Faut-il se ré­fé­rer à l’ho­mo­lo­ga­tion ?

Uti­li­sant de­puis plu­sieurs an­nées mon se­mi-ri­gide pour trac­ter mes en­fants et leurs cou­sins sur une bouée, je viens d’ap­prendre qu’une per­sonne pré­sente sur un en­gin trac­té comp­tait comme une per­sonne à bord. Êtes-vous en me­sure de me le confir­mer ?

Neptune Yachting Moteur - - Courrier Des Lecteurs - Jean-Pierre Lar­rière (cour­riel)

La ré­ponse de nep­tune

Ce­ci est tout à fait exact. Il est en ef­fet obli­ga­toire de se ré­fé­rer au nombre maxi­mal de pas­sa­gers pou­vant être em­bar­qués, fi­gu­rant sur la plaque d’ho­mo­lo­ga­tion du ba­teau, pour sa­voir com­bien de per­sonnes peuvent être trac­tées. Rap­pe­lons au pas­sage que ce type de pra­tique doit s’ef­fec­tuer au-de­là de la bande lit­to­rale des 300 mètres, que le re­mor­queur doit ar­bo­rer une flamme fluo­res­cente orange vi­sible et que deux per­sonnes doivent être à bord du ba­teau trac­tant l’en­gin.

Les per­sonnes trac­tées sur un en­gin flot­tant comptent comme au­tant de pas­sa­gers à bord du ba­teau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.