tech­nique et rou­ler en SX. En fi­nale d’a2, j’ai man­qué le po­dium de peu après une pe­tite glis­sade en fin de course. Je suis ren­tré en Eu­rope, j’étais en pleine forme. J’ai qua­si­ment ga­gné toutes mes courses de pré­pa­ra­tion. Le lun­di avant le pre­mier GP, je vou­lais rou­ler sur une piste dé­fon­cée. Il y avait eu une ligue la veille à La Fare-les-oli­viers. Mon pied a tour­né dans une or­nière, je me suis cas­sé le pé­ro­né ! Je suis re­ve­nu plus tard, j’ai réus­si des po­diums et ga­gné dans le sable à Lie­rop. C’était im­por­tant de ter­mi­ner la sai­son en prou­vant que j’étais re­ve­nu à mon meilleur ni­veau après la grosse frus­tra­tion en­gen­drée par cette bles­sure ! »

« Bles­sé en dé­but d’an­née, j’ai en­suite prou­vé que j’étais re­ve­nu à mon meilleur ni­veau! »

2011 MX1 Ya­ma­ha Ri­nal­di Mons­ter Clas­se­ment : 4e Vic­toire : 1 (MX1) Po­diums : 7 Vic­toires de manches : 2 (MX2/MX1) En 2011, Gau­tier fête ses 21 ans et at­taque sa 4e an­née de MX2 pour jouer le titre. Face à lui, il re­trouve les KTM de Roc­zen et Her­lings et la Ka­wa de Searle. Sep­tième du cham­pion­nat après trois courses et un aban­don sur pro­blème mé­ca­nique lors de la se­conde manche du GP des USA, Gau­tier monte en puis­sance en s’of­frant six po­diums consé­cu­tifs entre le Bré­sil et l’al­le­magne. À Teut­schen­thal, il gagne sa pre­mière manche de l’an­née. Pé­na­li­sé par une casse à Lo­ket, troi­sième quelques se­maines plus tard à Mat­ter­ley, il ne peut plus jouer le po­dium fi­nal du cham­pion­nat et de­vra se conten­ter de la qua­trième place. Après deux sai­sons chez Yam, il quitte les bleus pour re­joindre le team Ka­wa d’usine aux cô­tés de Boog et sous la hou­lette d’yves De­ma­ria.

Les sou­ve­nirs de GP:

« En 2011, Ya­ma­ha m’a pro­po­sé de rou­ler avec un pro­to équi­pé de l’in­jec­tion. Ce pro­jet m’a mo­ti­vé. Cette an­née-là, le ni­veau du cham­pion­nat était ex­cellent. C’était un plai­sir de rou­ler mais j’ai connu plu­sieurs casses mé­ca­niques. Au ni­veau pi­lo­tage, j’avais de su­per sen­sa­tions. Trois jours avant le der­nier GP, j’étais qua­trième du clas­se­ment et ma place était fi­gée. Le jeu­di, j’ai de­man­dé à Ri­nal­di si je pou­vais rou­ler en 450. Mi­chele ne vou­lait pas avant de se rendre compte que Fros­sard qui était bles­sé pou­vait perdre sa se­conde place du cham­pion­nat. Du coup, il m’a don­né le feu vert ! J’ai ga­gné ma qua­lif avant de rem­por­ter le GP pour mes dé­buts en MX1! La sen­sa­tion était énorme. Quelques jours plus tard, je gagne une manche des Na­tions à St-jean pour ma der­nière course chez Yam et nous ter­mi­nons 2e avec Mar­vin et Ch­ris­tophe, la fo­lie ! »

« Je gagne ma qua­lif avant de rem­por­ter le GP pour mes dé­buts en MX1! »

2012 MX1 Ka­wa­sa­ki Ra­cing Team Clas­se­ment : 3e Vic­toire : 1 - Po­diums : 3 Vic­toires de manches : 2 2012 marque les dé­buts of­fi­ciels de Pau­lin dans la ca­té­go­rie reine. De re­tour chez Ka­wa, le Fran­çais est at­ten­du au tour­nant après ses perfs des Na­tions et sa vic­toire lors du GP d’ita­lie MX1 2011. Qua­trième de l’ou­ver­ture du cham­pion­nat à Val­kens­waard, il s’im­pose dès la course sui­vante en Bul­ga­rie (2/1). Sa sai­son est bien lan­cée. Le Fran­çais en­chaîne les bonnes perfs en dé­pit d’une casse mé­ca­nique dans le tour de chauffe de la se­conde manche mexi­caine (4/DNF). Dans le top cinq en Ita­lie, Bel­gique, Let­to­nie, Al­le­magne, éga­le­ment au Bré­sil et à Faen­za, il s’offre trois po­diums en France (3e), au Por­tu­gal (2e) puis en An­gle­terre (3e). Troi­sième du clas­se­ment fi­nal der­rière Cai­ro­li et De­salle, son an­née de roo­kie est réus­sie. À l’aise chez KRT, en confiance avec la KX-F, GP21 n’a pas mis long­temps à trou­ver ses marques. Ra­pide, ré­gu­lier, il est dé­sor­mais consi­dé­ré comme un client pour la cou­ronne mon­diale. À 22 ans, Pau­lin s’im­pose dé­jà comme l’une des stars du cross mon­dial. Un sta­tut ren­for­cé par une nou­velle très bonne per­for­mance dans les sables de Lom­mel lors du MXDN.

