Les joyaux de la Côte d’Azur

Cet été, Nep­tune se glisse dans la peau d’un plai­san­cier qui (re)dé­couvre la Côte d’Azur, de Fré­jus à An­tibes. Entre ren­contres in­so­lites, es­cales gour­mandes et mouillages de rêve, la ré­gion n’a pas en­core li­vré tous ses se­crets !

Neptune Yachting Moteur - - Spécial Côte d’Azur - Dos­sier réa­li­sé par An­toine Ber­te­loot et Mi­chel Lui­zet

Le plai­san­cier qui dé­cou­vri­rait pour la pre­mière fois l’île d’Or et le cap Dra­mont au­rait sous les yeux le même dé­cor d’une carte pos­tale des an­nées vingt. Rien n’a chan­gé ou presque : les roches rouges de la pointe Dra­mont, la tour du doc­teur Lu­taud éri­gée sur l’île en 1911, la plage de ga­lets où dé­bar­quèrent les troupes amé­ri­caines le 15 août 1944. Même le sé­ma­phore, qui culmine à 246 m, quoique dé­truit par­tiel­le­ment pen­dant la dernière guerre, a conser­vé sa sil­houette du dé­but du siècle. Sans au­cun doute, ce point re­mar­quable du mas­sif de l’Es­té­rel cô­té mer, a consti­tué la meilleure en­tame de notre pé­riple au fil du lit­to­ral entre Port-Fré­jus et la ci­ta­delle d’An­tibes.

Quelques pé­pites en­core pré­ser­vées

Du­rant trois jours, nous nous sommes glis­sés dans la peau d’un plai­san­cier à mo­teur qui dé­barque sur cette par­tie de la Côte d’Azur que cer­tains disent « dé­fi­gu­rée » par un bé­ton­nage en règle du bord de mer. Dif­fi­cile de ne pas re­con­naître en ca­bo­tant sur place que les pro­mo­teurs n’y sont pas al­lés de main morte ces trente der­nières an­nées. Il fau­dra l’ac­cep­ter et se conso­ler en pen­sant que nos voi­sins es­pa­gnols de la Cos­ta Bra­va ont fait pire. Pour au­tant, le plai- san­cier peut fa­ci­le­ment je­ter son ancre au coeur de quelques pé­pites in­tactes pré­ser­vées de la pres­sion im­mo­bi­lière. Les abords du cap Dra­mont en sont un bon exemple mais l’on pour­rait tout aus­si bien ci­ter les îles de Lé­rins et le Cap d’An­tibes, où la na­ture semble avoir conser­vé tous ses droits. Entre mouillages idyl­liques, es­cales paillettes et na­vi­ga­tions au so­leil sur une mer bleu azur plate comme la main, la Côte d’Azur a tel­le­ment d’autres atouts à faire va­loir ! Évi­dem­ment, vous n’êtes pas seul. On se trouve entre Fré­jus et An­tibes sur la por­tion du lit­to­ral qui hé­berge la plus forte concen­tra­tion de ba­teaux d’Eu­rope. Sur les 30 milles de trait de côte qui sé­pare les deux sta­tions bal­néaires, on ne compte pas moins de dix­huit ma­ri­nas, soit une tous les trois ki­lo­mètres ! Et en­core, on ne

comp­ta­bi­lise pas les mouillages payants comme ce­lui de la baie d’Agay. Si l’on se fie au Bloc Ma­rine, la ré­gion dis­pose très exac­te­ment de 10 785 places de port dont un tiers est im­plan­té dans les seules ma­ri­nas de San­ta-Lu­cia à Saint-Ra­phaël et An­tibes, cette dernière re­ven­di­quant le titre de plus grand port de plai­sance d’Eu­rope... Non pas en nombre d’an­neaux mais de ton­nage. Par la force des choses, de juillet à août, au plus fort de la sai­son, les mouillages sont sur­fré­quen­tés. Il y a ce­pen­dant tou­jours moyen de se faire une place au so­leil et dé­ni­cher un car­ré d’eau tur­quoise entre les îles de Lé­rins ou à proxi­mi­té de la plage de la Ga­roupe. Les plus har­dis se fau­fi­le­ront entre les roches rouges du mas­sif de l’Es­té­rel, plus sau­vage, tout en veillant aux trains de vagues pro­vo­qués par les yachts

