Mi­nute de si­lence

MX Magazine - - Mx Pass - Adrien Ma­la­val

La fu­sillade du 1er oc­tobre qui a fait 58 morts et 527 bles­sés était dans tous les es­prits à Las Ve­gas. Avant le chant de l’hymne amé­ri­cain, la foule de­bout a éclai­ré la nuit avec des mil­liers de lu­mières de Smart­phone, au­tant d’étoiles en hom­mage aux dis­pa­rus. Un mo­ment émou­vant tout à l’hon­neur d’une ville meur­trie mais dé­ci­dée à re­le­ver la tête.

Date et lieu de nais­sance ? « Le 16 no­vembre 1997 à Auxerre (89). »

Tes trois traits de ca­rac­tère ? « Ré­ser­vé, san­guin et dé­ter­mi­né. »

Le der­nier film que tu as vu? « Ce n’est pas un film mais une sé­rie, c’est “Ho­me­land”. C’est un sol­dat amé­ri­cain pri­son­nier du­rant huit ans qui rentre aux États-unis. J’aime bien. »

La per­sonne de ton en­tou­rage la plus in­fluente ? « Mon père qui me suit de­puis tout pe­tit et qui m’aide pour prendre des dé­ci­sions. C’est lui la per­sonne la plus im­por­tante. »

Écoutes-tu de la mu­sique pour te mo­ti­ver avant de par­tir rou­ler et quel est ton titre fé­tiche ? « Non, je n’en écoute pas spé­cia­le­ment avant une course, mais plus dans la vie de tous jours. En ce mo­ment, j’aime bien Big­flo et Oli. »

Ton mo­ment pré­fé­ré sur un week-end de course ? « Le di­manche soir quand tout s’est bien pas­sé. »

De quoi es-tu le plus fier ? « D’être dans un bon team al­le­mand et de pra­ti­quer ma pas­sion sans perdre d’ar­gent. » Ta plus belle course ? « Ce n’est pas une vic­toire, mais on va dire le week-end en Suisse en EMX250. Ça a été la pre­mière course en Eu­rope où j’ai pu faire deux bonnes manches et mon­trer de quoi j’étais ca­pable. »

Quand tu ne roules pas en MX quel est ton passe-temps fa­vo­ri? « Faire les ma­ga­sins avec ma co­pine (rire !). J’adore ça. »

Si de­main tu gagnes à l’eu­ro Mil­lions, tu fais quoi? « Je fais construire une grande mai­son avec un im­mense ga­rage aux États-unis et je fais le cham­pion­nat de su­per­cross US. » Quelle mo­to rê­ve­rais-tu d’es­sayer? « La 250 Ya­ma­ha Star Ra­cing de Dy­lan Fer­ran­dis. Si tu as un contact, je suis pre­neur. » (rire !)

Qu’est-ce qui te ré­volte ? « Pour l’ins­tant, pas grand­chose, je peux dire les ma­ga­sins fer­més le di­manche. » (rire !)

Ton plus beau sou­ve­nir de ta car­rière ? « Quand je suis al­lé deux se­maines en Flo­ride chez Loïc Ma­rey. J’avais fait deux courses lo­cales, je me suis ré­ga­lé, c’est un beau sou­ve­nir, vrai­ment. »

Le geste tech­nique qui t’im­pres­sionne le plus ? « Un beau scrub comme ceux d’ar­naud To­nus. Je me rap­pelle qu’il avait fait un gros scrub en Ita­lie quand il rou­lait Ka­wa­sa­ki en MX2. » En 85, qui était ton ad­ver­saire le plus co­riace ? « Je n’ai plus trop de sou­ve­nirs car je ne rou­lais pas de­vant en cham­pion­nat de France. On s’ar­souillait bien avec Lu­do­vic Bom­par et en plus, c’était un bon pote. »

Es-tu su­per­sti­tieux ? « Non, pas tel­le­ment. Je fais deux ou trois trucs pour me concen­trer avant le dé­part en pré-grille mais c’est plus un ri­tuel. »

Quel évé­ne­ment spor­tif ne lou­pe­rais-tu pour rien au monde? « En mo­to, ça se­rait le Mo­to­cross des Na­tions et si­non les Jeux Olym­piques. » Quel pays ai­me­rais-tu dé­cou­vrir ? « L’aus­tra­lie, en plus il y a un beau cham­pion­nat de su­per­cross, alors pour­quoi pas… »

A ton avis, est-ce qu’il faut for­cé­ment un en­traî­neur pour réus­sir ? « Oui, je pense vrai­ment qu’il en faut un. Au bout d’un mo­ment, l’en­tou­rage fa­mi­lial sa­ture et il faut une per­sonne ex­té­rieure. »

Qui est la pro­chaine star du MX? « Si ça n’en est pas dé­jà une, je pense à Hun­ter La­wrence. »

As-tu un en­ne­mi ju­ré ? « Non, je n’ai pas d’en­ne­mi. Je pense pas­ser à peu près bien avec tout le monde. »

As-tu des re­grets ? « Non et heu­reu­se­ment car à mon âge, ce se­rait un peu dom­mage. J’ai aus­si la car­rière en mo­to es­pé­rée donc tout se passe bien. »

Quel est ton rêve ? « Être cham­pion du monde et pou­voir par­tir en­suite aux États-unis »

Jus­qu’où irais-tu pour sé­duire la femme de ta vie ? « La pre­mière fois que je l’ai ren­con­trée, je l’ai em­me­née en scoo­ter sous la pluie avec un poi­gnet cas­sé donc ce n’était pas l’idéal. » (rire !)

« J’ai la car­rière es­pé­rée. » Troi­sième du cham­pion­nat d’al­le­magne Young­ster pour sa pre­mière sai­son, Adrien Ma­la­val com­mence à se faire un nom outre-rhin. Le pi­lote Hus­q­var­na a éga­le­ment dé­mon­tré de belles choses en Eu­rope comme une 6e place au GP de Suisse à trois points du po­dium. C’est notre in­vi­té ce mois-ci.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.