Les sou­ve­nirs de GP:

« En 2012, j’étais su­per épa­noui en ar­ri­vant chez KRT. Pour moi, c’était un nou­veau chal­lenge. Une nou­velle aven­ture avec un pro­jet construit au­tour de moi. J’ai par­ti­ci­pé au re­cru­te­ment de l’équipe tech­nique avec le boss Thier­ry Chi­zat-suz­zo­ni, toutes les choses ont été faites pour me mettre dans les meilleures dis­po­si­tions, pour m’of­frir la mo­to que je vou­lais. Cette pre­mière sai­son de MX1, ça reste un très bon sou­ve­nir. Spor­ti­ve­ment, je ter­mine sur le po­dium du cham­pion­nat pour mes dé­buts et j’avais aus­si bien rou­lé aux Na­tions à Lom­mel. Je n’ai que de bons sou­ve­nirs de cette pé­riode. »

« Un chal­lenge, une nou­velle aven­ture avec un pro­jet construit au­tour de moi… »

2013 MX1 Ka­wa­sa­ki Ra­cing Team Clas­se­ment : 5e Vic­toires : 3 Po­diums : 4 Vic­toires de manches : 4 Avec une an­née d’ex­pé­rience en MX1, Pau­lin dé­bute 2013 sur un gros rythme en s’of­frant trois po­diums lors des quatre pre­miers rounds. Le 21 avril, il s’im­pose à Sev­lie­vo (1/2) puis ré­ci­dive au Por­tu­gal (1/2). Cin­quième au Bré­sil, se­cond lors de son « home » GP d’er­née (1/4) der­rière Cai­ro­li, il prend sa re­vanche en dé­cro­chant sa troi­sième vic­toire à Mag­gio­ra (3/1). Au soir de la Fin­lande, dou­zième étape du cham­pion­nat, l’of­fi­ciel KRT oc­cupe la deuxième place du pro­vi­soire der­rière Cai­ro­li. Plus constant, plus sou­vent sur le po­dium, ses pro­grès sont consé­quents. Un pé­pin phy­sique va mal­heu­reu­se­ment frei­ner sa dy­na­mique. Vic­time d’une chute sur la piste du Lau­sitz­ring, l’of­fi­ciel KRT se re­lève avec un trau­ma­tisme crâ­nien et une dé­chi­rure mus­cu­laire aux qua­dri­ceps. Le Fran­çais signe son come-back le 18 août à Bas­togne (3/DNF). Ex­cellent en pre­mière manche, il aban­donne après deux tours dans la se­conde vic­time de ver­tiges in­hé­rents à son crash al­le­mand. Gau­tier conclut en­suite son an­née avec une sixième et une sep­tième places à Mat­ter­ley Ba­sin puis Lie­rop. Cin­quième du cham­pion­nat, Pau­lin signe l’une des sai­sons les plus pro­li­fiques de sa car­rière mar­quée par sept po­diums dont trois suc­cès. Après deux sai­sons en MX1 chez Ka­wa­sa­ki, il compte à son pal­ma­rès quatre vic­toires et sept po­diums.

Les sou­ve­nirs de GP:

« Cette an­née-là, j’étais so­lide ! Mon trau­ma­tisme crâ­nien a mis fin à mes es­poirs de titre ! C’est dom­mage, tout al­lait bien jus­qu’à cette bles­sure. Quand je suis re­ve­nu, j’ai ter­mi­né l’an­née sans pres­sion car je n’avais plus de vé­ri­tables ob­jec­tifs spor­tifs en MX1. Je vou­lais jouer le cham­pion­nat et ça n’était plus pos­sible. J’ai fi­ni l’an­née par le MX des Na­tions avec Tixier et Char­lier. Cette an­née-là, la chance n’était pas de notre cô­té. En re­vanche, c’est la pre­mière fois que la FFM avait mis en place le pro­gramme MXDN pour nous pla­cer dans les meilleures condi­tions. L’or­ga­ni­sa­tion, l’am­biance, tout était par­fait et de­puis, nous sommes res­tés sur les mêmes stan­dards en amé­lio­rant en­core des pe­tits dé­tails tous les ans ! »