qui croisent au large. Notre va­ga­bon­dage le long de la côte nous a per­mis de dé­cou­vrir des lieux d’une beau­té que nous ne soup­çon­nions pas. Du port de La Rague à Fi­guei­rette, le plai­san­cier est aux pre­mières loges pour ad­mi­rer les plus belles ré­si­dences de la Côte d’Azur, sou­vent per­chées en équi­libre sur une pointe ro­cheuse.

Avec les moines de Saint-Ho­no­rat

Après Théoule et la Cor­niche d’Or, nous avons mis le cap entre les deux îles de Lé­rins, le mouillage le plus pri­sé par les plai­san­ciers qui ne se lassent pas de ses dé­gra­dés de fonds tur­quoise. N’hé­si­tez pas à je­ter l’ancre à proxi­mi­té de SaintHo­no­rat et fi­lez jus­qu’au port aux Moines pour ar­pen­ter l’île du si­lence, pro­prié­té des moines sis­ter­ciens de­puis le VI siècle. Sui­vez­nous en­fin jus­qu’à An­tibes où la ma­ri­na s’ap­prête à faire peau neuve. En­fin, notre ca­bo­tage s’achève, comme en pré­am­bule, par la dé­cou­verte des mouillages s’éti­rant du cap Dra­mont au cap Roux. Bonne na­vi­ga­tion !

51

PORT LA GA­LÈRE L’une des plus pe­tites ma­ri­nas de la Côte d’Azur est aus­si l’une des plus se­crètes. Ce port pri­vé à quelques en­ca­blures de la pointe de l’Es­quillon compte moins de 170 an­neaux et quelques places de pas­sage en fonc­tion des ro­ta­tions.

L’ÎLE D’OR Im­man­quable ! La tour éri­gée en 1910 par le Dr Lu­taud qui a fait de son île un royaume. Le mouillage cô­té nord est le plus s po­pu­laire, mais le dé­bar­que­ment y est in­ter­dit. FABULEUX CAP DRA­MONT Cer­tains di­ront que c’est le cap de la Côte d’Azur ? Beau­coup de plai­san­ciers ne sont pas loin de le pen­ser. Mouillage par beau temps uni­que­ment.

SAINTEMARGUERITE La ci­ta­delle Vau­ban, pri­son du Masque de fer, er, do­mine de tou­teute sa ma­jes­té é le mouillage fa­vo­rio­ri des méga-yacht­shts de la ré­gion.on. n. MOUILLER AAUX ÎLES DE LÉRLÉRINS RINS Le plus po­pul po­pu­laire laire des mouillage mouilla­geses de la Côte d’A d’Azur. Azur. Une vi­site de l’ab­baye cis­ter­cienne s’im­pose. UNE ES­CALE À AN­TIBES La plus grande ma­ri­na d’Eu­rope s’ap­prête à faire peau neuve. La vieille ville vous tend les bras. PLAGEE KEL­LER, L’INSTITUTION STITUTION La Ga­roupe, haut lieu de la plai­sance chic. On y vient au­tant pour la splen­deur des lieux que pour le res­tau­rant de la plage Kel­ler, dont la ré­pu­ta­tion n’est plus à faire.

SAINT-HONORATSAINT- CÔ­TÉ COUR Si la pro­mis­cui­té du mouillage entre les îles de Lé­rins vous ef­fraye, ten­tez ce­lui si­tué à l’ex­té­rieur de Saint-Ho­no­rat. Vue im­pre­nable sur le mo­nas­tère for­ti­fié et pis­cines d’eau éme­raude ga­ran­ties.

Amarres lar­guées, nous quit­tons PortF­ré­jus au pe­tit ma­tin pour une ex­cur­sion nau­tique qui nous condui­ra jus­qu’à An­tibes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.