« J’ai ter­mi­né l’an­née sans pres­sion car je n’avais pas de vé­ri­tables ob­jec­tifs spor­tifs en MX1. »

2014 MXGP Ka­wa­sa­ki Ra­cing Team Clas­se­ment : 8e Vic­toires : 2 Po­diums : 2 Vic­toires de manches : 5 Gau­tier fête sa 3e sai­son de MXGP et dé­bute par une vic­toire au Qa­tar (3/1). Lea­der du Mon­dial, il en­chaîne deux rounds so­lides en Thaï­lande (5e) puis au Bré­sil (4e) avant de re­trou­ver l’eu­rope et Tren­ti­no. Vain­queur de la pre­mière manche, il aban­donne sur pro­blème mé­ca­nique dans la se­conde manche alors qu’il me­nait la course. Sa ré­ac­tion ne se fait pas at­tendre. Se­cond en Bul­ga­rie, il s’offre une nou­velle vic­toire de manche (1/4). Qua­trième du pro­vi­soire, le Fran­çais est dans les temps en dé­pit de son DNF ita­lien. Le sixième GP de la sai­son est pré­vu à Val­kens­waard. Gau­tier livre une pre­mière manche de grande classe et double Cai­ro­li dans le der­nier tour pour s’im­po­ser. La suite de sa jour­née se­ra moins heu­reuse avec un crash lourd de consé­quences. Fin juillet, il re­vient à Lo­ket (4e). Très ra­pi­de­ment dans le coup, il ter­mine de nou­veau qua­trième à Lom­mel, re­trouve le po­dium au Bré­sil (2e) puis conclut sa sai­son comme il l’avait dé­bu­té au Qa­tar en ga­gnant au Mexique. Quelques jours plus tard, il do­mine le MXDN de bout en bout et porte la France vers la vic­toire à Ke­gums.

Les sou­ve­nirs de GP:

« En 2014, tout avait bien com­men­cé avec cette vic­toire à Lo­sail. En­suite, mal­gré les pro­blèmes d’es­sence en Thaï­lande, j’avais li­mi­té la casse. En Ita­lie, je gagne et je casse. Men­ta­le­ment c’était dur à ac­cep­ter, mais je suis re­par­ti au com­bat en Bul­ga­rie (2e). En­suite, je gagne la pre­mière manche en Hol­lande et je me blesse dans la se­conde. Je tombe et je me casse la cla­vi­cule. Un pi­lote dont je tai­rais le nom est ar­ri­vé en­suite et m’a rou­lé des­sus. Mon pouce s’est re­trou­vé coin­cé dans sa roue ar­rière ! La frac­ture était vrai­ment vi­laine et je n’étais même pas sûr de pou­voir ré­cu­pé­rer mon doigt. Il était broyé, les li­ga­ments ar­ra­chés… On m’a opé­ré trois fois ! Fi­na­le­ment je suis re­ve­nu pour les quatre der­niers GP et j’ai ga­gné au Mexique avant d’en­chaî­ner avec des Na­tions de dingue à Ke­gums avec Dy­lan Fer­ran­dis et Ste­ven Fros­sard. L’équipe a rou­lé de fo­lie et per­son­nel­le­ment j’ai ga­gné mes deux manches pour ma der­nière course chez Ka­wa. C’était une fier­té énorme d’ap­por­ter à la France une se­conde vic­toire aux Na­tions ! »

« Une vi­laine frac­ture. Je n’étais même pas sûr de pou­voir ré­cu­pé­rer mon doigt… »

2015 MXGP-HON­DA HRC Clas­se­ment : 2e Vic­toire : 1 Po­diums : 4 Vic­toires de manches : 3 Huit ans après son titre EMX2, Gau­tier est de re­tour en rouge au gui­don d’une 450 HRC. Plus gros trans­fert mé­dia­tique de l’in­ter­sai­son avec ce­lui de Ryan Villo­po­to chez KRT Mons­ter, le Fran­çais est re­cru­té pour of­frir à la marque le titre MXGP der­rière le­quel elle court de­puis l’ar­ri­vée des 450 4T. GP21 en­tame cette nou­velle cam­pagne au Qa­tar par un po­dium et une troi­sième place (4/3). Moins en réus­site en Thaï­lande (6e), Ar­gen­tine (5e) et du cô­té de Tren­ti­no (5e), il claque un dou­blé im­pa­rable à Val­kens­waard. Cinq épreuves, c’est le temps qu’il au­ra fal­lu à Gau­tier pour triom­pher une pre­mière fois au gui­don de sa CRF. Der­rière cette per­for­mance écla­tante, il doit at­tendre cinq courses pour re­trou­ver le che­min du po­dium avec une 2e place (3/1) ob­te­nue à Teut­schen­thal. Éga­le­ment se­cond à Ke­gums (3/3) et Lom­mel (2/2), il ter­mine vice-cham­pion du monde der­rière Ro­main Febvre. En dé­pit de ce ré­sul­tat, cette pre­mière sai­son en rouge laisse place à une cer­taine forme de frus­tra­tion. Gê­né par un ge­nou tou­ché à Lo­ket qui né­ces­si­te­ra une in­ter­ven­tion en fin d’an­née juste après une nou­velle vic­toire au MXDN à Er­née, le pi­lote fran­çais se tourne dé­jà vers 2018 avec la mise en place d’un nou­veau mode de pré­pa­ra­tion.

Les sou­ve­nirs de GP:

« J’ai re­joint le HRC en pen­sant que ça se­rait la meilleure op­tion pour moi. Dès le dé­but, j’ai sen­ti que la CRF man­quait un peu de puis­sance pour mon pi­lo­tage. J’ai de­man­dé des chan­ge­ments, mais j’ai vite consta­té qu’il y avait une grosse iner­tie entre le team et le Ja­pon. Du coup, on ne trou­vait pas de so­lu­tion. Après ma vic­toire en Hol­lande, j’ai cas­sé un mo­teur en France… Men­ta­le­ment, j’ai vé­cu une sai­son éprou­vante, j’étais frus­tré. J’ai fi­ni par me bles­ser au ge­nou et j’ai ser­ré les dents pour ter­mi­ner la sai­son vice-cham­pion du monde, mais sans plai­sir ! Avant de me faire opé­rer du ge­nou, on a ga­gné les Na­tions à Er­née avec Ro­main et Mar­vin. Je n’étais pas au top, mais j’ai fait le job pour l’équipe et ça reste un grand mo­ment. »

« Men­ta­le­ment, j’ai vé­cu une sai­son éprou­vante, j’étais frus­tré et j’ai fi­ni par me bles­ser… »

MXGP HVA Rocks­tar Ener­gy

Clas­se­ment : 3e Vic­toire : 1 - Po­diums : 6 Vic­toires de manches : 1 Pau­lin at­taque donc sa dixième sai­son de GP dans un nou­veau team d’usine : HVA Rocks­tar Ener­gy. Pro­prié­té de Ki­mi Raïkkö­nen, l’équipe as­so­cie le ri­der tri­co­lore à Max Na­gl et au roo­kie Ans­tie. Après un GP du Qa­tar cor­rect (6/5), une course in­do­né­sienne com­pli­quée dans la boue (13e), de bons points en Ar­gen­tine (6/4), GP21 lance sa sai­son au Mexique (3/3) en s’of­frant un pre­mier po­dium. De nou­veau en confiance, à l’aise avec sa ma­chine, Gau­tier roule bien en Ita­lie (5e) puis s’im­pose une nou­velle fois à Val­kens­waard (1/2), qua­si­ment deux ans jour pour jour après son der­nier suc­cès ac­quis en Hol­lande. De nou­veau sur le po­dium en Al­le­magne (3/3), en France (6/2), en Rus­sie (5/3), en Suisse (4/2) et en Suède (3/3), il conclut son an­née sur la troi­sième marche du po­dium fi­nal après avoir long­temps lut­té avec Her­lings et De­salle. De re­tour au top à 27 ans, GP21 a fê­té en fin de sai­son une neu­vième sé­lec­tion consé­cu­tive pour le MXDN avec l’équipe de France. Après 2009 en MX2 (3e), 2012 en MX1 (3e) et 2015 en MXGP (2e), il ter­mine pour la qua­trième fois sur le po­dium fi­nal du Mon­dial. bles­sé au pouce à Ot­to­bia­no, j’ai ga­lé­ré à cause de ce­la du­rant plus d’un mois. Au Por­tu­gal, c’était l’en­fer, puis j’ai re­trou­vé la forme pour fi­nir l’an­née. Au­jourd’hui, je me sens de nou­veau moi, à 100 %, dans mon corps comme dans ma tête. Je prends du plai­sir, l’am­biance dans le team est ex­cel­lente, je re­vis ! J’ai ga­gné un GP, si­gné plu­sieurs po­diums et ter­mi­né troi­sième du Mon­dial aux cô­tés des deux pi­lotes les plus ti­trés du pla­teau. Il n’y a que du po­si­tif pour pré­pa­rer 2018 se­rei­ne­ment ! »

« Je prends du plai­sir, l’am­biance dans l’équipe est ex­cel­lente bref, je re­vis! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.